Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Note d'auteur[modifier | modifier le wikicode]

Salut je suis Miss Blondinette et c'est une idée que j'avais depuis un petit bout de temps... alors je me lance. Soyez indulgent SVP c'est ma première et j'essaye d'écrire vite promis. Et je ne vais pas oublier de remercier La Licorne Qui Aimait Lire pour l’idée du titre. Et Avant que j’oublie

, S’il vous plait si je m’égare et part complètement dans un autre truc, Faites moi signe^^ Merci^^

Merci de ne changer le texte que pour corriger les fautes d'orth. ou de conj..


Static-assets-upload2569234288122053827.jpg

Prologue :[modifier | modifier le wikicode]

On les lui avait pris.

Elle le savait, elle le sentait.

Elle ne savait pas comment, pas pourquoi, pas quoi.

Elle essaya de toute ses forces, et en vain elle en trouva un.

Deux yeux bleus glaciers.

Chapitre 1.[modifier | modifier le wikicode]

Elle battait de toutes ses forces. Mais soudain, un flash de lumière s’abattit sur elle et... plus rien. Seulement une simple et vague sensation d'être transportée, jusqu'à cette odeur doucereuse qui hantait ses cauchemars.

Un sédatif

En revenant à la réalité, elle sentit la brise lui souffler sur la peau tel un murmure venu la réveiller. Mais ces murmure étaient là, on lui parlait.

- Sophie ! Sophie réveille-toi ! ordonna un souffle à la fois puissant et froid.

Sophie, son prénom. Voulant, elle aussi, se réveiller, elle obéit. Elle lutta avec tout son corps pour remonter et, enfin, elle put ouvrir ses yeux. Elle vit une chevelure blonde, des yeux bleus et un sourire narquois.

Lady Gisela.

- C’est bien, tu commence enfin à te réveiller, dit-elle sans détourner ses yeux bleus glaciers de ceux de la jeune fille blonde.

Lady Gisela continua avec les mêmes paroles froides et sans émotion, mais Sophie n’y prêta guère attention, trop occuper à regarder autour d’elle. À sa surprise elle se trouvât un endroit plutôt confortable. Elle avait vu des planques mais ô grands jamais d’aussi belle et confortable. Avec des papier peint au motif de fleur rose et violette, qui lui rappelait le panacier de Calla, sans odeur bien sûre, mais tout aussi douillet. La pièce comportait également une table plutôt ordinaire, mais il y en avait une au moins... Sophie fût surtout surprise de pouvoir bouger ses mains librement, et effleura du bout de ses doigt, un lit qui lui disait donc ne pas être prisonnière. Mais que faisait elle donc là? Cette question tournait dans l’esprit de la jeune fille blonde, sans pouvoir creuser la question plus loin car, Lady Gisela la secoua par les épaule, lui provocant une douleur si atroce qu’elle décrocha immédiatement de sa rêverie pour pouvoir entendre ses mots. Du moins ce qu’elle pouvait...

- Sophie! Que choisit tu? Argua la voix stridente de sa propriétaire

- Choisir quoi? Demanda la la plus jeune arrivant à peine à se concentrer

- Tu n’as donc vraiment rien écouté? Demanda de plus belle Lady Gisela

Sophie, un peu trop embuée pour répondre, se contenta de secouer la tête, signe de négation. Lady Gisela commença à jurer qu’elle que chose d’incompréhensible, sûrement un juron, mais se détendit et repris la parole de façon audible.

- Je te racontait que tes amis ne sont pas avec toi pour la simple raison que voici. Lady Gisela laissa un peu de temps à Sophie, juste le temps d’assimiler ses paroles, puis repris. Tes amis n’ont absolument rien puent faire en te voyant entrer dans ce champs de force, d’ont tu avait peu de chance de sortir et eux autant pour t’en extraire. Bref... Tu ne pouvait pas d’autant que Flash, notre nouvelle psionipathe,ajouta Lady Gisela devant son regard perplexe, est extrêmement douer, mais je continue de m’égarer.

La jeune fille encore un peu perdue, arrivait a comprendre mais pas poser des questions. Même si elles lui brûlaient les lèvres et tournoyaient dans son esprit semis-contient.  

