Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Bonjour, j'ai créée cette fanfiction sur un coup de tête mais j’espère qu'elle vous plaira.^^

Bonne lecture ! ;)))

De Dianna26

 
Sophie Foster 1.jpg

Synopsis :

Sophie a été rendue amnésique par Lady Gisela qui s'est révélé être une puissante télépathe. Elle a enlevé Sophie et l'a placée dans un gang impitoyable chez les humains, dans les Cités Interdites, où elle essaye de « reprogrammer » notre héroïne pour en faire une Invisible… Cela fait déjà trois mois que Sophie réside dans ce milieu jusqu’à ce que Lady Gisela revienne un soir par surprise. Elles montèrent en haut du bâtiment qui est réputé pour être le plus haut de la ville. Mais Sophie ne semble pas très coopérative avec les idées d’un « futur parfait pour tous » de Lady Gisela.


Chapitre 1 :

-Je ne peux pas ! déclara Sophie d'une voix forte. Jamais je ne pourrais tuer un innocent avec pour seul prétexte de me « préparer » ! Et me préparer à quoi d'ailleurs ?

-Je te l'ai déjà dit, rétorqua Lady Gisela d'une voix suffisante, ce monde a besoin de changement ! Mais…

-Et comment comptez-vous le « changer » ? C'est impossible de faire changer autant d'humains pour… pour en faire quoi au fait ?

Bien entendu, Lady Gisela ignora sa question et repris d'une voix mielleuse:

-Mais qui a dit que tu jouerais un rôle ici ? Si tu es là, s'est seulement parce que tu as besoin de te préparer mentalement : de découvrir la sensation d'être puissante, d'accepter d'être cruelle et impitoyable aussi. Mais surtout de t'habituer au sacrifice sans en avoir le moindre remord. N'as-tu rien ressenti en venant ici ? Tu es même devenue une véritable cheffe ! Malheureusement pour toi, tu es trop vulnérable à ce niveau là. Tu es tout le contraire de ce que tu devrais être…

-Et si je n'ai pas envie d'être comme ça ! objecta Sophie en masquant ses tremblements du mieux qu'elle pu. N'y a-t-il pas de manière plus pacifique de régler ces problèmes ou…

-Pacifique hein, éructa Lady Gisela, amère, pour toi les gens changeront si on le leur demande "gentiment" ! Eh bien moi, je pense qu'il faut leur faire comprendre que notre monde a besoin d'un changement ra-di-ca-le, en utilisant la force s´il le faut ! Il faut leur montrer à tous que nous sommes bien plus puissants qu'eux. Et pour ça, ces idiots ont besoin d'un chef pour leur ouvrir les yeux !

- Tous cela ressemblent à un dictature, murmura-t-elle, et je ne sais même pas de quoi vous parlez.

Peut-être que si elle calmait le jeu, elles pourraient s'expliquer plus calmement. Depuis qu'elle était avec le gang, elle connaissait ce genre de discussions. Il fallait admettre qu´elle se plaisait bien ici. Elle avait acquit des compétences incroyables et son maniement d'armes était monstrueux: elle pouvait prendre et manier à la perfection n'importe quelle arme de n'importe quelle main. "Tu es une guerrière née " ça, tout le monde au gang le lui avait dit. Et leurs tyroliennes à travers la ville chaque jour pour rejoindre une planque (réfectoire, dortoirs, arène, etc.)… elle avait l'impression de voler. On aurait dit une Audacieuse comme dans "Divergente". Elle se sentait libre et épanouie. Elle s'était même fait énormément d'amis. Pourtant… pourtant elle savait qu'au fond d'elle, sa vraie place était autre part, c'était là la seule certitude qu'elle avait. Son esprit la faisait souffrir en permanence et pas qu'à cause du diadème que Lady Gisela l'avait forcée à mettre "pour son bien" disait-elle, son esprit la faisait souffrir à cause de ses trous noirs comme s’il lui manquait quelque chose. Mais soudain, quelqu'un, non, plusieurs personnes tambourinèrent férocement à la porte. Ils criaient tous son nom et lui hurlaient de partir. Mais tout se passa très vite.

-Fais ton choix Sophie: rejoint-moi de ton plein gré, ou je serais contrainte d'utiliser la force.

Sa voix était calme, mais son regard était froid et dur. Il était clair qu'elle n'hésiterait pas à user de la violence. Malgré tout, les voix lui étaient tellement familières qu'elle décida de les écouter.

-Non, répondit simplement Sophie d'une voix tremblante, je ne rejoindrais jamais votre ordre, Lady Gisela.

-Que tu crois, rétorqua-t-elle, eh bien soit. Je suis sincèrement navrée Sophie, mais tu ne me laisses pas le choix.

Avant même que Sophie ai eu le temps de faire le moindre mouvement, la porte s'entrouvrit et avant même d'apercevoir les personnes venues ici pour la « sauver ». Lady Gisela poussa Sophie qui bascula par-dessus la rambarde à grands cris, et tomba du haut de l'immeuble.

Chapitre 2 :

Sophie tombait en chute libre en poussant des cris, et, au moment de l’impact, elle ferma les yeux et pensa "ça y est, c'est la fin". Mais au lieu de percuter le sol, elle le "traversa" littéralement et atterri sur un grillage qui faisait office de trampoline, d’amortisseur. Une personne encapuchonnée d'un long manteau noir avec un symbole étrange sur les manches qui l'attendait non-loin de là, l'attrapa par le bras et l'emmena avec lui dans les couloirs sombres. Mais Sophie n'avait plus la force de résister, comme si en traversant le sol, on lui avait aspiré tout son énergie. Quand il lui dit d'accélérer le mouvement, Sophie reconnu la voix de Gethen. Des souvenirs l'attaquèrent de toute part jusqu'à ce qu'elle s'écroule au sol. Gethen grommela quelques mots incompréhensibles, et attrapa Sophie pour l'emmener dans ses bras.

Elle essaya de se débattre mais son corps ne lui obéissait plus. Elle était comme une poupée de chiffon. Elle ne voyait plus rien car elle n'avait plus la force d'ouvrir les yeux. Au bout d'un certain temps, Gethen la déposa sur un lit moelleux et parti en fermant la porte à clé. Mais Sophie n'en avait plus rien à faire. Elle s’endormit dans un sommeil qui n'avait pour seul but de retrouver un peu d'énergie.

Quand elle se réveilla, une douleur profonde se creusa dans sa tête. Elle avait des courbatures sur l'ensemble du corps. Elle porta ses mains à sa tête pour se masser les tempes. La jeune fille observa tout autour d'elle et fut très vite étonnée de voir qu'elle était dans une chambre luxueuse. Les murs étaient peints en bleu nuit et incrustés de diamants comme si elle était dans l'espace. Le reste de la pièce était habillé avec des meubles en diamants et en cristal, les coussins et les tapis étaient fait de soie. Elle disposait aussi d'un dressing garni et d'une très grande salle de bain.

Mais elle ignora tout ce confort pour aller tambouriner contre la porte.

« -  Laissez-moi sortir ! cria Sophie

- Tu t'es préparée ? Rétorqua la voix de Gethen. Lady Gisela t'attend !

- Et pourquoi devrais-je faire ça ? demanda- t-elle sèchement.

- Premièrement parce que c'est ton billet de sortie, et deuxièmement, si tu veux des réponses, il faudra d'abord venir voir Lady Gisela. »

Hélas, elle voulait des réponses sur ce qu'il s'était passé la veille. Alors, elle alla s'habiller avec les vêtements qu'on lui avait préparés : des vêtements simples composés d'une tunique blanche à manche, une leggins et un plastron violet foncé, un brassard avec un symbole étrange, une ceinture et de longues bottes sans talons noires ainsi qu’un long manteau qui était semblable à celui de Gethen étaient disposés sur un fauteuil. Elle se fit également un chignon sévère pour retenir ses mèches désordonnées. Et aussi improbable que cela paraisse, elle découvrit qu'un de ses meubles en cristal et en diamant renfermait les armes les plus étranges qu'elle n'ai jamais vues. Elle décida alors de cacher quelques armes dans son manteau et sur elle. Elle mit une sorte d'assemblage de plusieurs lames tranchantes, parfaitement aiguisées, en forme de losange pliable qu'elle enroula autours de son chignon, des sortes d'étoiles à lancer qu'elle cacha dans les poches de son manteau après avoir esquissé quelque gestes et une dague qu'elle glissa dans sa botte. Satisfaite, Sophie retourna voir Gethen qui lui ouvrit la porte après avoir vérifié que le diadème était toujours sur sa tête. Il lui empoigna le bras délicatement et la guida dans le sombre couloir. Une fois arrivé devant une grande porte élaborée avec des motifs étranges sertis de joyaux, Gethen s'avança et lécha un capteur. La porte s'ouvrit après plusieurs bruits métalliques sur une grande salle sombre avec pour seul meuble une table en onyx avec un grand motif en opale identique à celui que Sophie arborait sur sa manche. Tout autour de la table, des chaises étaient réparties, et un trône en pierre de lune et en perles nacrées trônait au bout de la table, majestueuse et imposante.

-Assieds-toi là, lui intima Gethen en désignant la chaise en face du trône.

Il s'installa dans un siège proche de celui de Sophie. Au bout de quelques minutes, des lumières illuminèrent seulement la table, plongeant les chaises dans le noir, et plusieurs silhouettes encapuchonnés du même manteau que Sophie prirent place autours de la table. Lady Gisela, elle, s’assit sur le trône. Elle regarda Sophie et sourit :

-Alors ma chérie, dit-elle d'une voix mielleuse, t’es tu enfin décidée à rejoindre notre ordre ?

-Non, répondit simplement Sophie, en faisant grimacer l'assemblée.

-Oh, mais ma chérie, tu te plairas ici, crois moi sur parole, insista- t-elle, nous sommes tous de ton côté, regarde par toi même. Tout le monde retira sa capuche sans exception, ne voulant plus se cacher à elle.

-Et nous, continua-t-elle, nous ne sommes pas comme une certaine organisation, que tu connais d'ailleurs : le Cygne Noir. Elle cracha les derniers mots comme si c'était du poison. Ils ont essayé de t'enlever et de t'éliminer à maintes reprises, ils ont fait de nombreux morts parmi nous, dit une voix dans l'assemblée.

« Celle de Brant » pensa Sophie sans savoir d'où elle la connaissait. Et au fur et à mesure que les voix continuaient de parler des crimes commis par ces malfaiteurs. D'autres lui expliquaient l’existence des elfes, des gobelins, des nains, des trolls, des gnomes et des ogres. Et d'autres encore lui racontaient sa vie passée : comment le Cygne Noir et le Conseil avaient tenté de l'éliminer quand le roi nain avait voulut l'aider ( il s'était d’ailleurs fait exiler ), comment le Cygne Noir avait monté la population contre eux en les accusant d'avoir déclenché une épidémie qu'ils avaient déclenché avec les ogres, comment leur roi leur reprochait d'être responsables de la destruction de leur capitale. Combien de fois les Invisibles l'avait sauvée du danger qu'elle courrait, avant de faire en sorte qu'elle puisse se défendre contre toutes les personnes qui lui voulaient du mal en l'envoyant chez les humains, et de la protéger en même tant qu’en leur faisant croire qu'ils s’en étaient débarrassés. Lorsque les explications cessèrent, Lady Gisela reprit la parole d'une voix douce :

-Alors ma chérie, tu as fais ton choix ?

-Je..., bredouilla-t-elle, Je crois que je veux rejoindre votre ordre. Sophie était bouleversée, en colère, et désirait la vengeance en détruisant le Cygne Noir et le Conseil. Et aussi tout les autres monarques qui avaient osé s'en prendre à elle et aux Invisibles, en commençant par le roi Dimitar !

-Excellent choix ma douce, dit Lady Gisela, mais avant de t'expliquer notre vision de l'avenir, tu dois nous jurer allégeance.

-Comment ? demanda aussitôt Sophie, Que dois-je faire ?

Lady Gisela sourit fièrement:

-Mais en versant ton sang, bien sûr. Tout ce que tu dois faire, c'est me faire confiance et me laisser faire.

Sophie vint à côté de Lady Gisela qui, fière comme un paon, sorti une lame étrange de son manteau. Une sorte de poignard avec le symbole des Invisibles gravé sur le manche. L'arme était blanche et entièrement recouverte de gravures qui formaient les mêmes motifs que ceux que Sophie avait observés sur la porte. Elle ferma les yeux et laissa Lady Gisela tailler la manche droite de sa tunique. Puis la douleur arriva, cuisante, elle la faisait souffrir, mais elle resta de marbre. Elle ouvrit finalement les yeux et observa Lady Gisela dessiner des sortes de motifs s’entremêlant juste au dessous de son épaule droite avec au centre des vagues. Elle faisait cela sur le côté, de manière à ce qu'il se voie bien, le symbole des Invisibles, un œil entouré d'un cercle. Quand elle eu terminé, Lady Gisela appliqua du Frissyn, substance que Sophie reconnu, contre sa peau, et les marques sanguinolentes que lui avait faites Lady Gisela virèrent au noir. Ça lui faisait comme un tatouage sur le bas de son épaule tout en encerclant le haut de son bras.

-Parfait, clama-t-elle, tu es à présent un membre officiel des Invisibles !

Sophie regagna sa place, fière et droite, son épaule à découvert. Tout le monde la regarda impressionné et elle leur répondit par un regard déterminé.

-Bien, maintenant que ce détail est réglé, dit Lady Gisela, Tu es prête à découvrir le secret que cache le Projet Polaris…

Chapitre 3 :

En rentrant dans ses quartiers à l'aide de Gethen, Sophie remarqua un passage secret dans l'un des murs de sa chambre. Elle ne savait pas quoi faire mais la curiosité l'emporta. Elle ouvrit le passage incrusté dans le mur et se retrouva dans une chambre semblable à la sienne si ce n'est que la chambre ressemblait à un volcan mais la température était froide comme si elle était dans un désert de glace. Les meubles étaient en pierre volcanique et en opale de feu. Le rendu était une véritable illusion avec les mur en hologrammes. Même la fumée était représentée au plafond ! Quand tous à coup Quelqu'un se racla la gorge bruyamment.

- Qu'est-ce que tu fais là ? lui demanda une jeune fille qui lui disait vaguement quelqu'un qu'elle aimait beaucoup.

- Je… J'ai vu une porte dans l'un des mur de ma chambre et je… je voulais voir ce que c'était… au cas ou, bredouilla-t-elle, surprise et gênée.

- Oui je vois, dit-elle en rigolant, Tu m'avais manqué pendant tous ce temps…

- Pardon, s'exclama-t-elle, Tu te trompe, je ne te connais même pas !

La jeune fille fit la moue. Elle avait de longs cheveux blond clair délicats et un visage au trait fin, mais ce qui interpella le plus Sophie, c'était sa ressemblance avec Lady Gisela et ses yeux bleu glacier. Et Sophie fut surprise de l'entendre grommeler "Ma mère et ses manies à la noix" avant de dire :

- Je suis Argentla, Argentla Sencen, la fille de Lady Gisela.

- Lady Gisela a une fille ? S’étonna-t-elle.

- En fait elle a un fils aussi, mon grand frère, Keefe. Ma mère m'a eu un an plus tard car elle voulait m'avoir au cas où il serait défectueux.

Se nom, "Keefe", lui disait quelque chose, et même une très grosse chose. Des sentiments revenaient aussi, très profonds, comme si elle s'était attachée à lui de façon particulière. Peut être sortait-ils ensembles avant que Lady Gisela ne lui efface la mémoire, songea Sophie. Mais Argentla mit fin à ses belles illusions.

- Malheureusement, il déteste maman et il fait parti du Cygne Noir et d'une sorte de groupe ou brigade qui œuvre pour le Conseil.

- Il se bat toujours pour le bien pourtant ! dit Sophie à qui la phrase échappa.

Cette phrase flotta entre elles.

- Tu sais, dit Sophie pour rompre ce silence gênant, tu m’as dit qu'on ce connaissaient toutes les deux alors que je n'ai aucun souvenir de toi, que voulais-tu dire par là ?

- Eh bien, ma mère à du te le dire mais on a toutes les deux été envoyées chez les humains, toi par le Cygne Noir et moi par les Invisibles, pour avoir un regard différent sur notre monde et par le pur des hasards, on s'est retrouvées dans le même lycée et on est tout de suite devenus meilleurs amies.

- "Les Deux Petites Binoclardes", ricana Sophie à qui les souvenirs revenaient, Donc tu es pyrokinésiste.

Sophie se souvint que vers la fin de l'année, Mike Waren et sa bande étaient revenus les embêter et Argentla avait perdu le contrôle et un incendie était apparu. Mais maintenant que Sophie avait découvert l'existence des elfes, elle comprit que Argentla avait déclenché son talent de pyrokinésiste se jour là.

- Oui, dit Argentla en hochant lentement la tête, et givreuse aussi.

- Trop bien, murmura Sophie, Et que s'est-il passé ensuite ?

- Eh bien, les Invisibles ont éteint l'incendie et m'ont emmené dans les cités perdues pour apprendre à contrôlé mes pouvoirs, comme je me suis aussi manifesté en tant que givreuse. Et apparemment, quelqu'un m'a effacé de ta mémoire.

- Le Cygne Noir, cracha Sophie, pleine de haine.

- Pour tout t'avouer, je ne fais pas confiance aux Invisibles ni à ma mère d'ailleurs… Mais j'ai toujours eu confiance en toi, je te suivrais peut importe tes choix qu'ils soient bons ou mauvais, même si tu a un don pour savoir ce qui est juste, tu peux compter sur moi pour t'aider. Tu es ma meilleure amie, déclara Argentla.

Sophie fut touchée par ses paroles.

- Toi, aussi, répondit Sophie.

Une alarme sonna, elles sourirent, se regardèrent, un éclat de malice dans les yeux et rigolèrent en concert.

- C'est l'heure de l'entrainement, lui apprit Argentla en plaisantant, Voulez-vous mourir Lady Sophie ?

- Bien évidement Lady Argentla.

Alors, main dans la main, elles se mirent en route pour leur entrainement avec Gethen, Ruy et Vespéra.

Chapitre 4 :

Quelque semaines étaient passé depuis qu'elle avait rejoint les Invisibles et, depuis que Lady Gisela lui avait retiré le diadème qui lui bloquait ses pouvoir pour le remplacer par un bracelet pour une raison inconnu de Sophie, elle avait acquit des compétences incroyables. Sa télépathie est devenus deux fois plus puissante qu'avant grâce à Gethen, travaillé son optimisation avec Vespéra et Emo, une puissante Empathe qui s'appelait en réalité Acalya, appris à imiter les autres à la perfection grâce à Lady Gisela… et même si il n'y avait pas d' Instillateur chez les Invisibles, Vespéra, Ruy et Emo pour lui faire faire des exercices sur la maîtrise de ses émotions. Elle travaillait aussi ses compétences où elle finit par y exceller à chacune d'elles. Mais un jour, Lady Gisela lui demanda de venir dans ses quartiers. Le sol était un hologramme qui représentait les cités perdus et les murs en opales de feu et en opales blanches qui illuminait la pièce comme si elle était le soleil et qu'elle marchait sur les cités perdues : métaphore qui représentait bien Lady Gisela d'ailleurs. L'ensemble était très intimidant et la fit se sentir toute petite.

- Ah tu es là, fit la voix de Lady Gisela, Tu es venu vite dis-moi ?

Sophie se retourna et vit qu'elle était assise dans un fauteuil de soie blanche qui avait l'air très confortable.

- Bien sur, répondit Sophie, je ne voulais pas vous faire attendre.

Sophie dit ces paroles en inclinant la tête.

- Bien, Sophie, j'ai une question à te poser, même deux pour être exact : Me fais-tu confiance ?

- Oui, déclara-elle en toute sincérité, vous m'avez toujours protégé.

- Parfais et… Acceptes-tu le changement ?

- Eh bien, j'accepterais tous les changements susceptibles d'aider notre monde.

Lady Gisela l'observa d'un œil calculateur, et, après hésitation, sortis cinq fioles contenant des liquides étranges.

- Ces quatre fioles contiennent de la lumière d'étoiles non-répertoriés, dit-elle en désignant les fioles lumineuses, Mais celle là, contient une dose importante d'hydrombre.

Elle dit cette phrase en attrapant la fiole contenant le liquide noir.

- Et que voulez-vous que je fasse, lui demanda Sophie.

- J'aimerais que tu les bois toutes.

Devant la mine étonnée de Sophie, elle leva les yeux au ciel et ajouta :

- Je te fais confiance et je sais que pour toi c'est idem. Alors, je sais que tu es déjà très puissante mais pour que tu sois un atout encore mieux pour nous et que tu sois plus dangereuse pour tes ennemis puisque ils connaissent déjà tout tes talent il pourront te maîtriser facilement. Donc j'aimerais que tu boives se traitement et que tu accepte le changement.

Sophie se répéta mentalement les paroles de Lady Gisela en ce demanda ci elle voulait vraiment plus de pouvoirs mais ces choix lui rappelèrent un moment où elle avait du décider… Mais tous ses souvenirs la quittèrent d'un coup. Quand elle rouvrit les yeux, Lady Gisela s'était lever de son siège et elle avait ses main sur les tempes de la jeune fille.

- Que faites-vous, lui demanda Sophie.

- Je… Tu avais mal alors je t'ai calmé avec un tour télépathique, répondit Lady Gisela, Mais revenons à notre discutions veux-tu.

Sophie n'était pas convaincue par ces explications mais acquiesça quand même. Elle regarda longuement les fioles posées sur la table devant elle. Mais malgré ses doutes, elle s'assit sur le fauteuil à côté de la table et but les cinq fioles en ignorant le goût…le goût acide des liquides. Seule la fiole d'hydrombre avait un goût âcre. Mais à peine eut-elle finit de les boires qu'elle se plia en deux. La douleur l'assaillait de partout, en essayant de trouver ce qu'elle cherchait au plus profond d'elle. Mais elle sentit Lady Gisela lui enlever son bracelet et dire "Il faudra que je demande à Engrenage d'augmenter la puissance".

- Accepte le changement, répéta Lady Gisela d'une voix semblait lointaine, très lointaine à Sophie;

Et d'un coup, plus aucune force n'était encore en elle et elle perdit connaissance.

Chapitre 5 :

Lorsqu'elle se réveilla, elle était allongée sur son lit avec une Argentla très inquiète penché sur la jeune fille.

- Sophie, ça va ? Tu te sens bien ?

Elle n'arriva qu'à prononcer un grognement de douleur tant elle avait mal et ses lèvres étaient rêches.

- Soufleuse ou Rafaleuse et hydrokinésiste, scanda la voix de Lady Gisela.

Sophie se redressa tant bien que mal à l'aide d'Argentla, qui leva les yeux au ciel.

- Je t'en pris maman laisse-là se reposer, l'implora-t-elle.

- En aucun cas, dit Lady Gisela pendant qu'elle se rapprochait à grands pas de Sophie, croit-moi Sophie, je suis vraiment désolée mais tu n'a que trois jours, un pour chaque talents que tu as acquis, pour les maîtriser à la perfection.

- Mais pourquoi, demanda Sophie qui fut de retrouver sa voix, Pourquoi un délaie aussi court alors que nous avons tout le temps de nous préparer ?

- Eh bien, vois-tu Sophie, commença-t-elle avec un entrain qui augmenta les inquiétudes de la jeune fille, dans trois jours précisément, les Conseillés on prévus de se rendre à Charissaima, La Grace Du Sang, car à l'époque c'était un bastions connu seulement par les Conseillés qui a servi à une guerre des plus sanglante, avec quelque membre du Cygne Noir et la Brigade Barbante pour parler de toi et du reste des Invisibles.

La jeune fille tressaillit. Mouvement que Lady Gisela aperçut avant de lui sourire tendrement.

- Mais ne t'en fait pas, continua-t-elle avec un éclat de colère dans les yeux, Pendant que ces imbéciles partiront, j'ai prévus une petite surprise pour Mistérium, l'Atlantide, Eternalia et tant d'autre villes…

Puis elle se mit à pleurer de rire se qui donna la chair de poule à Sophie au sujet de la mystérieuse "surprise" de Lady Gisela tandis que la main d'Argentla qui tenait celle de Sophie se crispa et elle remarqua qu'elle était tétanisé et qu'elle fixait sa mère le regard vide.

- Et de quoi s'agit-il, demanda Sophie d'une voix crispé.

- Un attentat, dit Lady Gisela avec son regard aussi meurtrier que les intonations de sa voix, et je compte faire le plus de dégât possibles. Je veux détruire les cités perdues.

Sophie et Argentla retinrent leur souffle. Lady Gisela avait dit cette phrase avec un sourire et une voix tellement douce qu'on aurait dit qu'elle venait de leur offrir un cadeau merveilleux. Sophie avait comme un mauvais pressentiment. « Mais dans quoi est-ce que je viens de m'embarquer ? », se demanda-t-elle, « Comment ai-je fait pour en arriver là ? »

Chapitre 6 :

Le délai passa tellement vite, comme de l'eau qui coulait entre leurs doigts. Le jour J, tout le monde se leva avant l'Aurore pour se préparer et à midi, tout le monde était près et entraîner. Chacun reçut un équipement en fonctions de leurs talents et de leurs compétences. Sophie, elle, reçut un tas d'étoiles gobelines et de dagues. On lui ordonna de faire équipe avec Argentla pour fusionner leur pouvoirs, de penser à utiliser son hydrokinésie et son vent pour créée des tempête et d'Instiller le maximum possible. Elle devrait faire parties du groupe qui irait à Eternalia. Lady Gisela lui conseilla aussi d'utiliser la voix de quelqu'un, de jouer sur les nuance et les hauteurs pour déstabiliser son adversaire et de rester invisible pour cacher sa présence. Une fois que tous le monde avait ses armes et savait quoi faire, tous le Invisibles scandèrent des phrases pour la liberté, hurlèrent de colère contre le conseil et d'autre encore ricanait de la frayeur et des carnages qu'il allait provoquer dans quelques minutes. Mais Sophie et Argentla restèrent immobiles. Comment parler de ça sans avoir un haut le cœur ? Mais Sophie n'eu même pas le temps de jurer qu'elle ne blesserait personnes et qu'elle se contenterait de saccager seulement certain bâtiment qui ne sont pas des habitations et se contenterais d'Instiller car Lady Gisela s'approcha d'elle avec un diadème qui rappela étrangement quelque chose à Sophie : une bataille à Loamnore. Mais à peine retrouva-t-elle ses souvenirs lui posa délicatement l'élégant diadème sur sa tête. Et d'un coup, elle ne pouvait plus penser, ressentir ou commander quoi que se soit en elle.

- Lève le bras droit, lui ordonna Lady Gisela.

Sophie, qui ne pouvait plus réfléchir ses propres mouvements, fit ce qu'elle lui demanda.

- Bien, maintenant étrangle-toi.

- Maman mais qu'est-ce que tu lui as fait, hurla Argentla en voyant Sophie s'exécuter, Sophie arrête !

Mais Sophie n'obéissait plus qu'à la voix de Lady Gisela, sa seule pensée était de répondre à ses bons vouloirs.

- Arrête, ordonna Lady Gisela.

Elle eut un sourire des plus carnassiers en observant Sophie. Argentla se précipita pour venir secouer son amie.

- Sophie, bredouilla-t-elle, Tes yeux, ils sont rouges.

Elle prononça ces paroles d'une voix étranglée.

- Que lui as-tu fais, cria-t-elle encore une fois à sa mère.

Lady Gisela ignora royalement sa fille et se mit à léviter au dessus de l'assemblée. Elle prononça une phrase incompréhensible et tous les Invisibles présent dans la pièce se redressèrent comme des piquets. Lady Gisela sourit de plus belle.

- Vous êtes à moi, demanda-t-elle en rigolant méchamment.

- Oui, répondirent tous les Invisibles d'une voix monocorde, dénué de toute émotion.

Ils étaient tous en transe comme Sophie.

- Bien, mais toi tu me donne du fil à retordre, dit-elle, en s'approchant de Sophie à grand pas.

Elle lui passa un bracelet de tissu noir et argent entrelacé autour de son pogné.

- Bon j'espère qu'il sera assez puissant cette fois, murmura-t-elle.

Elle retira le diadème qu'elle avait mis à Sophie quelque instant plus tôt et effaça la mémoire de tous ceux présent qui venait de voire se qu'elle avait fait à Sophie. Une fois qu'elle eu fini, elle les libéra de leur transe et reprit la parole comme si de rien n'était.

- Parfais, Sophie rejoint-moi, lui demanda Lady Gisela.

L’intéresser s'exécuta et une fois qu'elle fut à sa place, elle reprit son discours :

- Aujourd'hui, nous allons porter notre coup le plus monumentale avant la capitale des gobelins, des humains et du Projet Polaris. Et cette fois nous seront aidé par notre nouvelle recrue Sophie Foster, avec ses huit talent qui changeront la donne dans notre attaque. Et maintenant EST-CE QUE VOUS ETES TOUS PRETS À CHANGER LE COURS DE L'HISTOIRE ?

- OUI, hurlèrent tous les Invisible présent dans la salle même si ceux de Sophie et Argentla manquait de conviction.

- Alors en avant, scanda-t-elle.

Tous les groupes se formèrent. Sophie et Argentla rejoignirent celui d'Eternalia composé de Ruy, Gethen, Acalya, Et d'autre membre des Invisibles. Tout les groupes se redivisèrent pour arriver à différent point de leur cité et se laissèrent emporter par la lumière.

Chapitre 7 :

Lorsqu'ils se matérialisèrent, ils étaient tous dispersé dans la capitale et attendait le signal de leur chef. Lorsqu'un éclair bleu fendit l'air à la surprise général. Ils attaquèrent. Plusieurs membres des Invisible avaient abaissé leurs capuches pour effrayer encore plus la population. Tout le monde courait dans tous le sens et Argentla se fraya un chemin vers Sophie qui se fit attaquer par des goblins. Mais quand ils essayèrent de les attaquer, Argentla créa un mur de feu et Sophie fusionna sa poussée cérébrale avec son Instillation et son pouvoir de Soufleuse pour projeter les gardes gobelins violemment contre les murs des habitations secoués de spammes.  Ensuite, elles continuèrent sur leur lancer en fusionnant leurs pouvoirs élémentaires pour augmenter les dégâts. Elles avaient déjà détruits tout un quartier de la ville quand Sophie regarda au loin et se rappela du tribunal. Sophie voulait a tout pris détruire ce lieu ou tout le monde ne faisait que la juger pour sa différence alors qu'elle les aidaient à chaque fois. Après avoir prévenu vite fait leur destination à Lady Gisela, elle se rendit au lieu dit accompagnée d'Argentla. Arrivée au tribunal, elle assomma tout les gobelins qui étaient de garde sans problème grâce à son instillation et sont pouvoir d’éclipse mais elle eu besoin d' Argentla pour la soutenir quelque minute car elle avait utilisé beaucoup d'énergie pour entrer dans le tribunal vide. Le bâtiment était de toute beauté, ça, Sophie dut l'admettre, mais cela raviva encore plus sont désir de réduire se lieu en miette.

-Dis-moi, est que tu peux me dire ce qui fait le plus de dégâts ?

Elle créa une vague grâce à l'humidité du sol et de l'air et envoya une déferlante d'eau vers les gradins qui explosèrent face à ce jet d'eau tellement puissant qu'il brisait tout sur son passage. Elle concentra également une quantité d'air quand une légère brise passa qu'elle projeta violemment dans une direction opposé qui fit tout autant de dégâts que la déferlante d'eau. Sophie se retourna pour faire face à son amie.

-Alors, demanda-t-elle en levant les bras de manière théâtrale pour désigner son chef d’œuvre de destruction.

- Hum...égalité, trancha Argentla en faisant mine de réfléchir, avant d'exploser de rire en concert avec Sophie.

Leur rire était plutôt un rire nerveux car elle voulait s'amuser pour une fois. Elles se mirent à tout détruire petit à petit , en s'amusant. Elles laissèrent les trônes des conseillers idem pour l'instant car elles voulaient les garder pour la fin. Mais pendant qu'elles fusionnaient leur pouvoirs de feu et l'air pour crée un cyclone de feu, une voix tonna :

- ARRÊTEZ !

Sophie et Argentla pilèrent net et se retournèrent en sortant leurs armes en parfaite synchronisation. Sophie aurait volontiers rigolé de cette action synchronisée mais elles étaient devant l'ennemi. Elles firent face aux Conseil, au Cygne Noir et à une bande d'ados de leur âge. Sophie divisa sa conscience pour être en contact avec son amie par télépathie.

- On fait quoi, transmit Sophie.

- Je ne sais pas, répondit Argentla.

- Dans se cas on passe au plan B, déclara Sophie.

- Quel plan B ?

- Celui que je viens d'inventer, dit Sophie, on essaye de montrer aux autres qu'on est plus puissant, on improvise et on appelle ta mère.

Mais dès que Sophie croisa le regard de l'une des Conseillères, une ravissante femme avec des cheveux blond ondulé, des traits fins ravissant et des yeux bleu gris. Elle ne put s'en détourner et malgré tous ses efforts, une voix dans sa tête lui hurlait « MAMAN ! ».

Chapitre 8 :

- Tu vas bien, demanda Argentla en secouant doucement son amie.

- Oui, articula-t-elle pitoyablement.

Elle était tellement occupée à regarder la Conseillère qu'elle ne remarqua pas que le porte-parole du Conseil leur parlait.

- Qui êtes-vous, redemanda Emery.

- Bah on est des Invisibles ça ne se voit pas, répondit Sophie sarcastique.

- Oui mais vous ne vous appelez pas tous Invisible si, rétorqua-t-il sur le même ton.

Sophie se dit qu'il voulait sûrement connaître leur nom code. Sauf qu'elles n'en avait pas. Et mieux valait leur parler et répondre à leurs questions car ils n'étaient pas au courant que d'autres Invisible allaient venir mais en attendant elles étaient tous de même faible face à leur nombre s'en compter qu'ils étaient puissants et quelques garde du corps en nombre étaient près à dégainer leurs armes si il le fallait.

- Je…, commençai Sophie hésitante, …hum…

Sophie se retourna face à Argentla qui haussa les épaules en secouant négativement la tête pour lui montrer son impuissance. Mais Sophie se souvint d'un nom de code que quelqu'un lui avait donné pour rigoler une fois mais qu'elle avait bien aimé.

- Je suis...heu...Enigma, déclara-t-elle en s’attirant un regard étonné bleu glacier qu'elle trouvait magnifique qui lui parlait beaucoup.

- Et...moi...je suis...Pyrogiv, enchaîna Argentla en hésitant après quelques secondes.

Mais Sophie restait distraite au sujet de sa "mère"'.

- Mais je ne vous connais pas pourtant, dit le joli blondinet aux yeux bleus glacier à l'allure de surfeur.

« Keefe » pensa aussitôt la jeune fille en le fixant du regard. Elle se rappela pour une raison inconnu des sentiments très profonds et doux comme une vague de chaleur qui réchauffe le cœur. Mais Argentla aussi le reconnut et contrairement à Sophie, y vit une grande menace.

- Ha c'est toi l'imbécile qui a cru pouvoir nous détruire en jouant les espions !

Sophie ne savait pas pourquoi mais elle ne supportait pas qu'on dise ça du garçon !

- Pyrogiv..., commença-t-elle pour la calmer en maîtrisant son ton et sa voix.

- Et toi, continua-t-elle dans son excès de fureur vers un garçon très beau aussi avec des cheveux noirs de jais avec une frange argenté qui lui cachait un œil, Tu n’es qu'un traître avec Lueur ! Mais de toute façon, tu pourras lui dire de notre part qu'elle gardera la marque à vie !

- Quelle marque, demanda une jolie jeune fille aux yeux bleu-vert ravissant mais bouffis et rouge qui semblait avoir pleuré très longtemps énormément de larmes et semblait pouvoir craquer à tout moments pour une raison qui lui était inconnu. « Surement pour la fille qu'on as sois disant tuée » pensa Sophie « Mais qui est-ce ? ».

- Celle là, dit Sophie en dégageant son bras de son manteau pour retirer le brassard qui était consul pour cacher la partit à découvert de leur manche pour laisser apparaître le tatouage si besoin. Argentla fut étonné de voir que Sophie lui dévoilait tous ces secrets mais fit de même. Sophie remarqua que leurs tatouages étaient différents.

- Nous avons versé notre sang pour devenir un membre officiel et montré que nous avons pas peur de nous battre quel qu’en soit les conséquence. Que nous versions du sang, notre santé mentale et physique ou tout simplement notre vie, leur expliqua la jeune fille, C'est la signification exact de notre contrat on va dire. C'est douloureux mais ce n'est pas non-plus une torture.

Tout le publique était aurifié de voir cette marque mais Argentla se retourna vers son frère et avança d'un pas rapide vers lui sans s'arrêter alors même que les garde du corps gobelins, et plus étonnant encore, deux ogres, dégainait leurs armes.

- Keefe c'est sa, demanda-t-elle sèchement.

- Oui, répondit celui-ci nonchalamment, Et toi tu es Pyrogiv ? Enchanté, je sens qu'on va se détesté.

Et pour accompagner le geste a la parole, il lui tendit une main chaleureuse pour finir en beauté son sarcasme. Argentla sera les poings, mécontente de ne pas avoir su maîtriser son frère, et des étincelle commencèrent à crépiter dans ses mains. Sophie eu tout juste le tant de créée une vague assez puissante accompagner d'une bourrasque de vent d'un geste gracile malgré sa disgrâce habituelle pour éteindre les flammèches et ramener son amie à elle avant qu'elle ne se jette sur son frère et surtout avant que sa garde du corps ne se jette sur elle. Une jeune fille aux yeux bleu métallique et au pointe argenté comme Tam, sans doute sa sœur, la regarda impressionnée et pleine d’étonnement. Sophie ne savait pas pourquoi mais elle avait un pré-sentiment, ou plutôt elle savait, que cette jeune fille était Hydrokinésiste comme elle. Sophie fit taire ses pensé et posa une main apaisante à son amie en lui envoyant des sentiments chaleureux grâce à son instillation dans l'espoir de calmer son amie, mais elle était tout de même concentré sur son projet d'impressionné enfin sa mère, qui était tellement occupé avec l'avenir de son frère qu'elle comptait seulement à moitié à ses yeux.

- Je te déteste, cria-t-elle à l'intention de son frère, je ne comprends pas se que te trouve maman !

- Pardon, s'exclama-t-il, et qui est ta mère au juste.

- Tu as appelé ma mère, demanda Argentla à Sophie qui répondit négativement de la tête ma lui affirma le contraire par télépathie, Je suis sur qu'elle aimerait voir son rejeton !

Elle le désigna d'un bref mouvement de main avec une mine dégoûtée comme si c'était un déchet. Keefe sera les poings avant de la fixer du regard puis de se mettre à rigoler froidement.

- Tu me confonds avec quelqu'un d'autre, ricana-t-il, Moi j'ai LA maman du monde : Lady Gisela. Mais je ne t’apprends pas se nom.

Il désigna le blason des Invisibles présent sur son manteau. Voyant que son frère n'avait toujours pas saisie le sens de son sarcasme ni aucun de ses compagnon. Elle explosa d'un rire franc tandis que Sophie commençait sérieusement à s’ennuyer. Son amie avait donné trop d'élément et elle savait que de toute manière, elle comptait lui révélé sa véritable identité. Sophie ne prit pas la peine de l'arrêté et se laissa tomber en arrière pour finir son un siège d'eau qu'elle venait de créée pour s'allonger. Elle ferma croisa ses jambe, ses bras croisé eux aussi derrière sa tête et ferma les yeux pour voir ou en était Lady Gisela tout en écoutant la conversation. Mais elle sentie quand même les regards fixer sur elle. Mais elle ne saillit pas et continua sur sa lancé. Elle sentit surtout celui de l'ogresse qui se retenait de rire, celui de la Conseillère Alina qui se sentait outré, ce qui la rendait heureuse et fière pour une raison quelconque et celui de l'autre Hydrokinésiste qui la regardait fixement. Tout le reste regardait Argentla étonnés de son fou rire franc. Au bout de plusieurs minutes, elle se reprit et continua sa révélation avec quelque gloussement.

- Non je ne me suis pas trompée, dit-elle hilare avant de se remettre à ricaner de tout son soul, elle se reprit quelque minutes après, Et comme de toute façon cette stupide couverture ne sert à rien, autant bien faire les choses…

- Pyrogiv, l’interrompis Sophie en relevant légèrement la tête pour la regarder dans les yeux, Tu es sur que c'est bien de faire sa ?

- Ne t'inquiète pas Enigma, dit-elle en souriant, J'adore vraiment ton nom de code il te va trop bien !

Elle rigola en voyant son amie soupirer et lever les yeux au ciel avant de se rallonger tranquillement.

- Je n'ai rien à perdre, continua Argentla, Au contraire j'ai tout à gagner.

- De toute façon il est trop tard pour rattraper les choses maintenant, lâcha Sophie.

- Tu rigole, s'étonna son amie, Tu te sous-estime Enigma, tu peux les battre à toi seule si tu voulais, en tout cas tu es largement capable de leur effacer la mémoire en un clin d’œil !

- Mmmm...., soupira Sophie fatiguer.

Cela faisait au moins une heure qu'ils étaient là et personne n'était encore intervenu chez les Invisibles. Peut-être qu'elle nous observe pour voir ce qu'on va faire ? songea Sophie. C'était bien le genre de Lady Gisela ! Dans le doute, la jeunes fille se coupa du monde pour se concentré sur sa télépathie et élargir sa conscience pour vérifier qu'elle n'était pas dans le coin. Effectivement, elle s'était fait quelques frayeur pour rien mais en creusant plus, elle sentait que des pensés familière. Ils étaient proches et Sophie se releva brusquement et fit disparaître en même tant d'un nouveau geste gracile sont fauteuil confortable d'eau. Pendant se tant, Argentla avait continué sa révélation, elle leur avait balancé quelque pique sur leur ignorance jusqu'à ce qu'elle vu la jeune fille se lever brusquement.

- Qu'est ce qu'il y a, s’inquiéta-t-telle.

- Rien, rien, répondit précipitamment Sophie avec un regard qui lui montrait qu'elle ne pouvait rien lui dire.

- Bon tu en vient au fait ou pas, demanda brusquement la jeune fille.

Surpris par le ton de son amie, elle abaissa sa capuche pour dévoiler son visage.

- Bien sur, répondit-elle penaude, Je suis Argentla Sencen, la fille de Lady Gisela et un certain Lord Cassuis.

Tous retinrent leur souffle.

Malgré les soupçons qui les nourrissaient, voir la vérité en face faisait toujours souffrir. La révélation faisait choque pendant que Sophie soupirait. Elle ne comprenait décidément pas la décision de son amie. Lorsque leur regard se croisèrent, Argentla comprit les sentiments de son amie, elle argumenta d'avantage son choix.

- Aucune personne hormis les Invisible ne me connaisse, je suis une elfe non-répertorié on va dire. Et vu leur tête, je pense que j'ai bien fait.

Sophie ne savait plus quoi faire pour gagner du temps pour sa cheffe mais elle porta ses mains sur ses tempes car comme elle avait gardé contact avec les autres Invisible, les pensées était nombreuses et lui faisaient mal à la tête. Quelques regards se tournèrent vers elle car ils avaient déjà pu remarquer quelle possédait deux talents élémentaires. Mais elle rattrapa instinctivement son geste et se mit une claque au niveau des yeux en se servant du contexte de l'identité d'Argentla. Mais elle se demandait quand même comment réagirait Lady Gisela. Connaissant sa cheffe, elle avait surement préparé une révélation à chaque chose. Si sa fille avait modifié ses plans par erreurs, elle risquait d'avoir des ennuis.

- Aller ! Dit-leur qui tu es s'il te plait, la supplia-t-elle en faisant sa bouille de chiot avec ses yeux suppliant et ses mains jointe.

Mais ça ne marche pas avec Sophie dans une situation pareille.

- Non, moi au contraire ils me connaissent trop apparemment. Ce serait dangereux de leur dire qui je suis réellement.

Elle vit que pratiquement tout le monde avait les yeux bouffis sauf la plupart des Conseillers. Seul Terik, Bronte et Oralie semblait avoir pleuré. Mais ils avaient du énormément pleuré pour que leurs yeux soient aussi rouge.

- Pourquoi pleurer-vous, demanda-t-elle à leurs ennemies en prenant la voix de Lady Gisela, A moins que vous ne pleuriez quelqu'un ? Qui est-ce ?

La Conseillère Oralie sera les poings et la fusilla du regard. Elle se prépara à parler mais le Conseiller Emery la coupa avant qu'elle est eu le temps de dire quoi que se soit.

- Cela ne vous concerne en rien.

- Vous plaisantez, s'exclama Oralie,  C'est de leur faute si elle est morte !

Elle avait dit ça avec tant de haine, de colère et de tristesse dans la voix et dans le regard que les deux Invisibles reculèrent d'un pas instinctivement.

- En quoi somme-nous responsable de la mort de cette personne, demanda Argentla d'une petite voix, On ne sait même pas de qui vous vous parlez.

- Maman ne vous à rien dit, rétorqua Keefe.

Il voulait leur tenir tête en faisant du sarcasme mais avec ses yeux rouge qui se retenait de pleurer et toute les émotions de peine dans son regard ne le rendait pas convaincant.

- La confiance règne chez vous on dirait.

- Dixit l'ordre qui garde tout pour eux et ne prévienne pas leur propre membre, enchaîna Sophie sur le même ton, Garde leur secret et modifie les gêne d'une jeune fille innocente pour l'envoyer faire le sale boulot à leur place. C'est la véritable description du Cygne Noir !

- Eh bien t'es informations son fausses, la vérité et toute différente mais je n'ai jamais pu le lui dire c'est tout.

Tout le monde resta surpris de cette information. Sophie, elle rassembla quelques informations intéressantes : elle avait parlé d'une fille au hasard car Lady Gisela l'avait prévenu qu'un nourrisson avait été génétiquement modifié pour leur fin personnelle. Une conversation avec Lady Gisela s'imposait ! Mais elle ne fit pas mouche très longtemps. L'évocation de la jeune fille morte les avait bouleversé encore plus et la jeune fille éclipseuse qui n'arrêtait pas de clignoter se mis à sangloter puis à pleurer sans retenu dans les bras de celui qui devait être son frère. Les jeunes Invisibles muette face à cette situation. Mais Sophie se redressa d'un coup et inclina la tête vers un direction derrière elle. Argentla comprit ce qu'il se passait et imita son amie. Les Conseillers, le Cygne Noir et la petite troupe d'ados ne comprirent pas ce qui se passait et à part l'éclipseuse qui pleurait, tout les autres les regardait avec étonnement. Quand tout à coup, les portes se refermèrent et quelqu'un applaudis. C'était Lady Gisela qui s’avançait lentement vers eux avec un grand sourire.

Chapitre 9 :

- Bravo, tonna Lady Gisela, Vous avez mit aux piège toute les personnes que je hais le plus au monde, hormis mon fils, dans la même pièce !

Le reste des Invisibles se postèrent en cercle pour les empêcher de fuir maintenant que les élites des Invisibles les retenaient de toute part.

- C'est du beau travail, ça, je l’admets, déclara Lady Gisela en observant les dégâts.

Son regard calculateur se posa sur le mur que Sophie avait détruit sans efforts, pâlit légèrement, avant de se rappeler qu’elles avaient de la compagnie.

- Je vois que vous avez fait connaissance avec ma fille, Argentla, et surtout ma très chère…

- Enigma, la coupa Sophie avant qu'elle dévoile sa véritable identité.

Elle ne savait pas pourquoi mais elle voulait à tout prit la cacher à ses ennemie. Non pas parce qu'elle avait peur, mais elle avait une petite chose en elle qui lui déconseillait de le faire pour son bien.

- …Enigma…, reprit Lady Gisela intriguer, un pseudonyme intéressant et qui te convient parfaitement en vu de tes capacités. Tu tient vraiment à garder ton identité secrète ? Je n'en vois pas l'utilité.

- Ce serait beaucoup moins drôle si tout était révélé, argumenta Sophie à la hâte.

- Hum…, réfléchit-elle avant de se tourner pour regarder son fils et de sourire, Je te l’accorde.

Keefe sera les poings mais était trop lasse pour rétorquer quoi que ce soit. Ce qui ne lui ressemblait pas, songea Sophie sans savoir pourquoi elle en était aussi sur. Elle repoussa cette pensée au plus profond de son esprit et se gronda elle-même. Cette histoire de souvenir la rendait folle ! Mais elle se ressaisit rapidement et comprit que tout les regard était sur elle. Un épais brouillard s'était formé autour d'elle sans qu'elle s'en rende compte pour représenter ses émotions. Elle rougit légèrement et marmonna quelques jurons qui lui auraient valut une sanction assez incroyablement effrayante avec Véspéra, avant de le faire disparaître d'un coup avec un mouvement de main. Argentla remarqua son malaise.

- Tout vas bien, demanda-t-elle à son amie qui piétinait sur place pour empêcher l'eau de prendre le dessus.

- Bien sur, répondit-elle immédiatement.

Mais sa réponse ne convainquit pas son amie qui lui jeta un regard qui signifiait qu’elles en reparleraient après. Lady Gisela remarqua elle aussi son agitation. Elle fronça les sourcils et regarda Sophie jouer à former des symboles qu'elle avait vus depuis qu'elle était chez les Invisibles et remarqua que ces symboles ressemblaient énormément à des lettres, à moins que ce ne soit des runes.

- Bon amusons-nous, dit joyeusement Lady Gisela qui c'était assise sur le trône du Conseiller Emery sous le regard noir de l’intéressé.

Elle fit un signe à l'un des Invisibles qui formait le cercle. Celui-ci attrapa la jeune fille brune aux yeux bleu-vert qui n'arrêtait pas de pleurer et tandis que les autres maîtrisaient ses amis, il la plaqua contre le mur intact. Lady Gisela tendit trois étoiles gobelines à Sophie.

- Entraîne-toi sur ça, lui ordonna-t-elle.

- Pas besoin d'entrainement je ne rate jamais ma cible, rétorqua Sophie avec une voix légèrement tremblante. En regardant la jeune fille terrorisé et déstabiliser par tout les regard tournés vers elle.

Surtout un garçon rouquin aux yeux pervenche et un autre qui devait être le frère  de la jeune fille prisonnière avec la ressemblance de leurs yeux qui la regardait plein de haine.

- Mais…, tenta Sophie en vain.

- Combien de fois vais-je te le dire, obéis, ordonna Lady Gisela avec une voix plus forte.

Sophie grimaça et se retenu de lui demander comment elle comptait l'y obliger alors qu'elle était bien plus puissante qu'elle. Mais elle fut surprise par ces propres pensées. Pourquoi elle se rebellait contre son chef maintenant ? Après tout, ce n'était qu'une ennemie !

- Alors Enigma, dit-elle en prononçant lentement les syllabes de son pseudonyme, qu'attends-tu ? Que je te force à le faire en employant des moyens plus convaincant ?

Elle ressentie une douleur atroce à son bras droit là où se trouvait sa marque. Elle s'attrapa le bras avec force et s’efforça d’ignorer la douleur comme elle l'avait apprise mais la douleur était trop forte. Elle serra les dents tellement fortes qu'elle attendait qu'elles se brisent jusqu'à ce que la douleur s'estompe légèrement. Lady Gisela sourit.

- Alors, continua-t-elle, tu souhaite toujours te rebeller ma chère, très chère Enigma ?

- Non, éructa Sophie honteuse de son comportement vis-à-vis de sa cheffe.

Mais cette action de la part de sa cheffe devenait de plus en plus flou dans sa tête alors que la jeune fille disposait d'une mémoire photographie pourtant. Mais le souvenir disparut avant qu'elle ne se pose des questions. Elle attrapa machinalement les lames et se dirigea en face de sa cible.

- Où est-ce que je vise, demanda-t-elle. - Le plus près possible de la tête, dit Vespéra avec un sourire méchant, Fait couler son sang au moins une fois.

- Comment t'appelles-tu, demanda Sophie à sa cible.

- Bianna, répondit platement la jeune fille.

Sophie s'accorda cinq longues respirations avant de se préparer à tirer. Le premier projectile lui frôla la nuque de près avant de se planter dans le mur et de le fissurer. Bianna respirait par la bouche en fermant les yeux pour essayer de calmer ses tremblements en vain. Sophie tira une seconde étoile gobeline qui frôla le sommet du crâne de sa cible. Une goutte de sueur perlait sur le visage de Bianna. Au moment de tirer sa dernière lame. Sophie s’apprêtait à tirer sa dernière lame avant d'être interrompu par sa cheffe.

- N'oublie pas de faire couler son sang cette fois !

- Oui…, soupira Sophie. Elle tira sa dernière étoile et celle là frôla si vite la joue de Bianna qu'elle ne remarqua pas qu'un filet de sang coulait sur son visage. Lady Gisela ne fut pas convaincu par sa performance et lui tendit un poignard.

- J'ai changer d'avis, déclara-t-elle, tue-la.

Chapitre 10 :

- Quoi ?! Sophie se retourna brutalement.

- On avait dit pas de mort, renchérit Argentla.

- Ce que vous pouvez être pénible toute les deux, grogna Lady Gisela, Obéis et tire !

Sophie qui, jusqu'à maintenant, s’efforçait de ne pas la blesser, se retrouvait face à un choix cruciale : allait-elle obéir aux ordres de sa cheffe et la tué pour montrer sa loyauté ou bien les trahir en refusant pour se retrouver à la merci du Conseil et du Cygne Noir. A moins qu'un autre Ordre ultra secret ne décide de s'en prendre à elle, tant qu’à faire, autant faire la collection ! Ces choix rendirent Sophie morose. Et le fait qu'elle se face du sarcasme à elle-même n'arrangeait absolument pas les choses. Elle se mit à trembler cacher sous son manteau mais s'arrêta net. Un compromis quoi qu'un peu compliqué mais qui avait toute ses chances venait de germer dans sa puissante tête. Elle mit Argentla au courant qui accepta sans hésité, et Bianna. Mais elle n'attendit pas sa réponse, c'est elle qui choisissait car c'est de sa vie dont on parle après tout. Elle la prévenu qu'elle instillerait en elle qu'elle devra se laisser la douleur prendre le dessus pendant qu'elle se chargeait du reste. Lady Gisela la regarda de nouveau et répéta son ordre. Elle ressentie une douleur inconnu à l'épaule et tourna la tête pour regarder Lady Gisela. Elle ne savait pas si elle serait capable de la trahir. Elle sera les dents déterminé à épargner la vie de Biana. Mais elle n'u pas à mettre son plan à exécution car un poignard sortie de nul part et fusa droit vers Lady Gisela. Sophie se précipita vers elle et, voyant qu'elle n'arriverait pas à tant, elle arrêta la lame par télékinésie. Elle s'arrêta à deux millimètre du visage de Lady Gisela. Celle-ci tremblait légèrement et des gouttes de sueur perlaient sur son front. Cela surpris Sophie car elle n'avait jamais vu son chef dans cet état mais se ressaisit rapidement. Elle ramena l'arme à elle et ferma les yeux. Elle laissa sa conscience explorer la pièce avant dans repérer une étrangère. Alors avec une rapidité impressionnante, elle lança le poignard dans sa direction. Elle manqua de peu le Conseiller Emery qui pâlit d'un seul coup mais parvint à ses fins : la lame s'était plantée dans le mur accompagner d'un bruit écœurant, un cri de douleur et d'un gros filet de sang.

- J'avoue que vous m'impressionné d'avoir résisté au choc, commença Sophie dans la direction du poignard, mais montrez-vous !

Une silhouette familière et des oreilles reconnaissable entre toute pour leur impressionnante longueurs se matérialisa avec une sourire mit froid mit impressionné.

- Bien joué Enigma, très bien joué, déclara Fintan.

Chapitre 11 :

- Comment vous êtes-vous échapper, s'étrangla le Conseiller Emery.

Mais Fintan l'ignora royalement. Son regard était hypnotisé par la silhouette d'Enigma. Mais Sophie avait l'impression qu'il savait qu'elle se cachait sous se nom. Elle soutint son regard et ils se fixèrent un long moment sans qu'aucun d'eux ne bouge avant que Lady Gisela ne se place devant Sophie de manière protectrice.

- Que viens-tu faire ici, cracha la cheffe des Invisibles.

Les lèvres de Fintan s'étirèrent en un sourire des plus effrayants.

- J'ai juste vu que la voix était libre grâce à votre petite attenta et j'en ai profité et j'ai aussi entendu dire que tu avais réussi à te débarrasser du petit Colibri alors je suis venu vérifier par moi-même si tu avais vraiment réussi.

Fintan regarda la jeune fille ce qui la surpris.

- Je suis aussi venu pour te proposer mon aide, ajouta-t-il avec un ton plus fade.

Lady Gisela sourit méchamment.

- Tu veux dire que tu serait près à revenir chez nous sous MES ordres, jubila-t-elle.

- Oui, déclara-t-il, Je voulais venir me venger mais en fait je croit que je me suis tromper sur tes projets.

- Que veux-tu dire ?

- Je veux dire que avant, je ne croyais absolument pas à ton Projet Polaris à cause de l'éléments le plus important, j'étais très déçut par ton choix.

Il désigna Keefe du bout du doigt sans lui prêté trop d'attention, son regard était focaliser sur Sophie.

- Mais maintenant que je vois ce que tu as déniché, continua-t-il en désignant la jeune fille qu'il fixait depuis tout à l’heure du même doigt mais avec un air beaucoup plus intéressé, Je pense que ton projet à toutes ses chances d'aboutir. Et je me ferais une joie d'être présent avec vous pour mettre ce Projet à bien.

Lady Gisela se prit le menton de manière pensive pour réfléchir à la demande. Elle regarda son fils avec un air déçut mais Sophie y vit tout de même un air de tendresse et de soulagement. Avant de regarder la jeune fille avec un air fière, déterminer et remplit d'espoir. La jeune fille se demandait toujours de quoi il s'agissait mais l'heure n'était pas aux explication. Elle allait devoir attendre. Mais à la surprise de Sophie, elle ouvrit son esprit à tout les Invisibles présent pour demander son avis à chacun. Argentla, Sophie, Gethen et Ruy exprimèrent leur opposition à cette idée mais le reste des Invisibles présent approuvèrent.

- Marché conclut, déclara-t-elle à la fin du bref débat, Enigma, va le chercher Enigma.

La jeune Invisibles grimaça sous son manteau, avant de transmettre une question par télépathie à l'Ancien.

- Etes vous éclipseur ou vous utiliser un gadget ?

- Je suis eclipseur depuis que j'ai rejoint les Invisibles, mais je ne m'en serre que très rarement, je n'aime pas me cacher. Lady Gisela à du te donner un traitement à boire toi aussi non ?

- Oui...Mais j'ai reçut trois talent alors que vous n'en avez eu qu'un seule.

- Peut-être que tu as les gènes plus sensibles due à ton passif Sophie.

- Comment connaissez-vous mon prénom ?

- J'ai eu le temps d'apprendre à connaitre ta cheffe et une fois qu'on as saisit sa manière de faire elle est plus que prévisible.

- Vous arrivez à vous contrôler avec vos pouvoir de Pyrokinésiste ?

- Je m'en sort… Et toi avec tes huit talents ?

- Je vous répond la même chose.

- Pourquoi me parles-tu de ça ?

- Je voulais être sur que vous allez bien pour savoir. Je ne dis pas que parce que le Conseil dit sa sur les Pyrokinésiste mais c'est les talents élémentaire sont très puissant. En possédé un deuxième pourrait être dangereux.

- Dixit celle qui à deux talent élémentaires plus six autres pouvoirs...Tu t'inquiète même pour les personne que tu n'aime pas ? Tu sais que c'est une faiblesse ?

- Je ne crois pas que se soit une faiblesse. Au contraire, elle nous pousse à nous dépassez et nous battre pour les gens que l'on aime. Pourquoi ?

- Comme ça…

Lady Gisela secoua Sophie par l'épaule avant de pénétré dans son esprit.

- Qu’attends-tu ?

- Je voulais être sur qu'il est digne de ma confiance.

- Tu lui fais confiance ?!

- Assez pour l’accepter de le savoir dans notre ordre et dans notre planque.

- Bien assez discuté le Conseil ne va pas tarder à faire venir des renforts plus puissant, la mission est bientôt finit normalement !

Sophie soupira bruyamment de dégoût avant de marcher droit vers lui. Mais à cause des grava de joyaux sur les cotés, elle due passer par les lignes de leurs ennemis pathétiques.

- Excuser-moi, demanda-t-elle poliment malgré tout.

Mais ils resserrèrent les rangs comme une muraille pour l’empêcher de passer. Même si les trois Conseillers Oralie, Terik et Bronte semblait lasse de faire ça. Sophie leva les yeux au ciel en gromelant le fait qu'ils choisissent toujours la manière forte avant de faire un geste avec sa main qui ressemblait à la façon dont Dark Vador mettait ses mains pour tuer les gens dans Star Wars avant de, au contraire, écarter ses doigt au lieux de les resserrés, pour indiquer au vents de s'insinuer entre le la moitié des Conseillers et de les écarter violemment des deux cotés pour lui laisser la voix libre. Elle continua sa route sous les regards assassins des Conseillers à terres, et sous les rires des Invisibles. Elle sentie toujours sur elle le regard intriguer de l'hydrokinésiste de tout à l'heure qui commençait à la déstabiliser. Qu'est-ce qu'elle avait fait pour qu'elle la fixe en continue comme ça ?! Elle avait hâte de rentrer à la planque pour se débarrasser des regards…!

Elle termina son chemin vers Fintan qui lui faisait un sourire doux et gentil. Elle ne le savait même pas capable de faire une telle chose ! Et en plus son regard était intriguer et bienveillant !

Depuis quant sait-il faire une chose pareille ?! pensa-t-elle sans savoir pourquoi.

Elle trouvait sa étrange ses pensées qui n'avait pas de sens et qui étaient assez fréquente. Elle en parlerais avec Argentla.

Elle vit que le poignard qu'elle avait renvoyé à Fintan était terriblement bien enfoncer dans le mur pour qu'elle utilise sa force physique alors elle recula et tendit son bras. Elle ramena la lame par télékinésie d'un coup sec à elle. Fintan grimaça et serra les dents mais ne broncha pas. Elle retourna vers ses amis Argentla, Gethen et Ruy sans se soucié du fait que le Pyrokinésiste la suivait. Ils étaient hilare de voir que c'est la jeune fille qui avait été corvée de le libéré et lui souriait taquin. Elle leur lança un regard noir qui ne fit qu'élargir leur sourire et elle se promit de se venger. Ils étaient à deux doigts de ne pas se retenir d'exploser de rire quand Lady Gisela leur coupa toute hilarité.

- Vous quatre, dit-elle en désignant les les amis en train de rire et la jeune fille, Vous vous occuperez de lui, vous le surveillerez et vous l’entraînerez puisque vous semblez méfiant. Comme ça vous remarquerez mieux s’il tente de faire quoi que se soit.

- Quoi, s’exclamèrent les intéresser y comprit Fintan.

- C'est une blague, dit Ruy, Il n'y a personne d'autre chez nous qui ne l'aime pas aussi ?!

- Il à été chef donc pas tellement non, répondit Lady Gisela en soupirant.

- Je suis outrée que tu pense que je ferait une chose pareil avec de tel soutient, dit Fintan en désignant Sophie.

- Je te fait peur, s’étonna-t-elle en ricanant.

Mais l'expression de Fintan était plus que sérieuse sur ce qu'il avait avouez. Elle remarqua que pratiquement tout le monde hormis ces amis et Lady Gisela avait palis. Ce qui troubla encore plus la jeune fille. Si tout le monde craignait Fintan, alors qu'il crin lui même la jeune fille, tout le monde la prendrait pour un monstre ou un démon maintenant !

- Bon dépêchez-vous, leur ordonna Lady Gisela.

- Et si on en à pas envie, répliqua Sophie.

- Bon sang ! Il faut que je vous le dise en quel langue obéissez !

- Mais maman…

- Je peut traduire toute les langues, je ferait la traduction, rétorqua Sophie sur le même ton en interrompant son amie.

Les Invisibles et Fintan restèrent immobile face à cette échange, personne n'osait contredire Lady Gisela, pas même Véspéra. Lady Gisela devint pale n'ayant plus rien à répliqué devant la jeune fille. Mais elle vira au rouge pivoine et grogna :

- Faites ce que je vous ai dit ! Sur le champ !

- Et sinon quoi ?

Lady Gisela resta interdite. Sophie finit tout de même par soupirer en sentant une douleur inconnue à son épaule droite comme la dernière fois.

- Aller finit de jouer, dit-elle à ses compagnons, on va s'occuper de lui t'inquiète pas.

Le fait qu'elle tutoie sa cheffe surpris tout le monde mais l’intéressée ne dit rien contre cette familiarité. Sophie regarda ses complices grimacer.

- Ne vous en faites pas je vous projetterais l'image d'elle en rogne, leur murmura-t-elle.

Ils sourire et ricanèrent immédiatement sous l’œil méfiant de leur cheffe. Sophie décida par télépathie de se séparer en deux groupes pour les taches. Elle et Gethen devrait se charger de le ramener à la planque et de faire directement un entrainement sur les capacités et le physique pendant qu'Argentla et Ruy se chargeraient de lui préparé une chambre et de se relayer plus tard pour un entrainement sur les talents avant de l'envoyer chez Doc, le médecin des Invisible pour vérifier qu'il va bien à cause de sa détention auprès du conseil.

- A ton avis ça fait quoi de mettre un Pyrokinésiste sous l'eau, transmit-elle à son acolyte.

- Il à toujours détesté cet exercices, répondit celui-ci en souriant cruellement.

- On sait par quoi commencer alors, termina-t-elle en souriant tout aussi méchamment en regardant leur victime.

- De quoi parlez-vous, demanda Fintan en voyant le sourire de Gethen et celui de Sophie malgré sa capuche.

Les deux amis échangèrent un regard complice avant de regarder à nouveau l'Ancien.

- D'une petite surprise pour fêter ta Bienvenue, commença Gethen innocemment.

- Après tout, continua Sophie avec une voix de petite fille innocente, notre chère Lady Gisela nous fais confiance pour l'entrainement.

Il pâlit un brin avant que Gethen ne lui attrape le bras et tendit la main vers Sophie qui projetait déjà le rayon de lumière. Elle prit la main de Gethen avant de murmurer le nom de leur planque vers le gadget incrusté dans son manteau.

- Elémentine.

Un éclair de lumière les aveugla sous les hurlements hystériques de Lady Gisela qui avait comprit le sous entendu de leur parole. Et ils se laissèrent emporter dans le rayon lumineux.

Chapitre 12 :

Le voyage fut rapide mais légèrement épuisant pour Sophie car elle n'avait pas l'habitude de partager son énergie mentale. Quand ils se matérialisère dans « La Grande Salle » destiné à accueillir les visiteurs. En fait ce n'était qu’une vaste pièce avec sombre avec diverses portes. Gethen empoigna Fintan et se dirigea vers celle du fond avec Sophie sur les talons. Ils obéirent au ordre comme le lui avait demandé Lady Gisela et lui firent faire un entrainement des physique des plus intensifs pour le remettre en forme malgré ses blessures. Il fut étonné de voir toute cette parti là des Invisibles car il n'était pas au courant que les Invisibles travaillaient leurs forces physique et combative autant que leurs compétences et leurs talents depuis que leur cheffe avait repris les rennes de l'organisation. Sophie se souvint de la discussion qu'elle avait eue avec Argentla une fois. Maintenant pour surpasser leur "faiblesse mentale", les elfes devaient passer une sorte de test chaque jour jusqu'à ce qu'ils arrivent à ne plus craindre la violence. Ils buvaient un sérum qui leur donnait des hallucinations macabre et un télépathe et un empathe surveillaient chacun de leurs fais et gestes. Argentla c'était vanté du fait qu'elle avait réussi ce test en deux jours seulement, un record chez les Invisibles, Sophie fut choqué par la manière de faire que Lady Gisela faisait exercé. Elle à été plutôt heureuse d'échapper à ce test comme elle avait vécut chez les humains au sein d'un gang. Elle avait surmonté ce cape depuis longtemps ! Mais les manières de Lady Gisela n'étaient ni plus ni moins que de la torture aux yeux de Sophie… Elle se changea les idées en pensant à Ruy et Argentla. Au début, ils ne se connaissaient que de nom ces deux là. Mais quand Sophie est arrivée, elle a harcelé Ruy à la cafétéria et pendant les heures libres ( on aurait pu se croire à l'école comme Sophie l'avait fait remarqué à Gethen, Acalya et Argentla, les seules qui restaient avec elle ) jusqu'à ce qu'il lui accorde un regard. Elle ne savait toujours pas pourquoi il l'évitait au départ mais maintenant ils étaient devenus de bons amis en faisant plus ample connaissance ensembles. Argentla et Ruy s'était particulièrement rapprocher ces dernier temps d'ailleurs. Elle se repassa le moment où ils s'était séparé en groupe, le jeune homme très content de se retrouver avec elle, Sophie l'avait vu dans ses yeux. Elle se mit à glousser en pensant à ça.

- Tu va bien, demanda Gethen surpris par la réaction puéril de son amie.

- Oui…, elle se remit à sourire de plus belle, je t’expliquerais après…

Il fut surpris mais hocha lentement de la tête. Ils terminèrent "L'entrainement de remise en forme" de Fintan dans la joie et la bonne humeur pour certains, et dans la douleur et le désespoir d'en finir avec cette "torture" pour l'autre. Une fois que Ruy et Argentla arrivèrent pour l'emmener faire un tour à l'infirmerie avant de l'emmener dans ses quartiers.

- Alors, demanda Gethen après qu'il ai refermé la porte, pourquoi tu gloussais bêtement tout à l'heure.

- Alors de un, je ne gloussais pas bêtement…

- Oh que si…, marmonna-t-il.

Elle le fusilla du regard. Et elle était plutôt contente d’exercé dans ce domaine car il se tut et leva les mains en l'air pour dire "c'est bon je me rends me tue pas s'il te plait !!!".

- Donc, repris Sophie en regardant toujours Gethen pour l’empêcher de l’interrompre une seconde fois, je disais que je RIGOLAIS, parce que depuis quelque temps, je trouve que Argentla et Ruy sont devenus très proche on va dire.

Gethen resta figer pendant une minute sous le regard attentif de Sophie qui observait sa réaction de près, avant que ses lèvres ne tremblent légèrement et qu'il rigole au point de littéralement tomber de rire par terre. Sophie resta en mode choqué pendant trente seconde avant d'essayer de calmé ( et surtout de comprendre ) les rires de son amis.

- Qu'est-ce qu'il y a de drôle ?

- Eh bien, commença-t-il entre plusieurs rires, avant que tu ne viennes, je ne l’aurais jamais pu croire devenir ami avec des personnes et encore moins se sentir amoureux ! C'est pour ainsi dire tellement rare les amitiés, les amourettes… tous simplement les relations ici. Même si on avait pratiquement tous remarqué que Lueur avait succombé au charme de Tam.

Il se calma quelque secondes qui semblai interminable et repris enfin.

- En fait, je ne pensais pas me faire des amis moi-même ici avant que tu n'arrive. Ne me demande pas comment mais contrairement à ce que tu crois, tu es ultra sociable ! Je crois que sa nous à fait énormément de bien… Je n’avais jamais rie autant depuis tellement d'années… Ruy non plus d’ailleurs, c'était la première fois que je le voyais rire quand tu as réussi à devenir amis avec lui et que tu lui à dit je ne sais plus quoi...

Elle remarqua que son ton était mélancolique.

- Tu regrette de t'être engagé chez les Invisibles, demanda-t-elle sérieusement.

- Hmm..., hésita-t-il, je crois que non…

- Tu crois ?

- Bah…, commença-t-il gêné avec une main dans ses cheveux.

" Tiens, ça me rappelle quelqu'un ce geste là…" pensa la jeune fille.

- Je sais quel sont mes objectifs, après une fois que je me suis engagé je ne me suis pas posé ce genre de questions. Pourquoi tu as des doutes sur nous ?

Elle remarqua que le ton de son ami était plutôt méfiant avec une pointe d’agressivité et que cela cachait peut-être encore plus de question sur lesquelles elle devrait se renseigner plus tard.

- Non, dit-elle en fronçant les sourcil pour rendre sa réponse plus convaincante que ce qu'elle ressentait au fond d'elle, j'ai foie en notre organisation et ses principes même si pour cela nous devons utiliser des manières pas très joyeuses, je sais que c'est pour le bien de tous que l'on fait ça.

Il sembla rassuré par ses paroles mais resta tout de même méfiant envers elle. Elle changea de sujet pour éviter de se retrouver avec des problèmes sur le dos.

- Tient j'y pense…, songea-t-elle sincèrement, Je n'ai jamais rencontré le médecin des Invisibles !

Gethen reparti dans son fou rire tandis que Sophie vira au rouge pivoine.

- Pourquoi tu ris comme ça ?!

- Pour rien…, dit-il ironiquement.

- Bah tu as bien une raison de te moquer de moi ou tu aime rigoler comme un bouffon, rétorqua-t-elle agacée de le voir se payer sa tête.

- Ah pour ça, je dis sa juste parce que lui il te connait bien !

- Comment ça ?! Je n'était même pas au courant de son existence !

Et rebelote pour le fou rire de Gethen. Pourtant Sophie ne se rappelait à aucun moment de ce mystérieux médecin… Gethen se calma après de longues minutes pendant lesquelles Sophie c'était dit qu'elle pouvait sans façon gagner sa vie en faisant le bouffon. Mais l'image d'elle en costume de clown humain se dessina dans sa tête et fit frissonner la jeune fille.

- En fait depuis que tu es là, on ne compte plus les fois où tu as atterrie chez lui ! Pendant les entrainements ou même dans ton temps libre, sois tu évanouissait sois tu te blessait de la manière la plus stupéfiante au possible ! Combien de fois tu as manqué de nous faire tuer d'une crise cardiaque… T'es unique sur cette facette de l'histoire !

Sophie fit passer toute les couleurs sur con visage pendant que son soi-disant "ami" était hilare en lui décrivant chacune des catastrophes qu'elle avait fait mais elle n'écoutait plus son ami tellement elle était fatigué. Même si elle avait retenue l'histoire avec Lady Gisela. Apparemment, elle faisait de l'alchimie avec elle et par je ne sais quel moyen, elle avait réussit à de un : elle avait fait exploser sa mixture sur Lady Gisela ce qui à quasiment consumé tout ses vêtements et lui avait changé sa peau de couleur bleue pendant une semaine, et de deux : elle avait tenté de maitriser la situation avec une autre de ses préparation mais avait juste finit par provoqué un incendie et tout le monde avait du être évacuer. Elle avait été choquée par cette histoire qui ne semblait possible que dans les mangas. Mais pourtant une question la titillait.

- Pourquoi est-ce que je ne m'en souviens pas ?

- Je n'en sais rien, avoua Gethen avec une façade neutre.

- En tout cas je ferais mieux de venir le voir tout de suite pour le remercier.

La jeune fille sortie rouge pivoine pendant que Gethen reparti dans son fou rire qui semblait éternelle. Elle claqua la porte derrière elle et elle était certaine que les rires de Gethen devaient redoubler d'intensité vu comment elle était partie… Sophie leva les yeux au ciel, soupira et avant d'avoir pu esquisser un seul pas, Gethen ouvrit la porte d'un coup.

- Bien sur tu sais ou se trouve l'infirmerie ?

La jeune fille lui tira la langue comme une gamine et tournas les talons.

- Couloirs B, quatrième porte, dit-il en ricanant avant de prendre un autre couloirs.

Sophie soupira de frustration de s'être fait humilié de la sorte même s'ils étaient entre ami et se rendit à l'endroit indiqué.

Chapitre 13 :

En marchant dans le couloir, elle en profita pour s’asseoir et faire le point. Si seulement elle avait un journal...elle en avait bien besoin pour mettre tout ces souvenirs au clair ! Sophie repensa à ce que venait de dire Gethen et remarqua un détail qui aurait du lui paraître évident ! Elle repensa au début de sa discussion avec son ami qu'elle n'écoutait que d'une oreille mais grâce à son excellente mémoire, tout lui revint comme une bourrasque.

"Eh bien, avant que tu ne viennes, je ne l’aurais jamais pu croire devenir ami avec des personnes et encore moins se sentir amoureux ! C'est pour ainsi dire tellement rare les amitiés, les amourettes… tous simplement les relations ici. Même si on avait pratiquement tous remarqué que Lueur avait succombé au charme de Tam." avait-il dit.

Tam, Tam, Tam… Elle était sur que ce nom lui disait quelque chose. Sophie se répéta se prénom sans cesse en prenant sa tête dans ses mains pour se masser violement les tempes, elle aurait surement des marque rouges après mais pour l'instant ce n'était pas important, jusqu'à se souvenir de son nom. Tam Song ! Puis un souvenir refit surface :

"Elle venait de faire un saut qui lui sembla plus mouvementé qu'à l'accoutumée - Mais peut-être tremblait-elle ? Elle n'arrivait pas à croire qu'elle quittait le campus en compagnie de deux étrangers, sans même leur demander où ils l'emmenaient. Par le passé, leur destination avait sans doute été un magnifique jardin. A présent, lianes tombantes et arbres gigantesques semblaient fanés, asséchés flétries par la maladie.

- Où sommes-nous, demanda Sophie

- Les présentations d'abord, dit le Ténébreux.

Il rejeta sa capuche pour ôter son masque. L'Hydrokinésiste l'imita. La ressemblance était frappante : tous deux possédaient les mêmes lèvres roses et le même teint laiteux. Mais ce n'était rien à côté de leurs yeux, du plus pales des bleus saupoudrés de flocons d'argents qui miroitaient à la lumière du soleil. Quelques mèches argentées venaient renforcer l'effet. Les cheveux de la jeune fille, noir de jais, lui descendaient jusqu'à la taille, où les pointes semblaient plongé dans du le platine. La frange dentelée du garçon luisait à chaque fois qu'il la chassait de devant ses yeux. On aurait dit un duo de K-pop, ou let héros d'un anime. Sophie opta pour la réaction la plus logique :

- Vous êtes frères et sœurs ?

- Jumeaux, précisa le ténébreux, Est-ce un problème ?

- Pourquoi diable…, commença Sophie avant de se rappeler comme les naissances multiples étaient rares dans les cités perdues, sans parler du mépris qu'elles suscitaient. Bien sur que non. Je sais ce que c'est d'être différent.

Elle rejeta à son tour sa capuche et ôta son masque. Comme d'habitude, ses yeux firent leurs petit effet. Le Ténébreux jeta un regard à sa sœur avant de prendre la parole.

- Je m'appelle Tam, et voici Linh."

Puis le grand trou noir revint un peu comme quand elle s'était rappelée de Keefe une nuit. Le même flash bac lui revenait à chaque fois qu'elle repensait à...à quoi en fait ? N'était-elle pas censé les connaitre ? Puisqu'ils étaient ses « amis » ? Tam, Keefe, rivalité… Elle pensa à ses quelques mot clés et plusieurs souvenirs, ou plutôt bout de phrase, se déclenchèrent de partout. Comme si ils essayaient de pénétré, ou de s’échapper, d'un chant de force invisible qui les retenait loin, trèèès loin d'elle, puisqu'elle en arriver à un point où elle ne se souvenait même plus de leurs existences. La jeune fille tomba à quatre pattes par terre avec quelque gémissement de douleurs.

- Je rêve ?! Il à plus de lotions pour cheveux que moi, s'exclama la voie de Tam.

- Il va falloir prévenir Capitaine Ténèbres que le rôle de Trublion en conflit avec papa est déjà prit, maugréa celle de Keefe.

Puis les voies se firent plus lointaines. Et les phrases, plus courtes.

- Hey Mister Frangette, dit celle de Keefe.

- Crétin d'Empathe, grommela celle de Tam.

Puis le trou noir. Plus aucune voie. Sophie s'écroula au sol comme si c'est bribes de souvenirs lui avaient demandé toute son énergie pour refaire surface. Mais avant de sombrer dans le néant total. La jeune fille aperçut une silhouette la prendre dans ses bras et se précipiter vers quelque chose ou un endroit ? La jeune fille n'en savait rien mais elle s'évanouit avant de comprendre où et l'emmenait cette mystérieuse personne.

Chapitre 14 :

Elle se réveilla dans une pièce blanche qui devais être l'infirmerie de l'ordre comme elle ne se trouvait dans aucune des pièces qu'elle connaissait à par celle-là. Elle se redressa légèrement avant qu'une douleur à la tête et des vertiges, surement sa migraine, ne l'obligea à se laisser tomber avec un gémissement de douleurs. Une personne de grande taille en blouse noir avec le célèbre écusson des Invisibles sur la manche se matérialisa devant elle. Elle cria de surprise et porta une main à son cœur par réflexe. Mais le mouvement de sursaut qui accompagna son crie la fit gémir de douleur à nouveau. A la surprise de la jeune fille, il ne portait pas de capuche ce qui laissait le visage de l’inconnue à découvert. Il avait la peau pale avec quelque tache de rousseurs au niveaux du nez et des joues, des yeux bleu turquoise et des cheveux roux orangé raide plutôt court. Il était grand voir élancé et un grand sourire éclairait tout son visage. Il avait l'ai d'être très gentil avec cette air sympathique que ce soit dans son sourire ou dans son regard qui pétillait de gaieté. Mais elle remarqua en fait qu'il était très jeune ! Elle ne lui donnait 18 ans pas plus. Bon après ce n'était que son intuition mais depuis quelque temps elle préféré faire lui faire confiance dans un milieu comme celui-ci plus qu'à n'importe qui. A part peut-être Argentla et Acalya...

- Tu n'es pas habituée aux Eclipseur, plaisanta-t-il en pour détendre l'atmosphère, désolé je ne voulais pas t'effrayer.

La jeune fille repris son souffle et répondit en souriant :

- Ce n'est rien tu m'a juste surprise mais comme en plus je vient de me réveiller mon cerveaux est encore tout flagada. Tu es Eclipseur du coup ?

Elle se mordit la langue après avoir posé une question aussi idiote. Il se mit à rire devant sa tête honteuse en après ce qu'elle venait de dire.

- Oui, répondit-il quand même pour ne pas la gainé d'avantage, et toi tu es l'inoubliable, l'unique et la fille et huit talents : Sophie Foster.

Exact ! Et vous êtes… ?

_ Doc, enfin c'est mon nom de code mais honnêtement vu mon rang il ne sert pas à grand chose donc appelle-moi par mon vrai prénom : Calleb. Et arrête de me vouvoyer j'ai l'air vieux.

Elle se mit à rire. Ce médecin le mettait vraiment à l'aise et c’était tant mieux puisque apparemment elle y venait souvent…

- Mais tu n'es pas trop jeune pour être le médecin des Invisibles ?

- Dixit la gamine de 15 ans qui participas déjà à des attaques. De ce point de vue je te semblait plus perspicace mais je vais mettre ta bourde dans le même sac que le cerveau liquéfier au réveil ! Tu veut un peu de plomb ? C'est un excellent remède pour ceux à qui il en manque ?

- Hé ! Se plaignit la jeune fille en le fusillant du regard.

Mais il ne fit que rigoler et la jeune fille aussi.

- Apparemment, j'ai fait un super score dans les visites, dit-elle pour rester dans la bonne humeur.

- A peine, répondit-il ironique ment après avoir mi-sifflé, mi-soupiré et mi-rigolé. Cette action lui valu aussitôt de l'admiration pour Sophie pour savoir faire tout ça en même temps !

Elle ne savait pas pourquoi mais ce jeune homme lui faisait pensé à une personne qu'elle aimait beaucoup aussi...El...Elw...

- Phie ? Sophie tu m’entends, demanda Calleb soudain inquiet pour sa patiente.

- Hein...Oui. Désolé Calleb, j'étais juste dans mes pensées…

- Tu as quelques problèmes de mémoire, de l'amnésie, mais je n'arrive pas à deviné la cause, avoua-t-il penaud, Mais je te promets que je fais mon possible pour t'aider lors de tes crises.

- Merci, répondit-elle, touchée par les efforts qu'il faisait pour lui rendre sa mémoire.

Minute !

- Attends… je suis amnésique ?!

Il pâlit légèrement.

- Oui mais Lady Gisela nous à interdit de te mettre au courant pour une raison qui m'échappe. Pourtant si je ne t'aide pas directement je ne vois pas comment on pourrait t'aider…

- Je suis sur qu'elle à ses raisons, dit Sophie pour essayez de se convaincre elle-même.

- Tu veux me dire ce dont tu t'es rappelée ? Je ne te force pas, mais c'est juste que dans ce genre de cas, se confier à un psychologue est très important car il permet de t'aider à mettre tes idées en ordres et de faire le point avec toi face à ce genre de problèmes…

- Il y a des psychologues dans les citées perdues ?!

Il perdit son air grave et sérieux pour retrouver son grand sourire.

- Non, en fait j'ai appris quelques bases de médecine humaine qui sont très intéressantes. Comme chez eux il leur arrive des accidents tous plus improbables uns que les autres, ils se sont aventurés dans plus de domaine car chez nous c'est plutôt rare. Enfin depuis que tu es arrivé, la médecine a évoluée chez nous !

Et les revoilà partit dans un mini fou rire.

- Eh bien, avoua Sophie convaincu que ce confier au jeunes homme lui ferait du bien, je crois que j’aimerais bien me confier à toi s'il te plait.

Il sourit et partit chercher un carnet gris, un crayon et un élixir rose bonbon, tout en clignotant, qu'il tendit à la jeune fille.

- C'est un élixir que j'ai crée pour tes crises, expliqua-t-il, comme en te souvenant de certaine chose tu te provoquais des migraines incroyables et dangereuse pour ta santé donc j'ai créé ça.

Sophie sourit et le remercia avant de boire la décoction. Elle sentit son esprit s'apaiser et l’enveloppée comme dans du coton douillet et soyeux. Elle se sentie tout de suite mieux.

- Normalement, quand tu parleras de tes souvenirs, tu n'aura aucune migraine pendant que tu les évoques, mais par contre il t’empêchera de les faire remonté à la surface.

- D'accord, alors d'abord, avant que je ne me réveille ici. Je sortais de la salle d'entrainement ou j'avais discuté avec Gethen. Mais en me rappelant de notre conversation, je me suis rappelée de Tam Song. Puis j'ai revue le jour ou nous nous sommes présentés, je venais de sauté de je ne sais où pour atterrir je ne sais où en compagnie de lui et sa jumelle, Linh.

Il avait commencé à écrire mais c'était légèrement crispé en entendent le nom de Tam.

- Puis je me suis rappeler de sa rivalité avec Keefe, alors que je ne sais même pas qu'ils sont, je les ai entendu dire des choses à propos de l'autre, puis les voix sont devenues lointaines et courtes et ensuite le trou noir et je me suis évanouie.

Il resta silencieux mais après avoir écrit quelque petite choses en plus, il leva la tête de son carnet et lui sourit.

- Tu connais Tam ? Je sais que tu le connais mais tu as l'air de lui en vouloirs pour quelque chose de plus profond que sa trahison, rajouta-t-elle en se souvenant de sa réaction quand elle à évoquer son nom.

Il la regarda surpris mais rigola doucement.

- Je retire ce que j'ai dit, tu es terriblement perspicace ! Tu ne serais pas Empathe par hasard ? Car je ne sais pas comment tu as deviné ça.

- Normalement je ne suis pas Empathe mais au point ou j'en suis, suis je me réveille demain avec 1000 pouvoirs supplémentaires je ne sais même pas si je devrais faire exprès d'être surprise.

Cette fois il rigola de bon cœur.

- Allez ! On va  inverse les rôles, déclara-t-elle en ce mettant en position assise et le regarda droit dans les yeux, tu veux bien m'expliquer ton histoire ?

- Tu veux vraiment savoir, s'étonna-t-il.

- Bah, tu as l'air triste en pensant à ça donc c'est qu'il s'est passé quelque chose de plus important que ça pour toi. Et en plus si cette histoire te perturbe, j'aimerais bien savoir pourquoi un de mes amis se sent mal. Non pas pour le comprendre, mais pour l'aider et le soutenir, car je ne pense pas que se soit possible de comprendre les autres comme on à chacun notre façon de penser et que je n'ai pas eu affaire au même problème que toi sûrement.

Cette fois, il resta bloqué sur le mot « ami », un mot qui perturbe les Invisibles apparemment ! On dirait qu’ils ne savent pas ce que c'est d'être heureux ! Puis il l'observa et l'écouta attentivement.

- Pour une fille de ton âge, déclara-t-il très sérieusement après quelques secondes, tu es d'une maturité et d'une sagesse naturelle et incroyable. On pourrait te comparé à un anciens.

Sophie rougit légèrement mais ne détournât pas les yeux face à ce compliment. Elle ?! La comparé aux Anciens ?!

- Peut-être mais pour aujourd'hui je suis occupée à convaincre un ami à se confier à moi pour mieux le connaître, et aussi lui permettre d'évacuer le poids qu'il porte sur ses épaules ; plutôt que de faire un super quiz avec les vieux pour savoir qui en a le plus dans la caboche.

Comme d'habitudes, ses remarques humaines - surtout le terme "vieux" - le firent rire.

- Alors, insista la jeune fille, que s'est-il passé avec Tam ?

Calleb soupira puis décida de se laisser aller et de raconter son histoire à la jeune fille de puis le début.

Chapitre 15 :

- Eh bien, commença-t-il, mes parents étaient tous les deux à Exilium. Et ils étaient amis comme ils avaient appris à ce connaître. Au départ, c'était car le cristal de saut de mon père c'est briser à cause d'une mauvaise chute donc ma mère l'a emmener avec elle. Ils avait tout les deux une énorme rancœur contre le conseil comme ils les avait abandonné comme ça depuis 5 ans.

- 5 ans, s'exclama Sophie, c'est long pour un bannissement...

Etrangement, cette phrase lui sembla familière. Mais ce n'était pas le moment d'y pensé.

- Oui, dit-il en hochant la tête, mais un jour ma mère c'est rebeller contre les instructeurs en vidant son sac sur tout ce qu'elle avait sur le cœur vis-à-vis de tout sa et de leur traitement. Donc on ne lui a pas redonné de cristaux donc elle s'est fait bannir. Mon père l'as suivi et ils on errés tout les deux pendant des années. Ma mère était enceinte de moi lorsqu'ils on rencontré les Invisibles pour la première fois. Ils leur on proposé de l'aide pour leur situation et les aidés à se venger du Conseil et de leur vision d'un "monde parfait". Donc mes parents les on rejoint immédiatement après avoir passé le test sans trop de difficulté. Ensuite je suis née et quelques année plus tard ma sœur. On a grandit ici et nos parents étaient des gens très gentils.

- Comment sont-ils morts ?

- Je vais y venir après ne te précipite pas, ricana-t-il pour détendre l'atmosphère mais repris son ton sérieux et mélancolique, Ma sœur avait cinq ans et moi onze quand leur comportement à subitement changé. Une nuit ils avaient prévus de s'enfuir dans les cités interdites et de vivre comme des humains loin des Invisibles. Ils avaient l'air effrayé ce jour là. Mais Lady Gisela les a surpris et leur avait demandé de la suivre. Ma sœur était trop petite pour comprendre et moi non plus d'ailleurs, mais bon… Quand ils sont revenus ils avaient une marque étrange comme la tienne sur le bras et ils ont brusquement changé d'avis. Ils étaient devenu des sorte de pantins car ils obéissaient au doigt et à l’œil de Lady Gisela. Mais ils sont surement juste devenue plus loyal je pense, comme ma sœur et moi. Mais ma sœur a craqué pour le mec qui nous a trahis à peine arrivé !

- Tam, murmura-t-elle.

Il hocha la tête.

- Ta sœur était Lueur, demanda la jeune fille.

- Oui, mais son vrai nom est Ilisana, elle ressemble comme deux gouttes d'eau à maman. Elle a les cheveux souple, raide et noir et des yeux bleu nuit sombre. Moi je suis plutôt le portrait craché de mon père. Même niveau caractères. Ilisana est flacheuse, c'est pour ça qu'elle m'aidait beaucoup ici car son talent est très pratique. Et donc pour en revenir à la mort de mes parents avant que tu ne me repose la question, mon père est partit en mission et il n’est jamais revenu, on nous a juste dit qu'il était mort, et ça a brisé maman mais elle est devenu surprotectrice. Du coup elle a réussit à convaincre Lady Gisela de nous mettre à des poste ici. Donc on s'occupait des visiteurs, du ménage, et de l'infirmerie. Mais l'année dernière, ma mère à été tuer en mission par un bébé troll.

Cette histoire semblait familière à Sophie…

- Comment s’appelait tes parents ?

- Ils s'appelaient Locky et Organae. Mais leur nom de code était Eclipse pour mon père et Ombre pour ma mère.

Sophie posa sa main sur son front avant de la passé sur ses cheveux puis de s'arraché un sil.

- Pourquoi tu fais ça ?

La jeune fille sursauta.

- Oh pour rien, c'est un tic, je vais beaucoup mieux et je suis contente d'avoir discuter avec toi, sincèrement.

- Merci à toi de m'avoir écouté, souria-t-il.

- De rien.

La jeune fille sortit de l'infirmerie légèrement déboussolée. Elle était tellement dans ses pensés qu'elle percuta quelqu'un.

- Oh pardon ! Excusez-mo...

Elle s'interrompit en voyant que la personne n'était autre que Fintan. Qui la regardait bizarrement d'ailleurs mais elle ne fit pas attention à ça.

- Excuse-moi, reprit-elle plus sèchement avant de repartir comme une voleuse.

Arrivé dans sa chambre, elle récupéra le cahier qu'elle avait trouvé, une plume et commença instinctivement à raconté toute les informations qu'elle possédait au sujet des Invisibles. Puis un autre pour mettre toute sa mémoire sur papier. Mais en remplissant les page de note sur son carnet, elle se rendit compte d'une chose, elle était certaine de n'avoir jamais rencontré Argentla avant son arrivé ici. Sa mémoire était totalement trafiqué.

Chapitre 16 :  

Le lendemain, Lady Gisela convoqua les membres du Conseil pour la réunion mensuel. Comme à chaque fois ce jour là, les entraînements étaient annulés et laissait une journée entière de repos pour les novices, comme les appelaient leur professeurs sauf ceux avec qui elles étaient amis. Comme Argentla et Sophie n'avait pas de cessions ensembles à part des cours de combats, car mine de rien, l’organisation des Invisibles assures une puissance physique, mentale, sans conter les talents et les compétences, assez incroyables ! Mais, pour ce qui est du mentales, on pers pas mal car ils essayent de leur apprendre le sens du sacrifice, et surtout le principe du chacun pour soi, ce que Sophie avait du mal autant qu'Argentla, provocant les foudres de Véspéra qui les trouvait pathétiques. Les cessions de combats aussi sont difficiles pour certain à cause de l'esprit des elfes qui ne supporte pas la violence, donc les cours sont majoritairement de la défense en cas de combats, mais pour Argentla qui le supporte mieux, elle à peu apprendre quelques attaques. Pour Sophie, c'est une autre histoire, elle est indifférente quand il s'agit d'attaquer et sont esprit supporte la violence donc elle suis des entraînements avec Gethen. Elle est d'ailleurs la meilleurs tireuse et visqueuse autant que lanceuse des Invisibles. Mais le combat au poignard est aussi une compétence qu'elle maîtrise avec succès. Les deux jeunes filles profitaient donc de ces journée de repos pour parler de leur apprentissages et de leur évolutions. Elles parlaient justement de leur cessions de combat quand quelqu'un toqua à la porte interrompue la blague d'Argentla ce qui la rendit grognon.

- Entré, dit Sophie comme Argentla bougonnait contre "L'interompeur de super-méga-ultra bonne blague"

Une tête timide passa l’entrebâillement de la porte qui venait de s'ouvrir un petit peu, avant de sourire et de rentrer entièrement dans la chambre et d'avancer vers les jeunes filles avec un sourire chaleureux aux lèvres. Il s'agissait d'Acalya, une puissante Empathe encore plus forte que Lord Cassius et son fils, Keefe. C'est une jeune femme au cheveux châtain foncé luisant, souple et raide qui lui arrivait jusqu'au creux des reins avec une peau assez pale, des trait délicat, un nez fin et des yeux d'un bleu ciel très doux comme en été. Elle est très généreuse, joyeuse, douce et calme mais elle est assez timide et fragile. D'ailleurs, Sophie c'est toujours demander ce qu'elle pouvait faire dans une rébellion comme ça si elle ne supporte pas la violence. C'est très étrange mais bon. La jeune femme s'assis sur un fauteuil en face des deux autres où était assise les deux filles. Puis elle perdit d'un coup toute ses couleurs en prenant une mine effrayer, ce qui fit peur aux deux jeunes filles, très surprise autant par ça mine que par le fait qu'elle ai perdu ses couleurs aussi rapidement. Argentla se pencha vers Sophie pour lui murmurer quelques chose à l'oreille :

- Je croit qu'on peut la placer dans le record "Des gens qui perdent le plus rapidement leurs couleurs littéralement".

- T'es sérieuse, lui demanda Sophie en pouffant de la blague de son amie même si elle n'était pas aussi drôle que ça.

- On devrait tenir un livret des records comme chez les humains, déclara Argentla le plus calmement et sérieusement du monde.

Sophie la regarda de travers avant de soupirer, de lever les yeux aux ciel, et de reporter son attention sur Acalya, toujours aussi dépourvu de ses couleurs. Elle ignora aussi le fait que son amie c'était réellement déplacer vers son bureau pour prendre un gros carnet sans ligne et d'écrire le nom de l'action que la pauvre à fait pour avoir une place dans les records avant de dessiner Acalya avec énormément de talents. Les détails et les dessins en lui-même était magnifique ! Sophie ne savait pas que son amie dessinait aussi bien que...elle était sur d'avoir son nom sur le bout de la langue… Oui, elle était sur qu'elle avait le même style de dessin que...Jolie ! Oui c'est ça ! Jolie ! Mais par contre, impossible d'avoir le moindre souvenir sur cet personne ou presque… Mais qui est cette personne ? Avant que ça crise ne se déclenche, Sophie utilisa la méthode que Calleb lui à conseillé il y à 2 ou 3 semaines au cas ou se genre de chose arrivait. Elle se massa les tempes doucement, elle respira de grosse bouffé d'air et repoussa ces pensé loin...très loin dans son esprit en imaginant que c'était une bull incassable qui bloquait ses souvenirs étranges, même si heureusement, elle pouvait les faire resurgir après pour les étudiés. Elle n'a parlé de cet histoire qu'a Calleb. Elle était devenu très proche de lui d'ailleurs, comme une petite sœur et son grand frère. Elle hésitait à en parler à Argentla mais… elle avait peur que cette histoire ne remonte aux oreille de Lady Gisela et des conséquences comme elle lui avait caché ses souvenirs étranges et qu'elles les étudiait alors que d'habitudes, elle les lui bloquait l'accès mais comme elle n'était pas très puissante et que Gethen n'arrivait pas à entrer dans son esprit, les souvenirs remontait un jour où l'autres. Mais la jeune fille blonde secoua sa tête pour chasser ses pensé et redirigé son attention sur Acalya qui c'était levé du fauteuil et regardait le sol penaud.

- Qu'est-ce qu'il y a Acalya ? demanda Sophie qui ne comprenait en rien la raison de son comportement.

- Hum, commença-t-elle la voix tremblante, Je me suis assise sur votre fauteuil sans demander votre permission excusez-moi !

Sophie la regarda avec un regard du genre "c'est pour ça que tu te comporte comme si on allait te tuer ?!" et Argentla releva même la tête de son dessins pour tourner la tête vers elle avec un regard du même genre avant de surement lui inscrire un nouveau record pour la jeune femme qui avait l'air au bord des larmes d'avoir… fais ça et à cause d'un gros blanc gênant qui c'était installé avant qu'Argentla, toujours dans ses dessins, ne le brise.

- Tu n'as pas à t'en vouloir de faire comme chez toi dans notre chambre, tu es notre amie donc on s'en fiche pas mal. Mais tu avait quand même l'air sérieuse avant de venir vers nous en souriant. Que ce passe-t-il ?

Elle avait refermé le livre après avoir fini de parler et s'est rassise sur son fauteuil en regardant Acalya dans les yeux, toujours avec cet air sérieux. "On ne dirait pas comme ça mais malgré certaine blagues, elle est très sérieuse dans les situation importantes et son sens de l'observation est incroyable !" pensa Sophie. Acalya c'était rassise assez heureuse de cette déclaration mais regarda la jeune fille aussi surprise qu'elle par la déclaration de son amie.

- Oui merci, et je vais tout vous expliquer, dit la jeune femme, Le Conseil à trouver des informations sur nous qui pourrait nous mettre en mauvaise posture mais seul certain Émissaires garde précieusement les dossiers. Ils l'on placé sous surveillance pas des personnes qui on été passer au peigne fins par un Télépathe et un Empathe. Du coup, Lady Gisela à eu l'idée de te charger toi Sophie, pour mener une sorte de mission d'infiltration au sein de la noblesse en prenant l'apparence des Émissaires, mais tu devra te débrouiller pour passer à l'intérieur des bâtiments et le Télépathe et l'Empathe qui vous surveillent. Mais pour le reste, elle m'a dit que tu pouvait te débrouiller.

- J'ai des dates ? demanda Sophie.

- Pour quoi faire ?

- Je pense que je dois avoir un délai pour remplis la mission non ?

- Ah oui excuse-moi, tu à un mois pour détruire les dossiers c'est tout. Pour le reste tu doit te débrouiller. Et la liste des Émissaire concerné je te l'apporterait demain.

- D'accord merci Acalya.

