Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Hello le monde !! C’est Lanxi Cette fanfic est la suite du tome 8.5 donc... (je vais citer un citation que tout le monde répète mais que personne ne respecte...) ATTENTION SPOILER, SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE TOME 8.5 VEILLEZ PARTIR DE CETTE PAGE !!!

Bref, on reprend son calme et si vous, (chers lecteurs qui n’ont pas lu le tome précédent) êtes encore là... veuillez quitter cette page toute suite.

... (J’attends que vous ne soyez plus là)

... (J'attends toujours)

... (Toujours, je commence à m’impatienter)

...

...

Bon, je crois que c’est bon ! Maintenant qu’il ne reste que vous (les lecteurs qui ont bien lu le livre des secrets) je vais pouvoir commencer. D’ailleurs j’espère que c’est vous qui êtes toujours là !!!!!!!!

Chapitre 1

Sophie revint le soir même, après avoir raconté en boucle ce qui c’était passé dans l’entrepôt des Invisibles. Elle était certes fatiguée, mais heureuse. Heureuse d’avoir gagné contre les Invisibles. Peut-être qu’ils avaient gagné bien plus souvent qu’elle, mais un jour, elle se vengerait. Elle dit bonne nuit à ses parents et monta dans sa chambre. Elle vit Iggy, son lutin, sur le lit. Il n’était pas coloré comme d’habitude, il avait des rayures blanches et noires, comme celle d’un zèbre. Elle vint près de lui et pris la cage dans ses mains pour le remettre à sa place, sur la commode. Quand elle le souleva, elle vit une enveloppe avec son prénom dessus. Elle reposa la cage par terre et ouvrit la lettre. Elle ne put retenir un sanglot lorsqu’elle finit de la lire.

-Tu fais une grosse erreur Keefe, murmura t-elle à voix haute.

En entendant les sanglots, Edaline et Grady qui était venu voir si tout ce passait bien, toquèrent à la porte de sa chambre.

-Je vais bien, dit Sophie, mais ce n’était pas assez convainquant pour que ses parents la laisse tranquille.

Edaline ouvrit timidement la porte, et en voyant sa fille assise sur son lit, pleurant à chaudes larmes, elle alla s’assoir à côté d’elle pour lui caresser le dos. Grady vint de l’autre côté (et en remettant Iggy à sa place, sur la commode).

-J’ai surpris Keefe tout à l’heure, on sait parlé et il est parti, expliqua t-il.

-Comment ! Aboya Sophie. Tu l’as vu mais tu ne lui a pas dit de rester !

-Si, mais il n’en fait qu’à sa tête, rétorqua son père.

-S’il croit que je vais le laisser tranquille, il se trompe énormément, ragea Sophie.

-Je peux, se permit Grady en prenant la lettre.

Sophie hocha la tête.

-Où est-il allé ? Murmura Sophie d’un voix à peine audible.

-Dans les cités interdites, proposa Grady. Il y est écrit qu’il va se cacher comme toi tu as été cachée par le Cygne Noir au yeux des elfes.

La jeune elfe fronça des sourcils.

-En fait, c'est plutôt de la confirmation. Il a sauté devant moi, un cristal bleu cobalt à la main.

Et se leva d’un bond.

-Non, tu n’iras pas tout suite, tu vas d’abord dormir et tu iras demain, avec des personnes...

-Comme un garde du corps, l’interrompit Sandor en passent sa tête dans la chambre.

-Tout à fait, confirma l’Hypnotiseur. Je vais prévenir le comité.

-Non ! Seulement mais amis, personne d’autre.

-Ok... soupira Grady. Mais d’abord, au lit !

Il claqua des doigts et embrassa sa fille avant de sortir, bientôt suivie de son épouse.

Peu de temps après, Sophie contacta Sylveny.

-Amie ! Sophie ! Amie ! Besoins Dormir ? Demanda l’Alicorne.

-Oui, répondit la jeune elfe.

-Venir avec nous, bébés très contents ! Et moi aussi ! Proposa la pouliche.

-Attends, je vais demander à Grady et a Edaline. Dit Sophie avant de descendre dans la chambre de ses parents et de toquer.

Grady vint lui ouvrir.

-Est-ce que je peux dormir avec Silveny ? Demanda Sophie.

-Oui, si tu ne tentes pas de t’enfuir pour rejoindre Keefe.

-Promis, dit Sophie.

-Aller, vas-y.

Sophie ne le dis pas dire deux fois, elle embrassa son père sur la joue et partit en courant chercher une couverture et Ella avant d’aller rejoindre les Alicornes, sous le Panacier de Calla.

-Grady a dit oui, transmit elle à Sylveny. Oh, vous êtes encore debout vous deux ! Ajouta t-elle en découvrant Luna et Félix en train de se mordiller chacun l’oreille de l’autre.

-Eux, pas vouloir dormir, eux, jouer, dit leur mère en les regardant d’un œil bienveillant et maternel.

Sophie sourit et s’installa et les deux poulains se blottir à elle. Elle s’endormit rapidement, grâce au doux chant du Panacier et à la compagnie de ses deux petits coquins, qui eux aussi s’endormir rapidement.

Chapitre 2

Sophie se réveilla a cause des deux petits poulains qui lui hennissaient dans les oreilles.

-Hey je ne suis pas sourde ! Soupira t-elle avant de se lever.

Le soleil était déjà assez haut, il devait être 9 heure...

-Mince, ils ne vont pas tarder à venir ! S’alarma Sophie.

Elle se précipita vers la maison. Elle prit trois part de gui molle que lui avait préparé sa mère, et alla dans sa chambre pour se préparer. Elle enfila une tunique blanche avec un collant noir, comme à son habitude. Elle se brossa les cheveux mais ne se les attacha pas. Elle ne se maquilla pas non plus.

Le bruit de la sonnette retentit et elle descendit ouvrir, et y découvrit Biana et son frère (sans oublier qu’il portait le plus beau des sourires de star de cinema).

-Allez-y, entrez, les perça Sophie.

Quelques minute plus tard, Linh et Tam, et de Wylie. Bientôt Dex les rejoignirent.

Quand tout le monde fut installé, Sophie déclara :

-Keefe, est parti, pas rejoindre les Invisibles bien sûr, ajouta t-elle devant le regard de ses amis. Non ce que je veux dire, c’est que Keefe, à cause de son nouveau pouvoir, de la peur d’être manipulé par se mère et de nous mettre en danger, il est allé se cacher quelque part dans les cités interdites.

-Quoi !! S’étranglant Biana. Dans les cités interdites ! Il va nous falloir combien de temps pour le retrouver ?

Sophie haussa des épaules.

-On va faire pays par pays, ville par ville, jusqu’à ce qu’on le retrouve, dit Sophie.

Elle était si déterminée que les autres restaient cloués sur place.

-Qui vient avec moi ? Demanda la Télépathe.

-Moi, dirent t-ils tous en cœur (sauf Tam qui grogna).

-Ok, je viens... soupira t-il.

-Youpi ! S'exclama sa sœur.

-Il nous faut un plan, intervint Fitz.

-Euh... Quoi comme plan ? Demanda Sophie.

-Nous avons qu'à nous séparer, So... Expliqua t-il avant d'être interrompu par Sandor, Grady, Edaline et les autres gardes du corps.

-Hors de question !! Vous irez tous ensemble partout où vous irez. Accompagné de vos gardes du corps respectifs.

Fitz fit la moue et croisa ses bras.

-J'ai une petite idée de où il pourrait aller... Fit Grady, l'air pensif.

-Où ? L'encouragea Sophie.

-Bleu cobalt, ça devrait être en Europe... Je crois en France. Attendez moi ici je reviens., dit Grady avant de se diriger vers son bureau.

Il revint quelques minutes plus tard, avec un dossier à la main, qu'il posa sur la table. Il tourna les pages encore plusieurs minutes en ne cessant de répéter "bleu cobalt, bleu cobalt..." jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherché.

-Ca y est ! J'ai trouvé. Un cristal bleu cobalt mène bien en France, à Marseille plus précisément...

-Marseille ! S'étrangla Sophie, c'est une ville si grande ! On ne le retrouvera jamais !

-Tu préfères chercher dans le monde entier ? Ironisa Tam.

Non, en effet, c'était mieux que rien.

-De plus, je pense que Keefe irait dans un endroit calme, pas comme dans le centre ville par exemple, dit Fitz.

-Papa, as-un cristal qui y mène ? Demanda Sophie.

-Non, mais j'ai un cristal qui mène à une ville qui s'appelle Nîmes, quelque chose comme ça. Vous pourrez ensuite prendre le train.

-Où est-il, nous partons dès maintenant.

-Vous ne pouvez pas partir comme ça ! S'indigna Grady.

-Ah oui... Dit Sophie, il nous faut des vêtements humains.

-C'est fait, dit Edaline en claquant des doigts.

Une pile de vêtements humain apparut devant eux.

-Il faut que vous enleviez vos pendentifs, soupira Grady. Je viens avec vous, Edaline, toi tu restes ici, et préviens les parents des enfants.

Edaline hocha la tête, embrassa sa fille et sauta.

-Non, papa tu ne viens pas, dit Sophie.

-Pourquoi ? Demanda t-il, les sourcils froncés.

-Parce qu’il y a déjà les garde du corps et je pense que sa suff8t parce que on paraît déjà bizarre, expliqua Sophie.

Son père soupira mais affirma comme même.

-Tenez ce transmetteur, s’il y a un souci, contactez moi.

Sophie prit le transmetteur et le mit dans sa poche, elle mit aussi quelques étoiles gobelines. Quand tout fut prêt (chacun portait un sac à dos, avec plusieurs vêtements dedans) ils sautèrent vers je ne sais quelle aventure...

Chapitre 4

-Il y a un de ces vents, mais alors pas possible, je crois que je vais m’envoler... maugréa Tam. Avons nous un Rafaleur, ou un Psionipathe pour nous protéger de ce vent ?

-Non, je n’ai pas prévenue Marcura, et nous avons pas d’autre Psionipathe. Pour le Rafaleur nous n’en n’avons jamais eu avec nous, hurla Sophie pour se faire entendre.

-J’espère qu’à Marseille, il n’y a pas un si grand vent, dit Fitz.

En effet, le vent soufflait si fort que les arbres menaçaient de s’envoler, les cheveux de Sophie lui fouetter le visage.

-Elle est où la gare, demanda Biana qui se battait elle aussi contre ses cheveux.

-Demandons à quelqu’un, proposa Sophie.

Elle se dirigea vers la personne la plus proche. C’était une femme brune, qui tenait une poucette avec à l’intérieur une petite fille d’environ trois ans qui avait deux petites couettes.

-Bonjour, dit Sophie en français (non sans un accent anglais).

-Bonjour, répondit la mère de l’enfant. Que voulez vous ?

-Où est la gare ? Demanda la Polyglotte, avec un grimace sous l’effet de l’effort.

-La gare est à trois rue d’ici, il y a les panneaux qui indique la direction à suivre, expliqua la dame.

-Merci.

-Mais de rien.

Sophie attendit qu’elle s’éloigne pour expliquer l’itinéraire à ses amis.

*

-Elle est immense, on ne va jamais retrouver notre train, soupira Dex.

-On va d’abord trouver l’accueil pour prendre les billets. Dex va chercher de quoi les payer, dit Sophie.

Dex s’exécuta et s’éloignait vers une machine. Quand il revint, il avait quatre billets de 50 euros.

-L’accueil est juste là, dit Linh qui n’avait pas parler depuis qu’ils avaient quitté les cités perdues.

*

-Le train arrive dans deux heures pas besoins de se presser, soupira Fitz.

-Mais on ne sais jamais, contra Sophie. Mieux vaut être en avance.

Le Télépathe soupira.

La gare était immense, il y avait plus de quinze quais, et bien sûr celui qu’il devait prendre était le dix-septième depuis l’accueil. De plus, il y avait trop de monde, tous étaient l’un sur l’autre (NDA : pas très corona 🤣🤣). Quand ils arrivèrent, Fitz ré-soupira.

-Sérieux, qu’est-ce qu’on va faire pendant deux heures !

Sophie haussa les épaules. Tam et Dex allèrent chercher de quoi grignoter et Linh, pour s’amuser fit des petites sculptures d’animaux avec de l’eau. Les enfants se regroupèrent autour d’elles et jouèrent à les éclater, sauf qu’elles reprenaient toujours leur forme, pendant que les parents, regarder de partout pour savoir qui causait ce bazar. Quand Tam et Dex revinrent, le Ténébreux fit la morale à sa sœur.

-Qu’est-ce qui t’a pris ?

Linh se contenta de hausser des épaules.

-Tu es folle, si les parents t’avaient vu faire...

-Sauf que personne ne m’a vu faire, répliqua l’Hydrokinésiste. Tu n’es pas mon père.

-Mais ton frère.

-Mon petit frère, dit Linh sur un ton comme si cela était évident.

Tam et Linh continuèrent à se chamailler jusqu’à ce que Fitz se racle la gorge.

-Le train ne devrait pas tarder.

-Oh, d’accord, dit Tam.

Sur ceux, leur train, pas totalement un train, mais un TGV, arriva. Il montèrent dans le train et s’assirent. Wylie, Tam, Fitz et Dex d’un côté, et Biana, Linh et Sophie de l’autre.

-Nous arriverons à Marseille dans deux heures et demi, fit une voix d’homme dans le microphone, passez un bon voyage.

Chapitre 5

-Ça fait quoi, déjà deux semaines qu’on cherche, on ne l’a toujours pas trouvé, soupira Tam en traînant des pieds.

-Je savais qu’on serait plus rapide si on se séparait, maugréa Fitz.

-On n'a qu'à le faire à partir de maintenant, suggéra Biana.

-D'accord, dirent le reste du groupe elfes.

Sandor grogna et Grizel vint lui tapoter le nez. Sophie toussota.

-Vous êtes sensé être des personnes âgées...

-Pff... Ce n'est pas drôle, râla la garde du corps de Fitz.

-Tam, Linh, Wylie, et Dex, avec vos gardes du corps, vous allez chercher dans le 9ème arrondissement et moi, Sophie, Fitz et nos gardes du corps, allons chercher dans le 8ème.

-Pourquoi on doit chercher dans le plus gros ? Soupira Tam.

-Parce que j'ai décidait comme ça, rétorqua l'Eclipseuse.

-Rendez vous tous les soirs à 20h à l'hôtel, dit Sophie.

-Ok !

Sur ceux, ils se séparèrent. Les deux jeunes Vacker et Sophie (accompagné bien sur de leurs gardes du corps) prirent le bus. Un groupe de six filles les regardait en biais. Sophie qui entendait leur pensée (comme Fitz) sur qu'elle complimentaient le Télépathe.

-Aide moi... Murmura t-il à l'oreille de son Aparentée.

Sophie prit sa main et regarda les humaines, le regard empli de défis. Elle aperçut des regards jalous, des grimace, et même un visage bléssé... Comme s'il ne fallait qu'un regard sur le physique pour tomber amoureuse.

-On descend ici, informa Sophie. Allons nous reposer dans ce parc, dit Sophie.

Biana acquiesça. Elle méprisait les humains, surtout le groupe de garçons, qui se tenait près de celui des adolescentes. Sophie était habituée à ce genre de comportement, quand elle partait en vacance avec sa famille humaine, beaucoup étaient ce qui la complimentaient sur son physique. Mais àprès tout elle était une elfe.

-Nous descendons au prochain arrêt, au parc Borély, dit-elle à ses amis.

Lorsque le bus s’arrêta, Biana se précipita dehors, poussant tout le monde au passage.

-Ouf... j’en pouvais plus de cette endroit. On n’est tous les uns sur les autres. Je n’arrivais plus à respirer !

-On sait tous que ce n’est pas la seule raison, la taquina Fitz, en sortant du bus.

-Regardez, les coupa Sophie, l’entrée du parc est ici, entrons.

Il entrèrent par un gigantesque portail noir en face de la plage. Au loin, il y avait trois fontaine a la queue, et derrière il y avait un château (pas un château fort mais plutôt à Everglen en miniature) qui régnait sur un bassin. Près d’eux, des enfants passaient avec des vélos, des trottinettes, et même chaussés de rollers, tous suivis de leur parents. Devant l’entrée, il y avait deux gendarmes qui se parlait, un enfant s’approcha d’eux et leurs dit bonjour. Les deux hommes lui répondirent et sourirent en lui caressant la tête avant de revenir à le motif de discussion.

Quelqu’un vint tapoter l’épaule de Sophie, qui se retourna en sursaut.

-Keefe ? Espéra t-elle à voix haute.

Malheureusement, ce ne fut pas l’Empathe qu’elle vit. C’était la fille rousse du bus qui avait affiché un visage blessé lorsque la jeune elfe avait pris la main de Fitz. Ce dernier haussa un sourcil avant de demander un « quoi ? » plutôt blessant, et agacé. L’humaine recula d’un pas avant de répliquer.

-T’as dis quoi ? Je voulais juste savoir si elle était avec toi.

Fitz regarda Sophie, inquisiteur.

-Elle voulait savoir si j’étais avec toi, dit Sophie alors que son cœur s’emballait.

-Ah, vous ne parlait le français... soupira l’humaine, avant que le Télépathe n’hoche la tête pour l’affirmer et de prendre la main de Sophie, pour s’éloigner d’elle.

Sophie ne put s’empêcher de jeter un regard derrière elle pour voir somme toute aller la rouquine. L’humaine la regardait, le regard noir, plein de mépris et de jalousie.

Quand, il furent éloigné de l’entrée, et près de la premier fontaine, Sophie lâcha brusquement la main de Fitz, pendant que Grizel applaudissait et que Sandro poussait un grognement, semblable à un couinement de sourit. Woltzer, lui restait impassible, comme à son habitude.

Biana se racla la gorge pour briser le silence gênant qui venait de s’installer.

-Visitons le parc pour nous détendre, proposa t-elle.

-Pas si il y a encore des humaines qui... qui ont fait comme celle de tout à l’heure, rectifia son frère.

Les deux filles acquiescèrent.

-Partit pour l’aventure ! S’écria l’Eclipseuse.

Le Télépathe secoua la tête.

-Elle est grave... dit-il assez fort pour que Biana l’entende.

Chapitre 6

Sophie

Les trois jeunes elfes firent le tour du parc, avant de s’installer dans un bar. Biana gouta pour sa première fois une gaufre au Nutella, bien sûr, elle ne trouva pas cette pâtisserie aussi bonne que celles des cités perdues. Fitz, lui, prit une glace au chocolat-noix de coco, tandis que Sophie prenait une crêpe au Nutella aussi. Puis, ils allèrent s’installer sur la pelouse, près du lac. Biana s’amusa a donner du pain au pigeon alors que son frère leur faisait peur.

Lorsqu’il fut 17 heures, les trois elfes commencèrent à rentrer, si les garde du corps ne leur avait pas suggéré, ils auraient pu rester près du lac encore toute une nuit, tellement Fitz et Biana étaient heureux de découvrir le monde humain et ses cultures. En effet, il étaient allés voir le jardin botanique du parc, avant de se faire exclure parce que Biana avait cueilli une fleur pour la ramener aux cités perdues.

Sur le chemin du retour, Sophie ne cessa de penser que Dex et les autres avait retrouvé Keefe et qu’ils les attendaient gentiment à l’hôtel. Néanmoins, elle crut voir, juste devant elle, un adolescent au cheveux sable et en bataille lui tourner le dos. La Télépathe ouvrit ses barrières mentales et fut assailli par des pensées humaines, dont celles de l’adolescent. Ce n’était pas Keefe. Que lui avait-elle prit ? S’en doute un mirage, sa conscience lui jouait des tours. Pourtant, lorsque le jeune homme regarda sur le côté pour chercher le paon qui venait de hurler, la jeune elfe vit ses yeux... D’un bleu magnifique, encore plus beau que celui de Fitz... D’un bleu qui était devenue sa couleur préféré... D’un bleu glacé... Devant elle, se tenait Keefe, la même personne qu’elle cherchait depuis plus de deux semaines. Keefe... Keefe... Ce mot résonna dans sa tête. Elle aurait tant voulu ce jetait dans ses bras... Sauf que... Sauf qu’il tenait la main d’une humaine. Elle avait de long cheveux noirs et ondulés qui lui arrivait à la taille. Sophie serra instinctivement les poings, par jalousie. Elle dut respirer lentement pour se calmer. Quand elle jeta un regard à Keefe, il regardait de partout, comme s’il avait su que Sophie était là. Sûrement était ce le cas, à cause de ses sautes d’humeurs. L’Empathe se retourna et croisa le regard de l’instillatrice. Il fronça les sourcils avant de murmurer :

-Foster ?

Keefe

Keefe n’en croyait pas ses yeux. Il avait ordonné à Sophie et à ses amis de ne pas venir le chercher. Grady avait dû les aider... d’ailleurs, ou été t-il ? N’était-il pas avec Sophie ? En tout cas, le couple Fitzphie était présent se dit-il en apercevant Fitz, les sourcils froncés qui tenait la main de son Apparentée, avec Biana en plus... Pourtant l’Empathe ne voyait qu’une personne... Sophie.

-C’est la première fois que tu parles de tout la journée, et... et... je ne sais même pas ce que tu as dit ! S’écria la jeune humaine qui été à côté de lui.

Le Polyglotte ne se détourna pas, les yeux rivés sur la Telépathe. L’humaine regarda dans la direction ou le regard de l’elfe toisait.

-Le mot que tu as dis... ne me dis pas que c’est le nom de cette fille... Implora l’adolescente.

Keefe continua de fixer Sophie, d’un air désolé, et fit un pas en avant. Mais Sophie recula, en poussant la main de Fitz. L’Empathe lâcha la main de celle de l’humaine et fit un pas de plus. Cette fois ci, Sophie resta immobile, alors Keefe en fit un autre, et encore un autre, jusqu’à arriver à la hauteur de Sandor, qui lui barrait le chemin.

-Oh aller... Gigantor... murmura t’il.

Il aurait tellement envie de rajouter : « Je pourrais me servir de mon nouveau pouvoir pour te stopper » mais se renfrogna. L’heure n’était pas au blague. Il supplia des yeux à Sandor (qui poussa un long et interminable soupir, avant de s’écarter). Keefe sourit tristement avant de faire un nouveau pas et de s’arrêter une fois de plus, a cause de Fitz. Il avait les mains sur les hanches, et les sourcils froncés.

-Tu n’iras nulle part, avertit-il.

-Je dois parler à Foster... chuchota Keefe.

Le Telépathe serra sa mâchoire, mais se dégagea comme même.

-Tu m’as manqué, dit-il.

-Toi aussi, répondit Keefe en lui donnant un tape sur l’épaule.

Keefe réussi à faire quelques pas de plus vers Sophie qui était toujours immobile, avant d’être arrêté une énièmes fois, par Biana cette fois. Le Polyglotte pensa que s’en été fini pour lui, qu’il allait recevoir encore une tonne de coups de poing, mais l’Eclipseuse se contenta de le serrer dans ses bras et de murmurer :

-Tu me dois une faveur...

Keefe acquiesça le sourire narquois, et se dégagea de son emprise qui l’étouffait. Enfin, il arriva à la hauteur de Sophie qui le toisait avec un mélange de colère, d’inquiétude, de soulagement.... et de jalousie ?...

-Ça va ? Demanda l’Empathe ne connaissant la réponse.

Sophie ferma les yeux pour dissimuler ses émotions, mais n’y parvint pas, néanmoins, elle hocha la tête.

-Je suis Empathe, et je sais que tu ne vas pas bien, ne ment pas à l’Empathe... ricana Keefe avant de se pincer les lèvres parce qu’il avait trop parler et que le monde risquer de s’écrouler s’il rajoutait quoi que ce soit.

-Tres bien, s’écria l’Instillatrice. Je vais te dire ce qui ne va pas, tu es parti je ne sais combien de temps, dans les cités interdite en plus, et maintenant... maintenant tu sors avec... un humains !

C’était bien de la jalousie que Sophie dégageait...

-Ce n’est pa ce que tu crois, dit Keefe à mix voix.

Il vit les yeux de Sophie scintiller, avant qu’elle ne tourne le dos et se mette à courir. Keefe resta un moment planté là, avant de se décider de la suivre.

Sophie

Sophie courait, tout droit. Les gens devaient s’écarter devant son passage pour ne pas la percuter. Elle pleurer, a la fois de joie (pour avoir retrouvé Keefe), de haine (parce qu’il l’avait quitté sans lui dire au revoir), et de jalousie, si infime soit elle, elle était comme même présente...

D’un coup, elle dut s’arrêter net pour ne pas tomber dans le bassin juste en dessous du mini Everglen. Elle s’assit au bord du bassin et trempa son doigt dans l’eau. Elle traça un cercle avec son index, contemplant les petits tourbillons derrière le chemin que formait le doigt de Sophie.

-Sophie, ce n’est pas ce que tu crois... fit une voix derrière elle qui manqua de la faire tomber à l’eau.

Elle releva lentement sa tête pour toiser son ami qui vint s’assoir près d’elle.

-Tu sais, j’aimerais ta t être Hydrokinésiste... murmura Sophie, en continuant de tracer les cercles dans l’eau.

Keefe l’interrogea d’un regard, et Sophie sourit à l’idée de la réponse de son ami.

-Pour pouvoir t’asperger d’eau !

L’Empathe eut un sourire, un vrai sourire.

-Maïs il va falloir que je me contente de ça ! S’écria la Télépathe en le poussant dans l’eau.

Keefe tenta de reprendre son équilibre mais n’y parvint pas et bascula dans l’eau, sous le rire de Sophie. Quand il se releva, les cheveux trempés de petites gouttelettes d’eau, il avait les yeux ronds, sous l’effet de l’étonnement, avant d’afficher son sourire et son regard narquois.

-Tu veux jouer à ça ? Ricana t-il avant de l’éclaboussait.

Sophie qui reçut l’eau en pleine face, se leva et se mit à détaler. Elle riait tellement qu’elle en avait les larmes aux yeux. Elle jeta un regard derrière elle et vit Keefe qui l’a suivait de près, les habits déjà séchés grâce à la régulation de température, une astuce que lui avait appris Alvar, le grand frère de Fitz, quand il était chez les invisibles.

Lorsque la Telépathe eut le souffle coupé, elle s’assit sur la pelouse et Keefe fit de même, avant de s’éclaircir la gorge.

-Foster

Il attendit que l’intéressée le regarde

-Ce n’est pas cette humaine que j’aime...

Sophie fit les yeux ronds sous l’effet de l’étonnement.

-Alors qui ? Demanda t-elle.

L’Empathe haussa les épaules.

-Ça n’a pas d’importance.

-Bien sur que si... S’emporta Sophie, jalouse.

Keefe l’interrompit en posant... son doigt en travers de ses lèvres.

-C’est toi... c’est toi, Sophie, que j’aime.

Sophie restait émue, une larme dévala sur sa joue, que Keefe essuya délicatement de son pouce en posant sa tête sur ses mains, pour l’obliger à le regarder à nouveau. Puis il se leva, et haussa des épaules.

-Viens, les autres doivent nous attendre.

Il tendit sa main pour que Sophie, qui était toujours par terre, se relève, en lui souriant. Ce qu’elle fit en lui répondant par un sourire.

Chapitre 7

-Hey vous êtes la ! S’écria Biana en se jetant dans les bras de Sophie. Il a fallut qu’on garde l’humaine, ajouta t-elle en montrant l’adolescente qui se débattait de toute ses forces contre l’emprise de Fitz qui l’a tenait par les épaules.

-Elle est vraiment agaçante tu sais... Soupira le Télépathe.

L’Empathe haussa des épaules.

-Je me demande pourquoi t’as choisis elle, pour petite amie, rajouta t-il (ce qui mérita le plus beau des regard noir de Keefe).

-Quoi ? Rétorqua le jeune Vacker.

-Keefe, dit moi ce qu’il disent de moi ! Vous parlez quelle langue ? S’écria l’humaine en se débattant de plus belle. Se sont tes amis ?

L’intéressé acquiesça en se rapprochant d’elle et de Fitz pour passer un bras par dessus l’épaule de l’elfe.

-Mon meilleur ami, en plus.

-Et oui, répondit Fitz.

Puis ils éclatèrent tous deux de rire.

-Et si vous veniez tous chez moi, suggéra Keefe a ses amis.

-Non on rentre a l’hôtel, ordonna Biana, préviens les autres.

-Je préviens toute suite Dex et les autres alors, dit Sophie avant d’envoyer sa conscinence vers celle de Dex, Linh, Tam et Wylie.

*On n’a trouvé Keefe, on se retrouve à l’hôtel le plus rapidement possible.* dit-elle.

*OK !*

-Il m’avait manqué Mister-Frangette, ricana Keefe.

Biana empoigna Keefe qui prit la main de Sophie, qui pris celle de Fitz, qui lui même tenait le poignet de l’humaine. Sandor, Grizel et Woltzer se mirent derrière eux pour fermer la marche.

-Lâchez-moi moi, hurla l’humaine. Keefe aide moi !

-Fais moi confiance, ce sont mes amis lui intima t-il.

*

Quand ils débarquèrent dans la chambre d’hôtel, une trentaine de minutes plus tard, Dex, Tam, Linh, et Wylie étaient déjà là. Tam baissa la tête, honteux, d’avoir participer (et jouer un rôle majeur) dans le fameux héritage de l’Empathe. C’était la première fois qu’il le revoyait depuis le désastre a Loamnore.

-Je suis désolé, murmura le Ténébreux, c’est de ma faute si tu as ce pouvoir, de ma faute si tu es venu ici, de ma faute...

Keefe l’interrompit en secouant la tête.

-Traduction : Tu n’as pas besoins de t’excuser, dit Sophie en se rapprochant de lui.

-Ah oui ? S’écria Tam. Ce n’est pas de ma faute si j’ai mis Keefe dans le coma de quatre jours !

-Quoi ? S’écria l’humaine, toujours détenue par Fitz. Vous avez mis mon Keefe dans le coma ! Ma parole vous êtes cinglé !

Le Ténébreux haussa des sourcils.

-C’est qui elle ? Demanda t-il en la pointant du doigt.

-Je ne sais pas si vous parlez de moi mais je m’appelle Elena et je suis sa petite amie, rétorqua t-elle, en réussissant à ce dégager de Fitz pour ce mettre devant Keefe, qui d’ailleurs tenait toujours la main de Sophie et de Biana, et qui poussa un soupir d’exaspération et d’agacement.

Le frère de Linh éclata d’un rire tonitruant.

-T’es sérieux là ?

Keefe poussa un nouveau soupir.

-Tu sais que tu pourrais la perdre (A devrait vous rappeler quelques choses... était indice ? Dans le tome 5)

-Perdre qui ? Demanda Fitz. Tam, quand Keefe faisait partie des Invisibles, tu lui a dis la même chose ! Amis tu vas m’expliquer de qui on parle à la fin !

Tam haussa les épaules.

-Lui il sait de qui je parle.

-Moi non, et c’est quoi les Invisibles ? Intervint la dénommée Elena.

-On n’est vraiment obligé de ce traîner avec une humaine ? Maugréa Tam.

-Toi aussi tu es un humain je te signale ! Rétorqua l’humaine vexée.

-Non, je suis un elfe, ricana Tam, de même que ton Keefe chéri.

Ce dernier leva les yeux au ciel.

-Allons-y nous assoir, proposa Biana.

-Bonne idée ! S’exclama Sophie.

Quand il furent tous assis, Sophie prit la parole.

-On doit rentrer à la maison.

Elena éclata d’un rire rauque.

-Je ne suis pas sûr de comprendre, mais Keefe habite avec moi, à Marseille.

Ce fut le tour de Sophie de rire.

-Non, maison est auprès de nous, dans les cités interdites.

-En Chine ?

-Quoi ? La questionna Sophie surprise.

-Bah, la cité interdite se trouve en Chine non ?

Sophie soupira.

-Non, nous habitons pas en Chine.

-Alors où ? Oh et puis zut... dans tous les cas, Keefe m’appartient.

Sophie n’en pouvait plu de supporter cette arrogante d’humaine. Elle se leva d’un bond, renversant au passage la chaise sur laquelle elle était assise quelques secondes auparavant.

-Keefe ne t’appartient pas, murmura t-elle le ton menaçant.

Chapitre 8

Sophie n’en revenait pas de ce qu’elle avait dit. A en voir les expressions des autres, elle n’était pas la seule. Ils paraissaient tous en état de surprise. Sauf Fitz qui semblait vouloir tuer quelqu’un. Un raclement de gorge rompit le silence, et tout le monde tourna la tête vers d’où venait le bruit. C’était Tam, à la grande surprise générale.

-Nous ne devrions pas y aller ? Demanda le Ténébreux.

-Non, rétorqua Biana, en appuyant son regard sur Sophie, pas temps qu’elle nous aura tout expliquer.

La concernée sentit ses joues s’enflammer, elle aurait voulu être Eclipseuse pour pouvoir se rendre invisible.

-J’attends une explication... S’impatienta Biana.

Sophie ferma les yeux, il n’y avait rien à craindre de dire la vérité.

-J’aime Keefe, moi, Sophie Foster, aime Keefe Sencen.

Elle avait prononcé ces mots, sans hésitation, sans trembler de tout son corps. Elle ouvrit un œil pour voir les réactions des autres. Biana semblait sauter sur son siège, Tam regardait Keefe, Elena semblait vouloir la tuer, Fitz serrait les dents, Dex était à deux doigts de la bombarder de questions (sûrement gênantes), Wylie et Linh semblait paisible. Et Keefe, lui, souriait gentiment, comme elle ne l’avait jamais fait auparavant, ce qui lui redonna des couleurs et qui l’a fit aussi sourire.

-Maintenant, nous pouvons rentrer ? Demanda Sophie, devant le silence gênant.

-Non ! S’écria Elena. Keefe et à moi, il ne t’aime pas, et ne t’aimeras jamais, tu m’entends ! JAMAIS ! Kee, rentrons à la maison, ils sont bizarres.

Keefe l’ignora et de leva pour aller prendre la main de Sophie.

-Rentrons à la maison, l’air empeste ici.

-Tu as raison, dit Biana en se levant.

Les autres jeunes elfes présents se levèrent, et les garde du corps aussi, et formèrent une cercle autour de l’humaine toujours assise. Fitz tendit un cristal, le cristal qui menait à Havenfield.

Avant de disparaître dans un scintillement, Keefe murmura à l’adresse d’Elena :

-Je ne t’aime, désolé. Adieu.

L’humaine éclata en sanglot, sans même adresser un regard aux autres, qui disparaissaient.

Chapitre 9

Ils réapparurent devant des pâturages, le soleil se couchait, laissant une reflet brillant sur la mer au pied de la falaise. Sophie entraîna ses amis vers l’élégante demeure. Elle ouvrit la porte et fut surprise de constater que personne ne l’accueillait. Un silence de mort régnait, où on n’entendait que le battement irrégulier du cœur de Sophie.

-Tout doux Foster, je suis sur qu’il sont quelque part par là... Murmura Keefe à l’oreille de Sophie.

Pourtant la jeune fille n’en eut pas le cœur net, elle tourna la tête vers la cuisine, puis derrière elle, et encore sur sa droite. Elle ne vit personne. Son cœur s’accélérait. Elle décida de les appeler.

-Maman, Papa !!!! Hurla t-elle. Ou êtes vous !

Personne ne répondit, n’y rien ne se produit. La jeune Télépathe lâcha la main de Keefe, et couru voir au premier étage . Toujours personne.

Mais ou auraient pu t-ils bien aller ?

Des craquements... Des grincements... Puis un cri... Un cri à casser les tympans, s’éleva au troisième étage. Sophie s’imagina les pires scénarios, avant de se précipiter dans les escaliers, suivie de près par Keefe et ses amis.

Au troisième étage, régnait Grady, à terre, évanoui par l’atomiseur que tenait Lady Gisela qui le pointait à présent sur Edaline, qui se trouvait adossée contre le mur. L’invisible tira une nouvelle fois sur la mère adoptive de Sophie, avant que celle ci ne puisse réagir. Edaline s’écroula par terre, à présent évanouie. Sophie se précipita vers sa mère, et Keefe la rejoignit.

Puis tout à coup, elle sentit une chaleur électrique dans son dos, puis la chaleur commença à se répandre dans tout son corps, la secouant de spasmes. Gisela venait de lui tirer dessus avec l’atomiseur.

-On la tient, elle ne s’enfuira pas !! S’écria Sandor.

Mais Sophie ne l’écoutait que d’une oreille, trop concentrée sur sa douleur. Des bras l’enroulèrent et la soulevèrent. Elle reconnu l’accent de Keefe qui lui chuchota a l’oreille :

-Tiens bon.

Sophie ferma les yeux et se laissa bercer, mais la douleur ne se dissipa pas pour autant. Au contraire, elle empirait.

-Je n’y arrive pas... murmura Sophie entre deux respiration difficiles.

Keefe lui prit le menton, l’obligeant à le regarder. Elle ouvrit ses yeux, mais ne vit que du blanc, qui l’aveugla.

-Tu es Sophie Foster, oui, tu es l’elfe la plus forte que je connaisse, et tu peux tout arriver, l’encouragea Keefe.

Puis il déposa ses lèvres sur les siennes, d’un geste si délicat, que Sophie se sentit soulager de la douleur. Cette fois ci, quand Sophie ouvrit les yeux, elle distingua la silhouette de Keefe, penché sur elle. Elle se laissa bercer avant de sombrer dans un sommeil calme, accompagné une légère brise bleu.

Chapitre 10

Sophie ouvrit les yeux... avant de les refermer de suite, à cause de la lumière aveuglante.

-Sophie tu t’es réveillé ! S’écria la voix de sa mère.

L’intéressée se roula en boule, sous sa couette.

-Sophie, ne fais pas t’as marmotte, Keefe t’attend en bas.

A ce nom, Sophie vira au rouge, se souvenant des faits... de quand déjà...

-Combien de temps ai-je dormi ?

-Oh, trois quatre heures seulement. Fitz nous a tout raconté, tu ne m’avais rien dit ! Mais ton je te comprends, ça n’aurait pas plu à Grady, en plus, il est en train de parler à Keefe, depuis qu’il sait réveiller et que Fitz lui a dit.

Sophie se leva d’un bond, et se frotta les yeux. Elle enfila une robe rouge, se brossa un peu les cheveux pour ne pas paraître bizarre, avant de se diriger vers la sortie de sa chambre. Elle percuta Sandor.

-Mlle Foster, vous vous êtes réveillée. Je suis navré de vous annoncer que Lady Gisela s’est encore enfui. Elle ne manque pas de ressources...

Sophie n’avait pensé qu’à Keefe, et avait complètement oublié Gisela. Les avait-elle vu s’embrassaient ? La Télépathe rougit à cette pensée.

-Pourquoi rougissez vous ? S'enquit Sandor.

L'intéressée s'empourpra de plus belle.

-Oh, rien, dit elle en essayant de se rembrunir.

Son garde du corps se poussa sur le coté pour laisser la place a Sophie de passer. Celle ci dévala les escaliers, pour aller dans le salon. Elle s'arreta pour espinner la conversation de son père avec Keefe.

-Keefe, supplia Grady. Restez amis, n'allez pas plus loin, imagine Sophie si elle te perdait, ou l'inverse...

-Ne soyez pas pessimiste, il ne m'arrivera rien, et encore moins à Sophie, répliqua Keefe.

-On ne sait rien.

Sophie décida d'entrer dans la pièce où se tenait son père et Keefe.

-Oh tu t'es réveiller ? S'exclama Keefe en accourant vers elle.

Sophie hocha la tête, en signe d'affirmation, avant de le prendre dans les bras.

-Merci, souffla t-elle à son oreille.

Son père adoptif se racla la gorge.

-Il est 22 heures, Keefe tu devrais rentrer chez toi, tu voulais seulement voir Sophie pour savoir si elle allait bien, maintenant tu peux disposer.

L'intéressé s'empressa d'acquiescer et de sauter vers son domicile, aux Rives du Réconfort.

Quand Keefe disparut, Grady prit la parole.

-Nous allons avoir une discussion tous les deux.

Sophie déglutit difficilement.

-Mais ce sera demain ! En attendant, au lit !!! S'exclama Edaline depuis les escaliers.

Comme Sophie aurait voulu lui sauter au cou pour la remercier de l'avoir sauvé de l'embarras !!! Mais elle dut se contenter d'aller au lit. Quand Edaline vint lui dire bonne nuit, elle la remercia discrètement.

Ce soir la, Sophie s'endormi rapidement, et ne fit aucun cauchemars.

Chapitre 11

Sophie se réveilla vers les 9 heures. Comment avait-elle put dormir si longtemps ? Elle n’avait même pas fait de cauchemars... Elle se leva, fit son lit avant de descendre prendre son petit déjeuner. Edaline lui avait préparé des guimolles. Sur la table, il y avait un mots :

Je suis en mission pour le conseil, je rentrerais dans quatre jours.

Je t’aime

Grady...

Sophie soupira de soulagement, parce qu’elle n’aurai pas à avoir cette conversation gênante, et lorsque son père reviendra, il aura sûrement tout oublié. Elle décida d’appeler Keefe. Elle remonta dans sa chambre après avoir terminé son petit déjeuner, pour se préparer. Elle s’habilla d’une robe bleu avec une cape noir et assez discrète.

Elle s’empara de son transmetteur et héla l’Empathe. Au bout de quelques seconde, Keefe apparut.

-Coucou, Foster ! S’écria joyeusement Keefe.

-Salut ! Tu es libre aujourd’hui ?

-Bien sur, de plus, mon père n’est pas là, tu peux venir !

Sophie sourit et hocha la tête.

-J’arrive dans quelques minutes, le temps de prévenir Edaline.

Puis elle raccrocha et se dirigea vers l’enclos de Verdi, elle y trouva Edaline en train de le chevaucher. Le dinosaure était devenu beaucoup plus tendre avec eux depuis l’attaque d’orge a Havenfield.

-Maman, l’apostropha Sophie, je vais chez Keefe.

Sa mère sourit de son fameux sourire béat et acquiesça. Alors, Sophie se mit à courir le plus rapidement possible pour se téléporter aux Rives du Réconfort.

Sophie entra dans le néant, suivie de près par Sandor et continua à courir. C’était bizarre cette sensation de courir dans le vide, pourtant elle avançait comme même... Au bout d’un moment interminable, lorsque c’est jambe commencèrent à fatiguer, une brèche s’ouvrit, et elle atterrit dans la pelouse verte près de la plage, des Rives du Réconfort. Keefe l’attendait, assis sur la balançoire.

-Je vais patrouiller par la, annonça Sandor, s’il y a un souci, criez, je viendrai le plus vite possible.

Sa protégée lui sourit et se dirigea vers la balançoire.

-Salut Foster, lui dit Keefe. Bien dormi ?

Il semblait plutôt gêné...

-Oh oui ! Cela faisait depuis longtemps que j’avais dormi aussi bien !

L’Empathe sourit et se décala pour laisser une place à Sophie sur la balançoire.

-Hier soir, ma cher petite maman à flanqué une droite à Sandor pour ce libérer, après t’avoir envoyé au pays du cauchemar. Elle m’a sourit puis a sauté. Je te jure que j’étais rouge de rage... Expliqua Keefe en serrant ses poings.

-Lady Gisela est forte, très forte. Il faudra bien plus que ça pour l’arrêter, le réconforta Sophie, même si cela n’eut aucun effet.

Elle posa sa tête sur l’épaule de l’Empathe.

-Nous sommes ici pour parler de chose heureuse, d’accord ?

Elle attendit que Keefe la regarde pour continuer :

-Grady est en mission pendant quatre jours !

-Trop bien, tu pourras venir autant de fois que tu veux alors, mon père n’est toujours pas revenu depuis que toi et Fitz avait parlé de je ne sais quoi avec lui, s’exclama Keefe.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.