- Quand ils t’ont vu dans cette prison ils savaient au fond d’eux que c’était perdus d’avance.Lady Gisela se prit dans un violent fou-rire en continuant sa phrase, Sinon ce sont de gros imbéciles! Je suis sûrement trop bavarde en ta présence...dit-elle en soufflant. Donc reprenons. Cependant, ils ont attendus le moment ou je t’ai collé le tissu imprégné de drogue sur la bouche pour commencer a montrer leur rage. Ce fut  plutôt drôle de les voir comme ça.commenta-t-elle.

La fureur commençait à monter en Sophie, mais elle ne pouvait laisser gagner encore une fois Lady Gisela, à cause de la jeune fille, ses amis avait trop perdues. Voilà la pensée qui tournoyait dans l’esprit de Sophie. Et toujours la même. Mais pensée ne servait à rien elle devait se concentrer. Et pour ça, avoir de la patiente.

- Bref, rabota encore une fois Lady Gisela, une fois dans mes bras tu était pale comme la mort et tu t’est écroulée sous l’emprise de la drogue. Si tu n’as aucun souvenir c’est normal. Les drogues ont eu un effet rapide sur toi, ce qui m’as plutôt étonné.

Lady Gisela ajouta ces derniers mots à voix basse avec quoi elle pensait sûrement ne pas être entendue, pourtant Sophie l’entendre et très clairement.

- Bon, fini les histoires,annonça d’un pas chancelant Lady Gisela, Passons aux choses sérieuses. Tu choisi.

Enfin les mots que Sophie voulais entendre.

- Soit tu nous rejoins,commença L.Gisela un sourire arrogant aux lèvres, soit tes amis vont tous souffrir devant toi.

Sophie ressentie à la foi crainte et estime de soi, une sensation qu’elle avait très peu ressentit avant... ou en tout cas seulement avec Keefe. Oui c’est bien ça. Juste avec Keefe et non Fitz. Mais elle n’avait pas le temps d’y penser, en tout cas pas maintenant. Elle a un choix a faire. La réponse est à la fois direct mais la jeune fille dû quand même hésiter. Finalement ele pensa a tout ce que Keefe et ses amis avait fait pour ELLE alors c’est son tour. Elle pris son courage a deux main et dit d’une voix qu’elle espérait forte. Je vous rejoins. Trois mots si simple. Pourtant peut-être irréparable. Ses mêmes mots avait franchie le seuil de sa bouche. La petite blonde s’en rendit seulement compte aux sourires narcotiques que portait les lèvres de L.Gisela. Sophie venait donc de lui livrer ce que son ennemi voulait et sur un plateau d’argent. Peut-être même sur un plateau d’or.   

Chapitre 2.[modifier | modifier le wikicode]

Pour couronner le tout, Lady Gisela voulut que Sophie retourne dans un endroit ou elle venait à peine de sortir. Dans le noir et sans sensation, du monde noir et glacé des sédatif. Sophie aurai voulu dire non à cause de sa disgrâce pour ces dernier mais dire non à L.Gisela ce serai déplacer car tout retomberai sur la jeune fille. Alors elle se retiens de dire non et accepte. Le goût ce n’est pas le pire mais c’est la sensation quand il vous emporte. On a l’impression de perdre goût à la vie, de ne plus ressentir le vent frais contre sa peau, ne plus rien ressentir, mais le plus dur c’est de savoir: quand on se réveille, qu’a-t-on raté  pendant qu’on est sous l’emprise et revenir a nous même. Voilà le plus dur. Non l’arrivée du monde sans couleur, mais au contraire, la fin, le réveille. Sophie plongea donc une nouvelle fois.