La jeune femme partit en leur faisant un sourire avant de refermer la porte derrière elle. C'est à se moment là que Sophie se prit la tête entre les mains et s'affala dans son siège brutalement. Après tout on vient de lui balancer une mission assez dur mais… elle avait bien quelques idée. Un mois devrait être suffisant mais mieux vaut tout préparé dès maintenant. Alors elle se leva de son siège et se précipita dans le couloirs suivi d'Argentla qui ne comprenait pas ce qu'elle faisait pour réunir les personnes dont elle avait besoins pour s'infiltrer dans le conseil.

Chapitre 17 :

Sophie se précipita dans l'infirmerie où elle manqua de faire faire une crise cardiaque à Calleb, apparemment en pleine concentration pour préparé je ne sais quelle mixture. Il versa un liquide bleu-vert pas très jolie et à la texture semblable à un marécage boueux dans… de l'hydrombre surement ? Mais la réaction provoqua une émulsion, puis une mini explosion qui avait surement détruit des choses et une fumé noir et nauséabonde se réparti dans l'air. Les deux amis suffoquèrent avant de sortir en courant de la pièce et de fermer derrière eux.

- Salut Calleb, lança Sophie avec entrain.

Il l'a regarda comme si elle venait d'un autre monde, ce qui n'était pas tout à fait faux techniquement…

- Pourquoi tu me regarde comme ça comme si j'avais fait une bêtise ou je ne sais quoi d'autre ?

Il la toisa encore quelque seconde avant de lever sa main pour énuméré ce qui c'était passé en quelque seconde depuis l'arrivé de Sophie.

- Tu es arrivé comme une malade, tu m'as fait faire une mini crise cardiaque, tu m'as fait loupé mon élixir, provoquée une explosion qui as fini par inonder l'infirmerie d'une fumée étouffante, et là tu me lance "Salut Calleb" comme si il ne s'était rien passé et tu me demande pourquoi je te regarde bizarrement ? Tu es très intelligente, perspicace et compagnie mais là tu faillit ma pauvre !

Il avait énuméré avec ses doigts aussi comme l'avait deviner Sophie. Mais elle avait une bonne excuse.

- Alors, j'avais besoin de toi pour un truc urgent donc je voulais te prévenir le plus vite possible pour que je fasse autre chose mais j'ai impérativement besoin de toi, j'ai courut dans le couloirs mais je suis arrivé un peu trop vite, et pour ta gouverne, je me suis fait mal avec la porte ! Ensuite, certe je t'ai fait peur mais vu le boucan que j'ai fait des les couloirs, t'aurais pu te préparé à de la visite et comment je pouvais savoir que tu préparé un élixir moi ? Je suis télépathe pas devin ! Et vu que je suis dans les parage, ma poisse avec l'alchimie à juste fait son boulot donc je suis habituer à se genre de réaction. Donc à la fin, je t'ai juste dit bonjours comme il se doit non ? Toi en tout cas tu ne m'as rien dit alors que c'est la base de la politesse !

Elle le prit tellement de cour que Calleb fut soudain légèrement gêné avant de soupirer de frustration et de changer de sujet pour parler plus sérieusement.

- Bonjour Sophie, commença-t-il avec un léger sourire en coin, Tu voulait me dire quelque chose d'assez important pour devoir débarquer comme un tyrannosaure et de détruire cette pauvre pièce qui ne t'avait rien demander non ?

Sophie le fusilla du regard pendant qu'il avait ce fichu rictus moqueur toujours collé au visage. Mais Sophie se reprit au son visage devint sérieux. Calleb arrêta lui aussi et se remit à l'ordre.

- Lady Gisela m'a confié une mission d'infiltration au sein du Conseil. J'aurais besoin que tu crée des potion pour pouvoir modifier notre apparence pour que l'on soit exactement comme les Émissaires pour qui nous devront nous passez. Tu recevra leurs photo avant la fin de la semaine ou plus, le temps que je trouve qui ils sont. Tu devra aussi changer notre voix. Et nos cerveaux aussi.

- Pardon ? Comment ça vos "cerveaux" ?

- Enfaite, ce serait surtout pour moi, pour ouvrir ma barrière pour qu'il me fasse le test car si il n'y arrive pas, il vont deviner que je suis une imposture.

Il hocha lentement la tête, je sais que se sera compliquer mais je lui fait confiance.

- Est-ce que je pourrait te poser une question ?

- Oui vas-y, répondit Sophie.

- Qui fera parti de la mission ?

Sophie sourit en le regardant avant de lui répondre.

- Gethen, Ruy, Argentla, moi et… Toi !

- Moi ? s’étonna-t-il, pourquoi tu n'as pas prit de personne plus puissante ?

- Tout d'abord, un Éclipseur ne sera pas de refus en cas de fuite. Tu pourras te rendre invisible et les distraire avec de fausse piste avant de sauter à la cachette pendant que nous fuyons de l'autre cotés discrètement avec les dossiers que nous devons récupéré, mais je t'enverrait les infos précis de ce que nous devront faire avec les dossiers que je rédigerait avec Argentla et Acalya pour savoir quel rôle nous devront joué on va dire. Et aussi car tu m'as dit que ça faisait longtemps que tu n'était pas partit de se troue perdue alors : tu vas venir avec nous pour sortir un peu.

Il la regardait avec un grand sourire à cet idée avant qu'il ne disparaisse d'un coup et ne demande une question auquel Sophie ne s'y attendait pas :

- Tu croit que je verrait ma sœur ? Elle s'est liée avec la bande de gosse du Conseil donc elle sera peut-être là…

- Je ne pense pas, répondit la jeune Invisibles après une petite minute de réflexion, Nous allons allez dans la parti des Émissaires, pas près des Conseillers. Et n'oublions pas que nous ne savons même pas si ils ont mit le Conseil au courant. Puisque ils pourrait lui demander des infos en échanges de ne pas la livré. En tout cas, se serait le plus judicieux je pense. Ou en tout cas, elle devra resté là ou elle est car elle pourrait se faire prendre et elle a quand même fait parti des notre. Donc je croit qu'il est peu probable. Sinon ils pourrait l'inscrire à Foxfire comme si c'est un membre du Cygne Noir pour qu'elle soit coopérative avec eux et en faire une alliés qui en sais beaucoup sur nous puisqu'elle à quasiment grandit ici. Elle a donc pas mal d'infos. Je pense que si on la voie, on devra l'embarquer et supprimer toute les infos qu'elle a sur nous. Après ce n'est que mon idée mais même si tu la voie, tu ne devra pas établir de contact et elle ne te reconnaîtra même pas.

Il l'a regarda, surpris par ce monologue. Sa perspicacité est toujours aussi surprenante. On dirait qu'elle avait réfléchit à tout une semaine avant pour prévoir absolument tout dans les détails et non l'apprendre il y a quelques minutes de cela. On dirait qu'elle avait fait ça toute sa vie. Il fut satisfait de sa raiponce et ils se saluèrent. Sophie laissa le pauvre jeune homme avec ce qui restait de l'infirmerie pendant qu'elle se dirigea vers sa chambre. Normalement, Acalya l'attendait avec des infos en plus comme elle le lui avait demander par télépathie. Mais elle voulait aussi faire venir tout le monde plus tard pour les préparer à un test crucial pour réussir la mission.

Chapitre 18 :

- Acalya ? appela Sophie.

La brune était assise sur le même fauteuil où elle c'était mise à rêvasser en attendant son amie. Elle sursauta avant d'adressé un petit sourire à la jeune fille.

- Bonjour Sophie.

Sophie se dirigea rapidement vers elle avant de se laisser tomber à coté d'elle.

- J'ai besoin de toi pour qu'on s'infiltre vite fait dans les Citées Perdues, dans la capitale.

La jeune fille perdit soudainement son sourire et resta perplexe.

- Pas besoin de me regarder comme si je me transformais en alien ! Grommela Sophie en faisant la moue.

- Tu n'es pas sérieuse ! C'est très risqué Sophie ! s'écria-t-elle.

- Je sais, répliqua la jeune fille, mais j'ai déjà réfléchit à tout.

Elle se dirigea vers une petite armoire où elle sortit plusieurs petit flacon contenant des mixtures venant de chez un certain... Slurp & Burps, et les disposa devant chacune d'elle. Elles en avait quatre chacune et une cinquième pour Sophie. Sûrement pour la couleur de ses yeux.

- Toi tu n'aura pas trop besoin de changer ton apparence mais je ne savait pas si tu as grandit ici ou pas. Donc je t'en ai pris au cas où. On ira à la capitale pour avoir des infos sur ces mystérieux Émissaires. On se fondra dans la masse et on écoutera les rumeurs. On leurs posera des question où tu te rapprochera d'eux pour savoir si il mente dans leurs explications. Moi, j'ouvrirais mes pensés aux leurs. A cet heure là, il y a beaucoup de monde donc on aura plus de chance. En plus, les Émissaires qui travail sûrement sur les dossiers de Mlle.Ruewen, donc si il sorte, j'entendrais leur pensé à ce sujet. Même si il son formé par les meilleurs télépathe pour bloquer leurs pensés, ça ne marchera pas avec moi ! Claironna Sophie avec un peu de vantardise.

- Bon… J'imagine que puisque « La déesse de la Télépathie » m'accorde cette idée, on peut essayer.

- Maintenant que tu es enfin d'accord, buvons ces potions magiques et ne perdons pas de temps sinon on les manquera et se serait bien dommage.

Acalya gloussa légèrement quand elle entendit ces mots propre à la logique des hommes quand il ne comprenne pas : magique. Mais elle hocha la tête et but comme Sophie ses flacons d'une traite. Ils avaient un goût plus horribles les un que les autres mais elles avalèrent l'immonde liquide qu'ils contenaient et après plusieurs minutes d'attente où elle se retenaient de vomir à cause du goût toujours présent sur leur pauvre langues, la transformation fut presque immédiate. Sophie se regarda dans le miroir et toucha ses cheveux à présent blond clair et bouclé qui lui arrivait au dessus des épaules. Sa peau à présent pale et ses prunelles noisette, maintenant d'un bleu lagon ravissant. Acalya avait elle à présent, une peau bronzé, des cheveux couleur miel aux reflets brun ondulé et des yeux bleu cyan vifs qui contrastaient avec les ton de couleurs de ses cheveux et sa peau. Mais l'ensemble restaient tout de même jolie. Sophie troqua son uniforme d'Invisible contre une robe cintré simple mais élégante, dans les tons rose pastel, ainsi que de petites manches qui lui retombaient sur les bras et laissait ses épaules à découvert. La robe était évaser à partir de la taille, et retombait jusqu'au sol, lui permettant heureusement de mettre des bottines confortable aux lieux d'une paires d'escarpins. Ces chaussures on été créées par les ténèbres elle en était sur ! Elle mit quand même une grosse ceinture à perles, dentelles et fils d'or qu'elle attacha en un neut de princesse Disney qu'elle trouva très réussit, et se fit une tresse sophistiqué – normalement, mais vu le niveau…- tout en incrustant les mêmes fioritures que sa ceinture pour parfaire le tout. Acalya s'habilla dans le même genre mais sa robe était deux fois plus sophistiqué que Sophie, de même pour la coiffures et elle mit le pire cauchemar pour les pieds, les chevilles, voir même de la vie ( qui sait se qui pourrait se passer ? ) de Sophie : des escarpins à talon aiguille assez haut. Une fois le relooking complet enfin terminer, Sophie brandit son éclaireurs à la lumière et elle se laissèrent emporter par le rayon lumineux vers Éternalia.

Chapitre 19 :

Elles se rematérialisèrent près de l'arbre des quatre saisons. De là, les deux jeunes filles pouvait voir la cité réparer après les dégâts qu'ils avaient causé il y a un mois. Et aussi qu'un procès était en route en se moment même au tribunal grâce au drapeau dressé. Les deux jeunes filles se regardèrent avant de décider de récolter des infos sur la personne jugé. Elles marchèrent vers la capitale et évitèrent les gobelins en plus grâce à Sophie qui les éclipsa. En à peine un mois, la capitale était de nouveau bondé. Dès qu'elles furent dans le centre ville, les regroupements de personne étaient nombreux et parlait des nouvelles.

- Acalya ? demanda Sophie en chuchotant.

- Oui ? répondit son amie.

- J'ai…

Sophie s’arrêta lorsqu'elle vit en groupe d’adolescent passé en brayant à coté d'elles. Alors elles jetèrent un regard autour d'elle et se cachèrent dans une petite ruelle ou personne ne pouvaient les écoutés.

- J'ai une idée pour nous faire gagné du temps, commença-t-elle.

- Je t'écoute.

- On va se séparer, toi tu va parler avec les personne ici en essayant de vérifié si elles sont vrai au maximum. Moi, je vais vers le tribunal. Il y aura sûrement des gens qui doivent savoir qui est jugé et je serait proche de l'endroit ou ils gardent les dossiers. On à qu'a se retrouver ici dans... deux heures maximum et si l'une d'entre nous finit plus tôt sa "mission", on s'appelle avec le transmetteur.

Elle hocha la tête pour approuvé son plan et les deux jeunes filles se séparèrent en espérant dur comme fer que le plan de Sophie marcherait, même si elles était plutôt confiante, voir très. Tandis qu'Acalya rejoignait la foule au centre ville. Sophie se rendit vers le tribunal. Cette fois, ils l'avait entièrement refaite. Ils faut dire qu'elle et Argentla n'y était pas allée de main morte puisqu'à la fin, il ne restaient que les trône des conseillers. Qu'elles n'avaient d'ailleurs pas pu détruire, ce qui avait mit Sophie légèrement en colère le reste de la semaine. Mais bon ! Elle s'arrêta pour observer la nouvelle bâtisse même si elle avait aperçu le château au loin. Il était en émeraude et en cristal. Les deux pierre étaient très différente mais le coté plus terne de l'émeraude faisait ressortir le cristal qui étaient numériquement inférieur à la quantité d'émeraudes. Et elle devait avoué qu'elle était plutôt contente d'avoir littéralement explosé le monument car le nouveau tribunal était magnifique. Mais elle reprit rapidement ses esprit grâce à une belle gifle mentale et remit au sérieux et se dirigea vers les adulte qui discutaient devant avec un air grave. Arrivé devant eux, elle commença son cinéma.

- Bonjour, dit Sophie avec une voix mielleuse, que ce passe-t-il ici ?

- Tu n'est pas au courant ? commença l'un des cinq messieurs. Un Vacker tristement connu à été retrouver mais il ne veut rien dire à par qu'il est désolé et qu'il n'a rien fait !

- Moi je suis sur que vu comment sont Alden et Della, il vont se laissé berner par cet hypocrite et vont usée du soutient que leur procurent le Conseil pour le blanchir et le remettre en liberté comme si de rien n'était.

- De toute façon au point où on n'en ai, comment peut-on avoir confiance aux Conseil si leurs propre secrets sont connu des Invisibles.

- Et sans compté Lady Foster ! La citation des humain disant "qu'on ne se rend compte de la valeur des choses que quand on les perds" est totalement prouvé. Depuis qu'elle à disparu, les attaques des Invisibles sont fréquentes.

Les autres acquiescèrent mais Sophie se demandait qui était cet fille qui portait son nom. Elle profitait de leur colère contre le Conseil pour observer les alentours pour voir si il n'y avait personne et elle divisa sa conscience pour lire les pensé des trois personne qui restait silencieuse avec l'évocation du Conseil. Elle y jeta vaguement un œil car pour elle, aucun esprit ne peut la contrer avec ses piège. Et au bout de quelque minute, elle vu se qu'elle voulait voir : celui au milieux des deux autres muet, le brun aux yeux bleu nuit, carrure assez grande et expression neutre avec un léger air hautin avec une cape noir agrafer avec les armoiries du Conseil et un costume bleu nuit. Elle le regarda en détail car en approfondissant ses recherche, elle vérifia et c'était bel et bien l'un des gardiens des dossiers. Le Conseil devrait vraiment revoir ces méthode car c'était trop facile. Même trop. Mais, elle découvrit qu'il ne connaissait pas les autres personnes qui était les gardiens de ses mystérieux dossiers. Mais elle avait tout de même prélever deux information : c'était lui, l'un des Émissaires secrets, Elio Sparkel, et c'est Jolie Ruewen qui est l'auteur des dossiers. Elle allait repartir après avoir récolter ces information mais au moment où elle allait partir rejoindre son amie, le tribunal prit fin et des centaine de personnes au moins, sortir du bâtiment, certain lasse, d'autre neutre, et d'autre en colère. Elle compris surtout à la couleur de leur yeux, que c'était des Vacker. Lorsque l'attroupement fini de partir, les toutou de Conseil et des Émissaires, l'un était sûrement un Vacker vu son visage et l'autre était une espèce de Robin des bois version plus beau avec des yeux bleu clair. Je regarde un peu mieux Robin des Bois, il me dit vraiment quelque chose mais pour tant je n'arrive pas à savoir quoi. Elle pensai soudainement à sa mission car si ils sortent du tribunal, ils savent peut-être quelque chose ? Mais si elle leur parle, il pourrai la soupçonner de quelque chose et elle ne pourra plus revenir avec cet apparence où ils iront prévenir le Conseil et les choses se compliqueront d'avantage pour l'ordre des Invisibles. Alors il ne reste plus que là télépathie. Elle laissa son esprit géré tout en faisant attention à détourner le regard et à divisez sa conscience pour que personne ne remarque qu'elle était en train de violé l'intimité de Bianna, car son esprit est très facile d'accès. Après avoir récolté les infos nécessaire, elle fonça au lieux du rendez-vous. Elle se mit à courir pratiquement car son temps était bientôt écouler. Elle eu de la chance car Acalya était en train de sortir son transmetteur pour l’appeler. Elle le rangea lorsqu'elle la vie arriver et se précipita vers elle avec un sourire.

- J'ai trouvé le nom de trois Émissaire car leurs familles n'ont pas pu s’empêcher d'aller le répété à tout le monde comme elles on du l'entendre de leur mari. Comme ils on prit des Émissaire pas très connu, leur orgueil les à vite rattraper, annonça-t-elle d'une traite. Ce travail est tout sauf sérieux venant d'un émissaire.

- Moi je connais le nom de l'un d'entre eux mais il faudra nous mettre au clair à la planque, en baissant un peu plus le ton quand des Goblins passèrent.

- Et tu as trouvé qui était en train d'être jugé ?

- Oui, il s'agit d'un certain Alvar Vacker qui à été retrouvé à demi mort. Mais il l'on guérie même si sont frère Fitz, à fait une crise de colère et est resté dans sa chambre pendant une semaine car les Conseillers l'on laissé en vie.

Sophie voulais que la dernière anecdote arrache un sourire à Acalya qui était stresser depuis le début de la mission. Mais elle n'eut pas la rédaction attendu. Ses yeux devinrent vitreux et quelques larmes roulèrent silencieusement sur les joues rose de son amie.

- Acalya ? S'étonna Sophie. Qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Seule les sanglots discrets de son amie lui répondirent.

- Tu vas bien ? Continua-t-elle de plus en plus soucieuse.

- Je veux rentrée. Hoqueta-t-elle. Je t'en pris, je veux m'en allé je ne me sens pas bien.

Elle brandit son éclaireur mais Sophie lui agrippa le poignet.

- Non. Répond-moi d’abord. Dis-moi ce qui ne vas pas !

Acalya détourna le regard mais Sophie ne bougea pas d'un pouce. Voyant que la blonde ne la lâcherais pas avant d'avoir eu ses réponse, la jeune femme lui répondit après un temps d'hésitation bien marqué. Elle prit donc une grande bouffé d'air pour éviter que sa voix ne soit pas trop marqué par des tremblements et des sanglots et déclara :

- Alvar est mon fiancé.

Chapitre 20 :

Quelques jour étaient passé depuis que les deux filles étaient partis collecter les information aux cœur de la capitale. Mais elle n'avait pu avoir que trois Émissaires sur cinq. Et Acalya se terrait dans sa chambre. Sophie, elle, redoublait d'effort car le Conseil les sous-estimait vraiment : qui ne pourrait pas voir que c'est un piège ?! Entre les fausse fuite d'informations volontaire, ce qui fait que tout les cités perdues doivent être au courant que l'identité des « Grands Gardiens de dossiers TRÈS Importants » sont truc, muche, machin, chose et l'autre ! Et connaissant les méthode des Invisibles, c'est exactement les méthodes qu'ils utilisent d'habitudes. Elle avait bien sur prévenu tout le monde que cela ne servirait plus à rien de se faire passé pour leur ancienne cible. Mais il fallait vite trouver une solution pour se procuré ces documents quand même !

Sophie soupirait une énième fois lorsqu'une tornade blonde s'engouffra dans la chambre de la jeune fille.

- Sophie. Commença-t-elle essoufflée. Suis-moi !

- Bonjour Argentla. L'ignora Sophie. Tu vas bien ?

- Haha très drôle, rétorqua la blonde en levant les yeux aux ciel. Plus sérieusement, suis-moi, genre là maintenant et vite !

- Pourquoi tu est essoufflée comme ça ?

Argentla ne lui répondit pas et lui attrapa le bras avant de l'entrainé dans les couloirs sombres de la planques. C'est ainsi que les jeunes filles se retrouvèrent très vite devant une porte en bois toute simple après quelque minutes de course.

- Bon. Tu pourrais m'expliquer pourquoi tu m'a fait courir un mini marathon pour me montrer une porte ?

- C'est quoi un marathon ? Demanda la givreuse.

- C'est… Laisse tomber et répond-moi !

Un sourire malicieux étira les lèvres d'Argentla.

- J'étais en train de me balader quand j'ai aperçu ma mère venir discrètement ici ! Claironna-t-elle en faignant l'innocence. Et je l'ai entendu répondre à un appel sur son transmetteur. Et demande-moi qui l'a appelé ?

- C'est qui ? Soupira Sophie.

- Je ne sait pas qui c'est. Avoua la blonde. Mais apparemment c'est la sœur de ma mère! Déclara-t-elle fièrement.

Sophie resta estomaqué en entendant la nouvelle. La sœur de leur chef ? La tante d'Argentla ?

- Alors ? La questionna Argentla en prolongeant ses syllabes. On a la même idée ?

- Je crois bien que oui malheureusement. Répondit la blonde avec une petit sourire.

- Let's go ! Clama-t-elle heureuse.

Sophie gloussa doucement, atteint par la bonne humeur de sa camarade. Les deux amies ouvrirent lentement la porte qui, heureusement pour elle, ne fit aucun craquement sinistre comme dans les films d'horreurs humains, et Argentla alluma une minuscule flammèche pour les éclairés sans trop se faire remarqué. Après avoir refermé la porte avec les même précautions. Elles s'avancèrent avant dans le couloirs qui déboucha sur un escalier en colimaçon qui s'enfonçait dans le sol. Les jeunes blondes descendirent à pas de velours pour évité de faire claquer leur bottes contre les pierres grises. Leur descente dura, ou en tout cas leur donna l'impression, d'avoir fait une demi-heure de marche. Mais au vu de leurs capacités, cela n'était pas un problème ; mais l'impatience qu'elles ressentaient restait présente. Mais leur patiente fut récompensé quand elle virent que les escaliers se finissait sur un couloir éclairé. Elle continuèrent leur chemin mais se stoppèrent net quand elles entendirent la voix furieuse de Lady Gisela s'élever soudainement :

- Tu te moque de moi Alina ?

Chapitre 21 :

« Alina ? » Pensa Sophie. « La conseillère Alina ? »

Les deux jeunes filles se regardèrent aussi surpris l'une que l'autre. La conseillère serait la sœur de Lady Gisela, doublé d'une traîtresse au sein du Conseil, triplé d'une Invisible ?! Comment le conseil n'as pas pu voir que leur information filaient dans les mains des Invisibles ? Enfin, pourquoi avaient-ils subits autant de perte si elle était au courant de tout ? Du moins, depuis qu'Alina fait parti du Conseil ?

- Mais comment le Conseil ose-t-il nous sous-estimez à ce point ? Arrête de dire que je m'énerve pour un rien !

La voix d'Alina était trop basse, comme si elle chuchotait, pour que les filles entendent se qu'elle dit. Les blondes se reconcentrèrent pour s’engouffrer dans la pièce éclairée où se trouvait leur cheffe. Il s’agissait d'une pièce aux abords chaleureux avec le bois qui recouvrait les murs et la lumière jaunâtre. Des bibliothèque remplit d'ouvrage assez ancien pour la plupart disposé comme dans une vrai bibliothèque leur empêchait de voir Lady Gisela mais elles pouvaient se cacher sans problème et bouger en fonction des déplacement de la Télépathe qui avait l'air de faire les cent pas, assez enragée. Sophie se rapprocha au maximum et prit le risque de se pencher pour confirmer le fait que se soir bien la Conseillère et non une autre femme du même nom. Mais se fut bien le visage de la conseillère qu'elle aperçut. Son cœur se serra ainsi que son estomac, créant d'étranges sensations en elles très négatives. Elle ne comprenait pas mais la nouvelle de la trahison de la conseillère l'atteignait, comme si elle était déçut, trahis… Alors qu'elle devrait plutôt se réjouir et profiter de l'occasion pour s'emparer des documents de Jolie. Non ? La boule au ventre, Sophie tenta d'en écouter plus sur la conversation mais, peine perdus, Lady Gisela y mettait déjà fin. Leur cheffe soupira, comme abattu, ce qui surpris d'autant plus les jeunes filles qui n'avait pas l'habitude de la voir réagir de cette manière. Elle sortit de la pièce et ses pas résonnèrent pendant un bon moment avant que le silence ne revint, indiquant que la voix était libre.

- Pour une nouvelle...Lança Argentla, déboussolé.

- Ce n'en était pas une petite, en effet. Termina Sophie.

- Mais elle ne se ressemble absolument pas ! Tonna Argentla. Et franchement, tu croit que c'est qui la plus grande des deux ?

- Peu importe. Déclara-t-elle. On explore un peu la pièce, et on s'en va.

- Oh…

- Quoi ? S'étonna Sophie.

- J'ai une trop bonne idée. Si on reste sur une infiltration, pourquoi pas ne pas proposer à ma mère d'enlever la Conseillère Alina ? Comme elle croira que nous ne sommes pas au courant, Alina nous simplifiera la tache et tu te fera passé pour elle. Tu parles avec tous le monde, tu chipes les documents et c'est réglé.

Sophie resta estomaqué, les idées d'Argentla ne sont pas si stupide après tout ? Elles explorèrent la pièce, pourquoi se gainé au points où elles en étaient ? Sophie essaya d'ouvrir la porte noir du fond qui l'intriguait mais elle était fermé à clé. Elle entreprit alors de fouiller les bacs de paperasses qui cachait certainement des indices. Une vrai Sherlock ! Elle nageait dans les dossiers avant d'en trouver un qui attisa sa curiosité : « Sujet Jolie Ruewen ». « C'est le nom de l'auteur des dossiers que je dois récupéré » Se dit-elle. Elle voulut lire la première page mais Argentla l'interpella.

- Sophie vient voir ça !

La jeune fille ferma le tiroir et avança vers la jeune fille. Elle tenait un livre prit dans le recoin de la bibliothèque le plus sombre : « L'histoire de la sixième étoile ». Mais contrairement au autre livres, il y avait de multiple note à l'intérieur et surtout, c'est une histoire humaine! D'un certain Ethan Benedict Wright. La couverture était bleu orné de deux croissant de lune formant un cercle avec une étoile argenté en son centre. Qu'est-ce que ce livre fait dans les affaires de Lady Gisela ? Les filles décidèrent qu'il était temps de remonté avant que quelqu'un ne s’aperçoive de leur absence. Elles remontèrent les longs escaliers en colimaçon en vitesse avant d'arriver à la porte.......Que Lady Gisela avait préalablement fermer.

- Qu'est-ce qu'on fait ? S'écria Argentla affolé en se retournant vers Sophie.

- J'ai une idée !

Elle prit la main de son amie et s'approcha de l'escalier. Elle avait découvert qu'elle pouvait se téléporté en courant assez vite ou en sautant d'un endroit assez haut, même en intérieur. Mais Lady Gisela lui avait interdit d'utiliser se pouvoir sous aucun prétexte sauf si c'est une question de vie ou de mort. La jeune fille à classé cette situation comme extrême car elle doutait de sa continuité à vivre si ont les trouvaient ici. Argentla ne comprenait rien mais Sophie la poussa d'un coup d'en le vide avant qu'un éclair sortit de nul part ne les frappes. Quand elle rouvrirent leurs yeux, il n'y avait que du noir et la seule chose qui rassurait les deux blondes était le fait qu'elle se tenait la main. Sophie pensa à sa chambre, dans la cachette mais au dernier moment, elle entendit Argentla murmuré :

« -On rentre à la maison ».

Sophie eu soudain mal à la tête et des images familière d'une prairie lui revint en mémoire. Un nouvel éclair les frappa et le noir disparut pour laissé place un ciel étoilé absolument magnifique. Mais Sophie ne put le regarder plus longtemps lorsque son corps entra en contact avec quelque chose de dur, elle ferma les yeux par réflexe. Argentla se releva la première et aida la Télépathe à se relever. Elle observèrent les horizons qui leur offrait la vue d'une maison charmante et d'un grand arbre rose au bord d'une falaise ainsi qu'une multitude d'enclot.

- Où est-ce qu'on est. Murmura-t-elle.

- Bonne question. Répondit la Givreuse.

Mais elle ne purent continuer leur discution car la voix de Mickey Mouse les interpella :

- Qui va là ?!

Chapitre 22 :

Les jeunes filles sursautèrent. Trois silhouettes fonçaient vers eux à toute allure, armée jusqu'aux dent. Sophie sentie quelque chose passer à coté de sa joue. Elle se rendit compte trop tard que l'un des trois venait de lui lancer une étoile gobeline et venait de lui entailler profondément sa joue gauche. Argentla et elle n'eurent pas besoin de parler pour se comprendre et foncèrent en direction de la forêt. La Télépathe ne savait pas ce qui lui avait pris de penser à cette endroit alors qu'il y a quelques instant, elle ignorait son exitance. Les lumière du manoir s'allumèrent. Les propriétaire ont surement été alertés par le bruit ? Grace à leurs aptitudes développées, les jeunes filles accélérèrent un coup pour bien marqué la distance avec leurs poursuiveurs et leur permettre une petite pause.

- C'est bien notre veine tient. Râla la pyrokinésiste.

- Excuse-moi. Souffla Sophie.

Mais son amie lui fit un geste de la main, montrant le fait qu'elle ne lui en voulais pour rien au monde accompagnés d'un sourire rassurant qui raviva le cœur de la jeune blonde. Sophie ouvrit la bouche pour parler mais elle sentie un liquide au goût écœurant couler dans sa bouche. Elle le recracha instantanément et essuya sa joue pleine de sang. Elle senti le regard soucieux de la givreuse sur elle.

- Ce n'est rien. Arqua Sophie. Je mettrais du baume en rentrant.

- Si tu le dis. Et par sécurité, je te rappelle que normalement on a interdiction de sortir de la planque sans autorisation, donc ; si tu ne t'en occupe pas sérieusement, Lady Gisela risque de ce douter de quelques chose. Le dicton de ma mère je suis sur que c'est : "Dans la vie, ne fait confiance qu'a toi même si tu veut avoir une chance de réussir".

Elle dit cela en prenant la voix de Lady Gisela quoi qu'un peu médiocrement puisqu'on aurait dit qu'elle avait un petit accent français dans ses intonations, surtout au niveau de ses "a". Sophie ferma les yeux pour faire le vide dans son esprit pour le rendre plus discret avant de l'étendre au maximum. "Là !" se dit-elle. Elle les avait repéré. Il s'agissait de deux gobelin, deux homme et une femme, elle sentit aussi l'esprit d'un ogre, ce qui l'a surpris à moitié au vue de ses capacité, qui avait du se joindre avec ses poursuivants ainsi qu'un elfe. Elles étaient autant détester que ça ?! Si une alicorne se joint à la course poursuite, cela n'étonnerait plus personne, en tout cas pas l'instillitrice ! Mais elle s'alarma lorsqu'elle senti qu'ils était tout proche...Trop proche d'elles !

- Cours ! Hurla-t-elle.

Mais avant qu'elles ai fait le moindre mouvement, ils les encerclèrent, leur laissant dans l'incapacité de bouger. Sophie serra les dents. Elles relevèrent leur capuche pour protéger leur identité, notamment celle de Sophie qui ne s'était pas dévoilée au grand jour. Argentla tenta de les attaquer avec ses flamme mais pour une raison qui leur échappèrent, ils ne bougèrent pas d'un pouce, ni même d'un semi-millimètre. Rien. Ils avancèrent d'avantage. Serein. Ce qui donna des sueurs froide aux jeunes filles qui paniquaient. Et avant même que Sophie n'ai pu lancer son Instillation, elle reçut une violente décharge. Encore plus puissante qu'un atomiseur normal. Tout devint flou. Elle vit qu'elle était allongé dans l'herbe. Quand était-elle tombée. Elle vit l'image d'Argentla se pencher au-dessus d'elle. Et tout devint noir.

Chapitre 23 :

Du noir. C'est tout ce qu'elle voyait, peu importe où Sophie posait son regard. Elle plaça ses mains devant ses yeux. Ses mains...brillaient ? Elle regarda le reste de son corps, ce qu'elle remarqua la surpris d'autant plus. Elle était désormais une lampe torche humaine, pieds nu, vêtu d'une robe, sans manche, en toile blanche plus que légère, lui arrivant au niveau des genoux. La robe donnait l'impression qu'elle flottait comme si elle était sous l'eau. Mais ce qui était le plus surprenant était l'étrange surface lisse sur laquelle l'Hydrokinésiste était posé. Elle fit un pas, puis un deuxième. Grâce à la lumière qui émanait d'elle, elle vit des rides ses former avant de s'éloigner d'elle en ondulant gracieusement. Était-ce de l'eau ? La jeune fille ne comprenait pas comment il était possible qu'elle puisse marcher sur un liquide.

Une lumière attira soudain son attention. Elle se retourna immédiatement. C'était une lumière jaune pale, presque blanche, et une douce chaleur émanait de cette chose brillante.

Elle venait de faire un demi-pas pour se rapprocher de la boule lumineuse qu'elle aperçut un visage se mouver comme un reflet sur elle. Il s'agissait d'un elfe au cheveux blond très cendré et à la peau olive. Elle était là aussi - ce qui la laissa à moitié choquer puisqu'elle ne s'en souvenait pas-. Cela a du se passer il y a quelques années car la jeune fille était plus petite. Elle devait peut-être avoir 11 ou 12 ans ? A moins qu'elle ne soit plus proche des 13 ? Ils étaient tout les deux assis sur un banc dans les cités Interdites.

« Ça doit être un Invisibles avec qui j'ai fait une mission insignifiante au point de ne plus m'en souvenir. » se dit la blonde.

Mais elle remarqua qu'ils ne portaient pas la cape des Invisibles, et elle portait surtout l'uniforme de Foxfire qu'elle avait pu apercevoir quelques fois. Tout cela devenait de plus en plus curieux.

En frôlant la sphère luminescente, elle ressentit une déferlante de sentiment qu'elle ne comprenait pas. De la nostalgie. Du réconfort. Voir un peu d’inquiétude. Elle remarqua que les émotions qu'elle ressentait à présent dégageait la même chaleur que celle libéré par l'espèce d'étoile.

Tout d'un coup, une autre lumière apparu au loin, puis une autre, et encore une autre. Bientôt, des centaines de lumière brillaient de milles feu. Mais les émotions et les voix qu'elle libérèrent assaillirent l'Optimisatrice de partout. Elle plaqua alors ses mains sur ses oreilles dans l'espoir de bloquer ce brouhaha de sensations infernal.

« -TAISEZ-VOUS ! Hurla-t-elle de toute ses forces. »

Comme un miracle, toutes ses douleurs cessèrent enfin.

Mais le sol d'eau perdit sa solidité et elle s'enfonça dans le liquide limpide. Elle avait beau battre de mains et des pieds, elle n'arrivait pas a remonté à la surface. Elle était comme attiré tel un aimant. Au début, l'eau était chaude et éclairé par es douces lumières qui ressemblaient à présent à de magnifiques étoiles illuminant le ciel obscure. Perdu dans sa contemplation, elle poussa un léger cri de surprise qui ne créa que quelques bulles d'air. Elle referma immédiatement sa bouche en plaquant ses mains pour économisé son dioxygène au maximum. La chaleur s'était soudainement transformé en un froid glacial qui la fit grelotter de tout ses membres.

Pour son plus grand bonheur, elle sentit ses que ses pieds ne se trouvait plus dans l'eau. Alors elle bascula vers l'avant et sortit promptement de l'eau. Elle respira un grand coup mais n'était pas essouffler. Elle était habituer à pire pendant les entraînements de toute façon. Elle vit aussi qu'elle n'était pas mouillé, mais bon… dans cet endroit, mieux vaut ne pas s'étonné.

Elle observa les alentours, elle pouvait toujours marché sur l'eau qui, cette fois, étais bien éclairé. Mais dans ce coté ci, tout était blanc à perte de vu. Et comme par hasard… les même phénomènes se produisirent quoiqu'un peu différent.

Des sphères de brume noir apparurent. Mais elle dégageait la même froideur, le même vide, qu'elle avait ressentit sous l'eau. Et les voix bruyantes de tout à l'heure étaient maintenant réduites à des murmures plus inquiétant les uns que les autres.

Toujours attiré malgré sa réticence, les jambes de la Télépathe la conduisirent vers la plus éloignée et la plus imposante de toutes.

La jeune filles ressentit une puissante déferlante de peur, de colère, et autres sentiments négatifs. Et la plus dangereuse de toutes, de la culpabilité. Intriguée, Sophie leva sa main d'elle-même et toucha la surface fumeuse. Elle venait tout juste de la frôler que la brume noir qu'elle s'étala pour former un passage. Son bras était désormais enfoncé dans l'espèce de porte jusqu'au coude. Les murmures devinrent plus vif et le froid baissa encore de plusieurs degrés.

Elle prit une grande respiration. Puis une deuxième pour s'armer de courage, avant de passé entièrement son corps à travers la porte de brume.

Chapitre 24 :

Sophie lâcha un soupir de soulagement. La température était enfin redevenu normale. Mais elle n'était dans un endroit qui ne ressemblait en rien aux autres paysages qu'elle avait pu voir : elle était dans une grande pièce vaste, un tapis de fleurs roses et violettes recouvrait le sol, un grand lit-enfin, le terme immense serait plus approprié- un limitateur trônait au plafond, et… elle ? Sophie s'approcha de son « clone ». Elle rouspétait en regardant un document assez étrange. Elle s'approcha pour lire ce qu'il y avait marqué dessus mais l'autre Sophie se leva rageusement.

- Pourquoi il n'y a rien de plus ! S'emporta-t-elle en se tournant vers elle.

- Comment veux-tu que je sache ? Répondit la jeune fille perdu.

Mais son clone s'avança à grande vitesse d'elle. Sophie recula mais elle s’emmêla les pieds et tomba en poussant un cri aigu plus que gênant. L'autre Sophie, qui avançais toujours, la traversa. C'était une sensation plus qu'étrange… puisqu'elle ne sentait rien à part quelque picotement.

- Je suis devenu un fantôme ? S'exclama l'adolescente.

Pendant que Sophie essayait de comprendre ce qui ce passait, l'autre blonde s'était arrêtait devant une bestiole étrange qu'elle prit dans ses bras. Il était bleu sirène avec des rayures noirs et violet mais le rendu était pas si mal que ça.

- Je suis en train de touchez le fond Iggy… Soupira la jeune fille, Regarde ! Je suis en train de demander conseil à un lutin.

- Y'a pas que toi qui touche le fond. Rétorqua Sophie rougissante en repensant à sa bêtise : celle de lui avoir répondu.

Elle continua de marcher en jetant quelques coup d’œil à sa réplique avachi sur le lit en train de parler toute seule avec un lutin péteur. Si elle venait de se rendre compte qu'elle était dans un de ses souvenirs, elle s'inquiétait sérieusement pour sa santé mental avant. Cela faisait quelque minutes qu'elle était coincé au coté de son clone et rien ne s'était encore passé. L'optimisatrice commençait à s'agacer assez pour essayait de gifler l'autre elle en espérant la faire réagir un minimum. Mais évidement ; il ne s'était rien produit puisqu'elle ne pouvait pas la toucher.

Soudain, une silhouette se matérialisa dans la chambre. Elle portait un manteau d'Invisible. Elle rabaissa sa capuche : il s'agissait d'une jeune femme élancé, au long cheveux blond et aux yeux d'un magnifique bleu turquoise. Sophie resta estomaqué par cette nouvelle venue tandis que celle du souvenir se précipita dans le bras de l'Invisible.

- Jolie ! Murmura-telle assez fort.

La dite Jolie sourit et la serra d'avantage.

- La seule et unique. Répondit-elle.

Elle se séparèrent après un long moment et le visage de la jeune femme devint grave.

- Ce n'est plus qu'une question de temps maintenant, tu es prêtes ?

- Oui ! Maman et Papa ainsi que M.Forkle et Bronte seulement sont au courant. Il ont déjà prévu tout ce que je leur est demandé mais il ne savent rien à ton sujet comme je te l'ai promis.

- T'es génial petite sœur ! La félicita la grande blonde rayonnante. Mais tu es sur de vouloir allez jusqu'au bout ? Je ne sait pas ce qu'elle te fera et je ne serait pas toujours là pour l'en empêcher et tu n'aura plus ta mémoire.

- Mais tu sera quand même là-bas sous le nom d'Argentla puisque Lady Gisela n'est pas au courant du fait que tu as retrouvé la mémoire toi !

- Oui… Mais c'est justement pour cette raison que se sera difficile de lui dire non lorsqu'elle te donnera certaine mission. Sois en consciente Sophie. L'implora-t-elle-t-elle.

- Mon choix est déjà fait Jolie ! Affirma-t-elle sans hésitation. Ce soir, je me laisserait prendre par Lady Gisela et je rejoindrait les Invisibles pour au moins 6 mois.

- Mais… Tu n'est pas obligé rentre-toi bien cette idée en tête. Arqua-t-elle.

- Non ! Continua Sophie. La seule chose qui me reste à savoir est celle de la confiance que tu m'accorde. On arrivera à rien si je me tourne les pouces ici à rien faire. Et Lueur m'a bien secoué à se sujet… Donc je suis déterminé maintenant donc je n'abandonnerais pour rien au monde !

- Très bien. Abandonna Jolie. Dans ce cas, on se reverra bientôt ma Sophie.

- Oui…

Sophie, qui avait observé toute cette scène, resta muette comme une tombe. Elle avait une grande sœur qui était en fait la Argentla qu'elle connaissait et que toute la loyauté qu'elle accordait à Lady Gisela et au Invisibles n'était qu'un coup monté pour les espionner sans qu'ils s'en rendent compte. Et vu leur expressions… elles étaient dégoutés de cette association. Mais alors...Acalya, Calleb, Gethen, Ruy… Tout ces amis… n'étaient que des criminels…

Non ! Il devait y avoir une anguille sous la roche !

Mais avant qu'elle ne trouve une conclusion plausible. Sa vu se troubla et cette scène se fit de plus en plus lointaine. Elle n'arrêtait pas de pousser des cris mais elle ressentit une sensation désagréable avant de se retrouver dans un nouveau souvenir.

Chapitre 25 :

Cette fois, l'Optimisatrice fut propulsée dans une couloir. Un simple couloir avec des fenêtre assez large pour éclairer l'espace mais aussi permettre à la Télépathe d'avoir une vue sur l'extérieur. Un trottoirs et une route. Ce qui lui permettait juste de comprendre qu'elle était dans les Cités Interdites -même si l'absence de pierre précieuse justifiait aussi bien-.Elle commença à marcher pour essayer de trouver un sens quelconque à se souvenir car pour l'instant, elle ne voyait pas se qu'un pauvre couloir allait lui offrir comme réponse.

Heureusement, en passant devant une porte, elle vit la Sophie du souvenir ouvrir une porte avant de se diriger dans la même direction qu'elle. La jeune fille suivit instinctivement son clone tout en jetant un coup d’œil à la pièce dont sa doublure venait de sortir. C'était une petite chambre – comparé à la sienne – plutôt moderne et confortable. La Rafaleuse était sur qu'il s'agissait d'une chambre d’hôtel. Elle suivit sa réplique qui portait un style de vêtement humain. Elle descendirent les escaliers jusqu'au rez-de-chaussé, quittèrent l’hôtel, marchèrent jusqu'au musé. Un musé en forme de pyramide. Une magnifique femme blonde semblait l'attendre puisqu'elle ce précipita vers Sophie - celle du souvenir -. Comme l'avait supposée la Polyglotte, il s'agissait de Jolie, sa soi-disant grande sœur. Elles échangèrent des broutilles pendant que Sophie regardait autour d'elle. Elle savait qu'elle se trouvais en face du Louvre à Paris mais voir cette pyramide ne l'attirait pas autant qu'avant après avoir vu es Cités Perdus. Elle attendit que les deux pipelettes cessent de parler et bougent mais comme elles avait l'air contente de parler inutilement, elle regarda les alentour. Un enfant venais de renverser sa glace, deux jeunes qui avait l'air d'être en couple se baladaient, les touriste prenaient des photos de tout ce qu'il y avaient autour d'eux – même le trottoirs-. un couple de jeune mariés asiatique passaient devant elle. La jeune fille allait sûrement exploser mais les blondes se mirent enfin à bouger. Elle doublèrent toute la file d'humains devant la pyramide de verre et y entrèrent comme si de rien était. Sophie fut choqué car absolument personne n'avais réagis.

« Sûrement un obscurateur. » Songea la jeune fille.

La Télépathe du courir pour rattraper les deux sœurs car avec le monde qu'il y avait à l'intérieur, cela devenait compliqué de les suivre. Mais elle arriva à tenir le rythme avant que les blondes ne s'arrête brusquement devant un tableau. Elle le reconnu immédiatement : il s'agissait de nuit étoilé de Vincent Van Gogh. N'était-il pas sencé être exposé au musée d'Orsay comme elle l'avait lu. Après, faire voyager les tableau dans d'autre musée ou salle d'exposition était assez fréquent.

- On avait raison. Murmura Jolie.

- Ça veut dire qu'il a été témoin du premier Polaris.

« Polaris ? » se dit la jeune fille. C'était le nom du projet de Lady Gisela.

- Mais que signifie cette peinture pour toi Jolie. Demanda l'Hydrokinésiste elle du souvenir

- Regarde. Lui répondit la jeune femme en pointant le tableau du doigt. Il y a les cinq étoile non répertorié un peu plus grosse que les autres. Celles-ci, c'est Polaris, vers le bas en blanc, et ici la lune. Et cette espèce de tourbillon là pour moi fait référence a ce que Ethan Benedict Wright à écrit dans la scène où il décrit le phénomène que produit Polaris. Donc pour moi il faut que l'on retrouve ces étoiles inconnu et que l'on trouve le « Miroir ».

Un miroir ? De quoi parlait-elle ?

Après cette réflexion, le bruit...s’éteint. Comme si la jeune fille était devenu sourde. Et tout ce qu'elle vit avant de basculer, ce fut le médaillon que son clone sortit de sa poche.

Et plus rien. Elle entendait des bruit de fonds de personnes qui murmurait des mots haineux à son égard. Et c'est quand elle entrouvrit les yeux qu'elle trembla légèrement en voyant où et comment elle se trouvait : c'est à dire enchaînée à coté d'Argentla – ou plutôt Jolie- devant toute les cités perdues au tribunal.

Chapitre 26 :

Sophie referma immédiatement ses yeux. Elle ne pouvait nier qu'elle était paniquée. La Rafaleuse senti une espèce de mousse violette envahir son esprit. Elle avait l'impression d'être allongée dans un champ de d'herbe moelleuse sentant la lavande. Cela lui avait presque fait oublier qu'elle se trouvait dans une situation assez... délicate. La jeune fille senti une main presser doucement la sienne. Comme son visage était toujours caché par sa capuche, elle se risqua à ouvrir les yeux et regarda en direction de ses mains menotté du mieux qu'elle pu : celle de Jolie -sa grande sœur- était entrelacé étroitement avec sa main.

« Un signal ? » se demanda l'Hydrokinésiste.

En effet, les deux sœurs s'étaient créées un code au cas où l'une de leur mission finiraient comme ça. Sophie était restée assez septique en ne cessant de dire qu'elle attireraient pus l'attention qu'autre chose si elles l'emploieraient devant leurs ennemis.

« Il a finit par servir finalement. » Admit la jeune fille le regard toujours fixés sur la main de la Pyrokinésiste.

Mais... si elle était bien la Jolie dont elle avait discuté avec Argentla – enfin Jolie elle-même du coup- cela voudrait dire qu'elle était Empathe aussi ? C'était sûrement elle qui lui avait envoyée le nuage violet relaxant... Bon ! Elle réfléchirait à sa plus tard.

Mitigé, Sophie fit tout de même confiance à son instinct et pénétra dans l'esprit de sa sœur.

- Sophie ! L'assaillit Argantla.

« Non Jolie ! » Se rattrapa la jeune fille intérieurement.

La pauvre avait le sentiment qu'elle aurait du mal à changer son habitude. L'Optimisatrice observa sa sœur qui avait repris la forme qu'elle avait dans es souvenirs : ses yeux étaient bleu turquoise, ses cheveux blond platine avait pris une teinte plus foncé et sa taille s'était largement agrandit. Elle ressemblait à présent à une femme de 20 ans et non une adolescente de16 ans.

- Jolie, murmura l'Hydrokinésiste.

La jeune femme lui fit un sourire triste.

- Tu... as retrouvé tes souvenirs ? Demanda-telle précautionneusement.

- Juste assez pour connaître la vérité sur nous et les Invisibles on va dire. Admit Sophie. Mais pas assez. Le reste est trop flou pour que je me fasse une idée sur la situation et mon passé.

Jolie hocha la tête.

- Je comprend. Déclara-t-elle simplement.

La sœur de Sophie s'approcha et lui caressa les cheveux avant de lui prendre la main, de prendre une grand bouffé d'air, et de continuer :

- Il y a un long moment – où plutôt une très long moment – j'ai été rejoint une association appelé le Cygne Noir.

L'Instillitrice écarquilla les yeux.

« Ce nom doit te sembler familier puisque tu est l'un des membres les plus important de ce groupes. »

Mais j'étais aussi harcelé pour rejoindre... les Invisibles. Mais j'ai refusé jusqu'au moment où j'ai eu l'idée de les infiltré. J'ai commencé à écrire un rapport complet sur cette organisation pour M.Forkle sauf que Lady Gisela a compris mes intentions et a envoyé mon propre fiancé me brûler vive dans un « accident ». Mais contrairement à ce que tous le monde pense, je ne suis pas morte car Brante m'a aidé à m'échapper.

L'Hydrokinéite était choqué par cette histoire tragique, sachant que des bribes de souvenirs lui revenait.

- Comment c'est possible. Dit-elle d'une voix à peine audible. C'est Brant qui t'as tuée – en tout cas a essayer-.

Des larmes coulaient sur les joues des deux blondes.

- Je crois qu'il vaut mieux que je te montre. Murmura jolie en sanglotant.

Alors, les deux sœurs se dirigèrent vers l'un des miroirs de couleurs qui scintillaient en harmonies dans l'esprit de Jolie, avant de se retrouver projeté dans le souvenir.

Chapitre 27 :

Les deux sœurs se retrouvèrent dans un salon généreusement garnis en meuble et décoration de pierre précieuse. Mais le tout était agréable a voir avec ces tons bleu et violet. On pouvait voir à l’extérieur par la grande baie vitré un grand jardins où des gnomes entretenaient la douce végétation qui l’habillait.

Sophie détourna son regard vers Jolie. La pauvre semblait éteinte. Enfin… elle s’apprêtait tout de même à revivre l’un de ses pires souvenirs.

La Jolie du souvenirs pénétra dans la pièce, affolée et tremblante. Elle mordait si fort sa lèvre inférieur qu’un filet de sang finit par couler le long de sa mâchoire.

L’Hydrokinésiste jeta un nouveau coup d’œil à sa grande sœur. Elle était dans une sorte de transe et ne cessait de fixer le couloir. La jeune fille lui attrapa la main délicatement pour lui apporter son soutient. Celle de Jolie la lui caressa doucement avec son pouce. Sophie sourit avant de se reconcentrer sur le souvenir car il était hors de question de refaire subir cette torture à sa sœur une fois de plus.

Un homme entra dans la pièce par le couloir que fixait Jolie depuis tout à l’heure. Cheveux noir, yeux gris-bleu pale. Sophie le reconnu immédiatement : Brant.

Elle vit – et sentit – les deux Jolies se raidirent.

L’Optimisatrice du admettre malgré elle qu’il était vraiment beau à cette époque là.

« Ou tout simplement sans ses brûlures et ses cicatrices. » songea-t-elle.

Le jeune homme s’approcha de Jolie – celle du souvenir – doucement.

A la surprise de Sophie, il l’enlaça délicatement dans ses bras.

- Tu es revenu pour quoi? Lui lança la jeune femme d’une voix grave.

- Pour te parler. Répondit-il.

Jolie se dégagea violemment de son étreinte et la poussa - bien qu’il ne bougea pas vraiment – avant de se reculer prudemment. Ses pieds étaient déjà en position pour pouvoir courir si besoin et d’un claquement de doigts, la jeune filles fit disparaître un tas de feuilles blanche posée sur l’un des meubles.

« Sûrement les fameux dossiers sur les Invisibles » Supposa Sophie.

- Grossière erreur. Déclara simplement Brant.

- Tu dit ça mais Forkle les as déjà sûrement en main maintenant. Rétorqua-t-elle avec un sourire fière.

- Non. Continua-t-il.

- Comment-ça ? Demanda la blonde suspicieuse.

Elle lut clairement de la peur dans les yeux de la Jolie du souvenir. Sophie regarda à nouveau sa sœur qui était de plus en plus pâle.

« Pourvu qu’il finisse enfin » pria-t-elle inquiète.

- Bon écoute-moi s’il te plaît, reprit-il pensant que la jeune fille levait les yeux au ciel, J’appartiens aux Invisibles Jolie. Peut m’importe la façon dont il feront certaines choses je les suivraient. Je ne veux plus vivre en cachant mon talent sous prétexte qu’il est plus dangereux que d’autre ! Ni même que d’autre futur Pyrokinésiste subisse ce que j’ai subit en essayant de cacher mon pouvoir ! Mais…

Brant s’arrêta et passa une main sur son visage.

- Mais quoi ? son interlocutrice.

- Je ne pourrai jamais te tuer...Murmura-t-il d’une voix tout juste audible pour Sophie.

Mais Jolie resta de marbre.

- Parce que tu es venu pour me tuer en plus ? Demanda-t-elle d’une voix emplit de chagrin.

- Non ! S’exclama-t-il. Mais ils savent que tu leur à volé des informations alors ils essayeront sûrement de te tuer.

- Ça je m’en doutais. Marmona-t-elle.

- C’est pour ça que je suis venu pour te demander de fuir.

Jolie écarquilla ses yeux.

- Fuit dans les Cités Interdites et cache-toi. Je me chargerai du reste fais-moi confiance je t’en supplie.

Des larmes perlaient dans ses yeux.

La jeune fille claqua à nouveau des doigts et fit apparaître un petit cristal bleu. Elle ne se retourna pas pour regarder une nouvelle fois son fiancé et se dématérialisa précipitamment, ne voulant pas gâcher cette occasion.

Sophie et sa sœur furent transporter en même tant que la jeune fille. Il faisait noir ici et les lampadaires était déjà éteint. Elles observèrent silencieusement la jeune fille courir dans les rues sinistre avant qu’elle ne s’arrête devant une maison et qu’elle ne pénètre à l’intérieur.

- C’est l’une des planques du Cygne Noir. Déclara Jolie en voyant sa sœur se questionner.

Et tout redevint noir. La fin du souvenir.

- Je me suis caché des Invisibles, du Cygne Noir et des Émissaires qui passaient pendant près de3 ans. Continua-t-elle. J’ai cherché de informations jusqu’à trouver la piste la plus important pour trouver Polaris. Mais je ne peut pas t’en dire plus pour l’instant car elle m’a demander à te voir en personne.

- Qui ? S’interrogea l’Optimisatrice, perdu.

- Tu verras. Termina l’Invocatrice.

Et tout rebascula à nouveau.

Sophie rouvrit précipitamment ses yeux. Mais la lumière l’éblouie tellement qu’elle clot ses paupières à nouveau.

- Bon retour à la maison Sophie. Lança une voix enroué plus que reconnaissable pour la jeune fille.

- M.Forkle. Murmura-t-elle en souriant.

Chapitre 28 :

Il était là, devant elle. Après un aussi long moment, malgré elle, la jeune fille ne pu s’empêcher de pleurer. Elle avait retrouver assez de souvenir pour savoir que sa place n’était pas au sein des Invisibles mais auprès du Cygne Noir. Elle pleura sans savoir pourquoi mais cela lui faisait tant de bien qu’elle ne pouvait s’arrêter.

Après avoir vider toute les larme de son corps, elle attrapa le mouchoir que lui tendait M.Forkle.

- J’ai pas gagné en grâce en tout cas. Maugréa-t-elle en faisant la moue.

- Heureusement que tu n’as pas trop changé non plus. S’esclaffa-t-il doucement.

La jeune fille regarda autour d’elle avant de s’exclamer :

- Mais je me trouvait au tribunal avant ! Comment se fait-il que je ne me soit pas réveiller pendant la séance ?

- Non, les effets des sédatifs ont durés plus longtemps que prévu donc tu as tout manqué. Répondit- il. Mais tu pourra remercier le Conseiller Bronte. Il a réussi à convaincre le Conseil de vous faire le même traitement que celui d’Ilissana à son arrivée avant qu’elle ne se montre et qu’elle ne quitte les Cités Perdues.

- Ah… Soupira Sophie.

- Tu n’es pas étonnée qu’elle soit parti ?

- Non. Répondit-elle en regardant vers la fenêtre.

Bizarrement, les plaines n’était pas aussi belle que ce dont elle s’était habituer autrefois lorsqu’elle vivait chez les elfes. On aurait dit plutôt… un espèce de marécage.

- Où sommes-nous au juste ? Demanda la jeune fille.

- A Riverdrift. Lança-t-il de bout en train.

Sophie écarquilla ses yeux. Elle était chez l’une des personnes qui l’appréciait le moins. Et si elle devait y rester coincé pour un long moment, elle ne savait pas si cela ferait bon ménage.

« En plus, la dernière fois que j’en ai à peu près entendu parler était lorsque Bianna et Stina sont allées lui demander si elle n'était pas ma mère biologique...!» Rouspéta-t-elle intérieurement.

- Elle est au courant où je dois rester encapuchonnée ?

Elle devinerai peut-être qu’elle avait modifier sa voix mais si elle pouvait espéré une hospitalité plus distante avec Lady Cadence. Mais le sourire de M.Forkle – qui avait sûrement deviner les intentions de la jeune fille – lui répondit :

- Seule tes amis, leur familles, tes parents, et les Cités perdues ne savent pas. Mais le reste du Cygne Noir et le Conseil est désormais au courant.

Sophie souffla en equissant un sourire.

- J’espère que vous vous souvenez de mon intégration au sein de cette organisation Mlle.Foster. Intervint une voix cinglante.

L’Hydrokinésiste tourna lentement sa tête dans sa direction. Ses cheveux était légèrement plus long que la dernière fois mais elle était toujours la même. Finalement, la jeune fille se senti nostalgique.

- Non j’avais complètement oublié.

Sophie plaqua ses deux mains sur sa bouche. Elle venait de pensé à voix haute ? La Télépathe sentit ses joues se réchauffer pendant qu’elle détourna son regard vers la vitre teinté. Peut-être qu’à force d’observer l’extérieur elle finira par apprécier la vue ? Mais ce que Sophie espérait surtout pour l’instant c’était être oublié de tous – surtout de Lady Cadence -.

Elle l’entendit soupirer avant de poser quelque chose pas très loin.

- Ce n’est rien Sophie. Dit-elle après un silence gênant.

La jeune fille se redressa rapidement. Venait-elle de l’appeler par son prénom ? Cela était plutôt rare...

- Sachez que je suis rassurée de vous voir de retour saine et sauve, continua-t-elle. La porte n’est pas fermé pour vous contrairement à Ilissana et je disponible lorsque je ne suis pas à Foxfire. Mais n’hésiter pas à m’appeler via le transmetteur si besoin.

Effectivement, un transmetteur était disposé sur la table de chevet à coté du lit où elle était encore couchée.

- Mais surtout, vous ne serez pas dispensée de mes cours puisque vous nous avez quittée avec un niveau encore plus que médiocre malgré votre âge avancé !

« Dites que je suis vielle pendant que vous y êtes ! » Hurla l’esprit de l’Hydrokinésiste.

La jeune fille ne pouvait quand même pas s’empêcher d’être touchée par sa Mentor.

« Peut-être que si nous repartons du bon pied, nous pourrions nous rapprocher cette fois-ci ? » Songea-t-elle.

Lady Cadence repartit tout aussi sec. Et Sophie lui en était assez reconnaissante puisqu’il lui restait une question importante à poser à M.Forkle, qui s’était fait discret depuis un petit moment.

- Qu’est devenu l’autre Invisible qui était avec moi.

Le fin sourire du Télépathe s’effaça pour laisser place à un air grave.

- Il l’ont envoyé à Exil.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.