Un pas devant l’autre image.jpg

À son réveil, la jeune fille n’a qu’une seule chose en tête. Son prénom, mais elle ne savait même pas si c’est vraiment celui-là car quelque chose clochait. Elle se demandais si se n’était pas ça mais fut rapidement fixée en se rendent compte qu’elle ne se souvenait plus de son passé. Plus de rien. Voilà donc la source de ce qui clochait. Sa mémoire. La jeune fille tenta donc d’en découvrir plus en forçant sa mémoire. Son plan avait marché, pas autant qu’elle espérait, mais avait marché. Elle en avait trois de plus. Trois, c’est une énorme réussite. Elle se concentra sur ses nouveaux souvenirs. Le premier ressemblait à deux icônes postées l’une à côté de l’autre, décrivant un cygne de couleur noir cendre et un œil surmonté d’un cercle. Ceci ne lui apporta absolument rien car elle en ignorait la signification. Le deuxième ressemblait plutôt à une instruction. Elle se rendit compte par la suite que se n’était pas un souvenir mais plutôt un parchemin qui était placé à côtés de son oreiller, elle pris donc la décision de la lire après un compte rendue détaillée de son dernier espoir: son dernier souvenir. Sa déception fut énorme quant son souvenir était trop flou pour l’examiner. Elle en vit néanmoins une couleur bleu glacier ressortir, elle ne perdra pas espoir. Bon, elle n’avait plus grand chose à faire à part lire les instructions écrites, ce qu’elle fit donc espérant ne pas être une nouvelle fois déçu. Voilà les instructions données d’une écriture très soignée:

Chère Sophie,

Si je ne suis pas là à ton réveil, j’en suis désolée. Mais je répondrai à toute tes question quand je te reverrai. Mais suit d’abord ces instructions:

-Bois les flacons placés sur ta table de chevet

-Et rendort toi

Ces explications sont simples mais si tu n’en a pas la force, il suffira de te rendormir en touchant la petite plaque grise placé au dessus de ta tête.

Bien tendrement Lady Gisela Polaris

Plusieurs choses vint à l’esprit de la correspondante qui tourna en bourrique pour trouver les réponses qu’elle espérait. Pour commencer, son prénom était donc Sophie. Ensuite, pourquoi devrait-elle obéir à une simple lettre. Mais la question qui l’occupait le plus était la simple présence de rature vers la signature. Pourquoi Polaris ne voulait pas qu’on l’appelle Lady Gisela? Sophie pris un instant pour réfléchir à son choix final, un choix crucial qui pourrait tous changer. Sophie ne voulait pas faire preuve de lâcheté et choisit la solution pour montrer qu’elle était forte. Elle choisit de boire les flacons placés à côté d’elle. Ne sachant pas ce que contenait les flacons, elle essaya au moins de deviner avec incertitude ce qu’elle allait boire dans quelque minute. Le premier était de cinq couleur différente, mais distinct. La jeune fille pensait avoir deviné que comportait le second. Un sédatif. Sophie eu une légère grimace en sentant ce second, mais ne savait pourquoi cela lui venait à l’esprit au contact de cette odeur amère. Elle but néanmoins les flacons dans l’ordre, en premier le contenaire contenant cinq couleur puis le sédatif noir et puisant. Au contact de ses lèvre, la jeune fille sentit un frisson traversée son corps tout entier, comme si le contenue devait passé à travers son corps pour y laisser une trace indélébile qui pouvait tout changer, tout. Cette sensation lui était familière mais ne trouvait pas d’où elle venait. La blondinette pris donc le second flacon en espérant ne pas avoir la même sensation traversée sont corps. Elle avait tous faux.  Certes, cette fois pas dans tous le corps, mais une sensation de vide. Un noir infini. Un éternel sommeil froid et sans rêve.

Chapitre 3.[modifier | modifier le wikicode]

À peine l’esprit tortueux de la jeune blondinette se réveilla, que la lumière plus assourdissante et douloureuse que tout, lui déclencha un mal de crâne énorme sans pouvoir le contrôler. Tout ce qu’elle voulait, c’était cesser cette douleur. La fillette se concentra de tôt ses force, utilisa toute son énergie mental et s’appliqua sur son unique but, sortir de cet enfer. Elle tata tout les recoins de la pièce mais ne trouva pas comment arrêter son mâle de crâne. Elle ordonna donc a la lumière de s’éteindre, et elle lui obéis. Une simple supplication avait suffi, mais elle n’avait même pas prononcer un seul mot... elle ne comprenait pas. Elle ne laissa pas ses pensée la tourmentée et pensa plutôt de se féliciter pour une épreuve douloureusement passée. Malheureusement, elle n’avait pas tout vu. Une personne l’avait vu. Elle était là depuis le tout début. Et la jeune fille ne l’avait toujours pas remarqué.

Suite postée le 10 fév. 2021


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .