Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Nouveaux pouvoirs

Amy se réveilla en sursaut. Sa chambre était glaciale. Du givre couvrait les murs et quelques flocons voletaient dans sa chambre. Ce n’était pas normal pour une nuit d’été. Que faire ? Serait-elle une elfe ? Non impossible, ce doit être un rêve. Elle tenta de se convaincre que la neige dans sa chambre n’était que le fruit de son imagination et qu’elle rêvait. Alors, elle se rendormit tant bien que mal.

Le réveil d’Amy ne sonna pas ce matin. N’entendant pas son réveil, elle resta au lit. Au bout d’une demi-heure, ses parents se posèrent des questions. Ils l’appelèrent. Aucune réponse. Puis une deuxième fois. Toujours rien. A la troisième fois, ils montèrent dans sa chambre. Que se passait-il ? Ils ouvrirent la porte et sa mère lui intima de se voix doucereuse de se réveiller. Mais quand elle fit le premier pas en compagnie de son mari dans sa chambre, elle cria.

-          HAAAA !!!! cria sa mère.

-          AMY QU’ES-CE QUE C’EST QUE CA ??? cria son père par la suite. Elle se réveilla comme si de rien n’était.

-          Je n’ai pas manqué le réveil ?

-          Regarde l’état de ta chambre !!!! s’écria sa mère. Elle l’observa. De la neige et du givre parsemait les murs de sa chambre. Elle n’avait donc pas rêvée. Mais que ce passait-il. Elle n’était pas une elfe. Elle se contenta alors de répondre.

-          Je… ne sais pas. Surement la chaudière qui pète les plombs. Il faudrait y jeter un coup d’œil.

-          Amy nous sommes en plein été ! s’énerva son père.

-          Comment voulez-vous que j’asperge ma chambre de neige ? Surement la chaudière, je vous dis. Elle les chassa d’un geste de bras. Si vous permettez, je dois allez en cours, sinon je vais être en retard.

-          Nous en reparlerons ce soir ! Ne crois pas que tu vas échapper à cette discussion !

-          Oui oui ! dit-elle en refermant la porte pour échapper à ses parents. Elle se sauva dans la salle de bain, alluma la douche, mais les filets d’eau se suspendirent dans le vide, tel des stalactites. Elle courut alors dans sa chambre. Elle ne s’inquiéta même pas de savoir la réaction de ses parents lorsque qu’ils découvriraient la douche. Peu lui importait. Quand elle arriva dans sa chambre, elle prit un T-shirt dans son armoire, mais il se gela aussitôt. Elle comprit que ce désastre venait bien d’elle. Elle essaya de se calmer, et prit un autre T-shirt. Puis réussi à s’habiller après avoir gelé quelques autres habits. Elle regroupa ses affaires de cour, puis courut hors de la maison pour échapper à ses problèmes. Malheureusement, ce ne fut pas si facile que ça.

-          Vous êtes en retard, Mlle Foster ! dit M. Swenney. Aussi impétueuse que sa sœur ! Marmonna-t-il dans sa barbe. Quand Sophie fut partie, Amy se révéla aussi intelligente qu’elle. Donc maintenant, elle se retrouvait au lycée, dans le même calvaire que sa sœur ainée. Personne ne l’appréciait,  et elle est devenue obligée de devenir aussi transparente et détestée que Sophie. Et bien sûr, M. Sweeney l’aimait encore moins car il se rappelait de Sophie.

-          Quel est le motif ? Un mot des parents ?

-          N…non. Que pouvait-elle lui dire de mieux ? Quelle avait complètement congelé sa chambre ?

-          Une heure de retenue ce soir ! dit-il en se vengeant. Après ça, il reprit son air de gentil monsieur et retourna au cour. Mais Amy n’écoutait pas ce qu’il racontait. Comment pouvait-on rester concentrer quand vous venez de congelez votre maison ?

-          Mlle Foster ! Amy leva les yeux. Puisque vous vous trouvez trop intelligente pour assister au cour, venez répondre à la question qui est au tableau ! Amy se mit à trembler.

-          Je ne… peux pas.

-          Pourquoi ça ?

-          Je ne peux pas vous le dire…

-          Mensonges ! Venez au tableau ! Maintenant ! dit-il en lui tendant un stylo. Amy inspira, puis se leva.

-          Allez, bougez-vous, je n’ai pas la journée ! Rappelez à vos camarades qui ont inventé l’électricité ! Les elfes, eu envie de dire Amy. Mais elle répondit :

-          Les Hommes. Dit-elle en tremblant.

-          Bien. Dit-il en s’efforçant de ne pas grimacer. Ce qui était raté bien sûr. Passons aux maths. Puisque vous êtes au tableau, vous allez nous rappelez la formule du théorème de Pythagore.

Elle commença à écrire la formule, mais le stylo commença se geler. Elle redoubla de vitesse, sinon ce serait le tableau entier qui serait congelé. Impossible de se calmer. Que faire ? Mais le stylo congelait encore, ne s’arrêtant pas. Le givre atteint la mine du stylo, qui eut de plus en plus de mal à écrire. Elle se dépêcha d’écrire la réponse, mais son professeur semblait vouloir la retenir. Quand elle eut finit, elle courut vers sa table.

-          Mlle Foster ?! Je n’ai pas fini de vous interroger ! Revenez au tableau immédiatement ! s’écria-t-il.  Par chance, sa voix fut couverte par la sonnerie assourdissante du lycée. Elle se hâta de sortir, se cachant dans la foule. Amy courut vers la sortie du lycée et se permit de respirer uniquement quand elle fut à l’écart de toute personne. Mais ce n’en était pas fini, il lui restait une après-midi à affronter. Mais que lui arrivait-elle ? Et si elle faisait partie de ces gens aux étranges pouvoirs ? Une elfe ? Elle ? Comment ? En tout cas, une chose était sûre, il ne fallait pas rester là. Mais elle ne pouvait non plus sauter, elle n’avait aucun cristal. Il fallait prévenir Sophie. Avait-elle au moins un objet capable de communiquer depuis les Cités interdites ? Une voix masculine la tira de ses pensées.

-          Tu sors d’un frigo Amy ? lui lança un garçon. Elle se regarda. Pourquoi lui disait-il ça ?

-          Je ne vois pas de quoi tu parles. Avoua-t-elle. 

-          Regarde tes pieds ! Tu laisses du givre partout quand tu marches ! Et tu as plein de flocons autour de toi ! Il faudra que tu me donnes ta recette ! Elle se regarda. Il disait vrai. Comment avait-elle pu ne pas s’en rendre compte ? Qu’allait-elle lui répondre ? On était en plein été.  Elle se contenta alors de lui répondre par la première excuse bidon qui lui passa par la tête.

-          Oui… Je suis malade, j’ai très froid. dit-elle en faisant semblant de frissonner, puis elle partit en espérant lui échapper.

-          Tu as froid ? En plein été ? continua-t-il.

-          Oui. Mais celle-ci se rendit compte du contraire. C’est la première fois que quelqu’un s’intéressait à elle.

-          On se connait ?dit Amy pour changer de sujet. Et comment tu connais mon nom ?

-          On est dans la même classe, je te rappelle.  Amy se rappela alors de lui. Mais devant se faire discrète, elle ne prêtait attention à personne, et inversement pour les gens de sa classe, qui la surnommait « l’anomalie ».

-          Ah oui… Bon je dois y aller. Personne de plus ne devait voir son état. Elle continua de marcher, comme si de rien était. Mais le garçon la rattrapa.

-          Tu ne m’as toujours pas dis pourquoi tu as des flocons autour de toi !

-          Je te l’ai déjà dit, je suis malade !

-          Impossible. Je veux la vérité. Elle ne sut quoi lui répondre, alors elle se mit à courir. Mais le garçon lui attrapa la main.

-          Si tu es vraiment malade, tu as besoin d’aide. Vu ton état, ça doit être grave. Même si je ne te crois pas vraiment, dans tous les cas, tu as besoin d’aide. Personne ne doit te voir. Elle ne pouvait pas lui dire ce qui lui arrivait. Ni le laisser l’aider. Ce dont elle avait besoin, c’était de Sophie.

-          Je n’ai pas besoin d’aide ! en essayant de se défaire de son étreinte. Sans succès.

-          Faux. Regarde-toi. Tu as du givre qui te monte sur le visage. Elle paniqua, elle n’arrivait pas à se contrôler. Elle aurait voulu disparaitre six pieds sous terre. Elle se dégagea, et courût.

-          Que t’arrive-t-il ? cria-t-il. Amy se regarda. Elle clignotait. On aurait dit un hologramme. Que lui arrivait-il ? Mais elle continua à courir. Le plus loin possible. Puis elle disparut complètement. Quand elle arriva au seuil de sa porte, elle peinait à ouvrir la poignée, car elle ne voyait pas ses mains. Quand elle eut réussi à ouvrir la porte, tant bien que mal, elle jeta son sac et vérifia s’il n’y avait personne dans la maison, tout comme dans la rue. Mais ce garçon l’avait suivi. Il l’avait vu ouvrir, la porte, mais s’il ne voyait uniquement la porte bouger. Il l’a cherchait du regard. Elle fit son possible pour ne pas se faire remarquer. Elle monta dans sa chambre et chercha un quelconque objet qu’elle aurait gardé des Cités perdues. Elle fouilla dans ses affaires. Rien. Amy se mit alors à chercher dans les plus petits recoins de sa chambre. Puis elle trouva enfin ce qu’elle cherchait. Elle trouva le transmetteur dans un de ses cartons de sa chambre. Elle avait raison de l’avoir caché si loin. Personne ne devait l’avoir à portée de main. Elle le prit entre ses mains, priant pour qu’il ne se gèle pas lui aussi.

-          Montre-moi Sophie Foster. Dit-elle tremblante. Elle n’avait que sa sœur enregistrée dans l’appareil, car normalement, aucun danger ne devait la menacer. Mais là, pas de réponse. Elle ne pouvait rien malheureusement rien faire de plus, étant donné qu’elle n’avait pas ses amis enregistrés. Sauf que là, elle était en danger. Un humain l’avait vu, et elle ne savait toujours pas maitriser ses pouvoirs. Et le garçon en contrebas attendait des réponses. Des vraies. Sa seule option était de sécher les cours.

Galères

Cet après-midi, le garçon ne vit pas Amy revenir en cours. Ce qui était évident. Mais elle n’était pas malade. Et puis quand elle est devenue invisible… Aurait-elle des pouvoirs ? Impossible. La légende que racontaient ses ancêtres de génération en génération ne pouvait être vraie. A moins que… Il fallait absolument qu’il vérifie.



-          Quelqu’un aurait Mlle Foster ? La voie de M. Swenney sortit le garçon de sa torpeur. Il leva les yeux.

-          Elle est malade ! s’empressa-t-il de dire. Tout le monde, même le professeur le regarda. Personne n’avait pris sa défense auparavant. Il fit lui aussi semblant de ne pas se sentir bien. Il fallait qu’il la voie.

-          Si vous permettez… je ne me sens pas bien ! dit-il en sortant avec hâte. Une fois sorti, il courut jusqu’à sa maison.



Il entrouvrit la porte. Il y faisait un froid glacial. Il devait s’y attendre. Des flocons voletait et le sol était couvert d’une épaisse couche de glace. L’heure était grave. Elle risquait de congeler le quartier. Il rentra malgré tout.

-          Il y a quelqu’un ?  Néant. Il décida de monter.

-          Amy ??? Il manqua de tomber dans l’escalier. Pas de réponse. Il continua à monter, puis alla en direction de sa chambre. Il l’ouvrit, elle était glaciale.

-          Amy ??? Elle apparut en clignotant.

-          NE T‘APPROCHES SURTOUT PAS !!!  cria-t-elle.  Je ne veux pas te faire de mal ! Elle clignota de plus belle. Mais le garçon ne bougea pas.

-          Mais qui es-tu ???

-          Tu préfèrerais ne pas le savoir crois-moi. C’est la chaudière qui pète les plombs. Elle voulut lui refermer la porte au nez, mais la porte se gela aussitôt et se bloqua. Il écarquilla les yeux. Il avait raison à son sujet.

-          Va-t’en !!! Il savait tout sur tout à présent. Qu’allait dire Sophie ?

-          Tu es une elfe. Dit-il calmement.

-          Comment le sais-tu ? Les Humains ne sont pas censés connaître le secret des elfes !

-          Parce que j’en suis un. Il fit passer un courant d’électricité sur l’extrémité de ses mains.

-          M… mais que fais-tu là ? Tu devrais vivre avec les elfes !

-          Ma mère est une elfe, mais elle est tombé amoureuse d’un humain, ils ont faits des enfants, mais quand elle venait lui rendre visite, le passage humain-elfe n’avait pas encore été coupé. Ma mère a alors décidé de venir vivre dans les Cités Interdites, n’ayant le droit d’emmener d’objets elfiques, savant qu’elle ni retournerai plus. Depuis, ma famille est une des rares familles au monde à connaitre l’existence des elfes. Et toi ? Tu ne m’a toujours rien dit !

-          Je… je n’en ai aucune idée. Dit-elle décidée à ne pas lui révéler la nature de sa sœur.

-          Que vas-tu faire ?

-          Retourner dans les Cités perdues. Elle reprit son transmetteur.

-          Montre-moi Sophie. Un autre visage apparut sur l’écran. Fitz ??? J’ai besoin de Sophie ! Il faut qu’elle vienne immédiatement ! Il m’arrive plein de choses bizarres ! J’ai des Talents ! Je ne peux pas rester plus longtemps ici, je suis éclipseuse et cryokinésiste ! La maison entière est gelée, et je fais que de disparaitre ! Si je reste plus longtemps ici, on va percer le secret des elfes ! Il ne répondit pas. Fitz ??? Où est Sophie ??? Il se retourna et parla à une autre personne.

-          Elle sait. Que faisons-nous ?

-          Prenez-les en otages ! Enfermez-les à Candleshade ! Personne ne les trouvera.

-          Fitz ? Pas de réponse. Il avait raccroché. Une autre vois se fit entendre.

-          Tu m’as appelé ?

-          Fitz ??? Que fais-tu ? Il lui approcha un mouchoir au visage, puis fit de même avec le garçon. Ils s’endormirent sur le coup et Fitz sauta avec eux.



*

Chez les elfes  

AMY ??? Maisqu’esquetufaislàetc’estquilui ??? Cria une voix.

-          Laisse-les respirer ! dit une autre voix. Amy ouvrit lentement les yeux.

-          Keefe ? Ro ? On est où ? Où est Sophie ? Je l’ai appelée sur son transmetteur mais elle ne répondait pas. Mais c’est Fitz qui a répondu, puis ils nous ont enlevés, puis ils nous en emmenés ici !

-          Fitz ? Tu es sûr de toi ? Et c’est qui lui ?

-          Et toi tu fais quoi ici ? lui dit Amy.

-          J’habite ici je te rappelle. Bon explique-moi maintenant ce qu’il s’est passé ?

-          OK… Cette nuit, je me suis réveillée avec des pouvoirs, mais j’ai cru à un rêve, alors je me suis rendormie. Mais le matin, je congelais tout ce que je touchais et je clignotais, mais je ne pouvais plus aller en cours l’après-midi, puis il m’a trouvé, et s’est révélé être un elfe. Maintenant où est Sophie ?

-          Elle a disparu. Tout le monde l’a croit morte mais je sais qu’elle est encore en vie. Dit-il les larmes aux yeux.

-          OK… reprends-toi. Quand et où a-t-elle disparu ?

-          Elle s’est faite enlevée chez elle. Dans sa chambre. Par les Invisibles. Mais si tu dis que Fitz vous a enlevé et qu’il fait partit des Invisibles, tout est de ma faute. Je n’ai pas pris Sophie au sérieux quand elle a soupçonné Fitz de faire partit de cette orgasation. Expliqua-t-il.

-          Ce n’est pas ta faute. As-tu déjà cherché quelque part dans les Cités perdues, comme à Nocturna ?

-          Impossible, s’ils voudraient se débarrasser de Sophie, ils la planqueraient plus loin que ça. Si loin que ça pourrait être dans un autre monde.

-          Je ne crois pas qu’un autre monde puisse exister. Bon. Et si on allait voir Alden  ou M. Forkle, pour commencer ?

-          Mais heu… d’où ils sortent tes pouvoirs ? Parce que tu es humaine à ce que je sache. Mais pourtant tu as des pouvoirs. Et lui et son histoire zarbi, je crois qu’il vaut aller voir M. Forkle. Dit-il en désignant le garçon du doigt. Tu te sens assez forte pour sauter ?

-          J’espère. Mais il faut aussi le protéger, il ne sait pas sauter.

-          Onestoù ?? dit-il en ouvrant les yeux.

-          Dans les Cités perdues mon cher ! Bienvenue dans ton monde ! dit Keefe. Il leva les yeux, émerveillés par la beauté de l’architecture elfe.

-          Au fait, comment tu t’appelles ? dit Amy.

-          Moi ? Heu… Je m’appelle Percy.

-          Ça en fait des noms humains ! dit Keefe. Bon venez, et surtout, concentrez-vous très fort si vous ne voulez pas vous faire évaporer !

-          Evaporer ?

-          Mieux vaut que tu ne le sache pas ! dit Amy. Keefe brandit son cristal de saut.

-          Alluveterre ! Ils marchèrent vers le rayon de lumière et sautèrent.



*

-          Ouah !!! Ça fait bizarre !dit Percy.

-          M. Forkle ? dit Keefe.

-          Vous les gamins !

-          Sauf extrême urgence, partez !

-          Comment expliquez-vous le fait qu’Amy possède des Talents ? Il se leva et sortit de son bureau.

-          Impossible ! Elle lui fit une démonstration de ses pouvoirs.

-          Comment l’expliquez-vous ? voulut savoir Amy. 

-          Aucun humain ne t’as vu ?

-          Non, mais ma maison est complètement gelée, et mes parents ne vont pas tarder à rentrer.

-          Eh bien… Quand nous avons conçu Sophie, nous savions que son nombre incalculable de pouvoir, pouvait modifier les gênes de leur prochain enfant. Ce qui explique son nombre de talent et sa puissance.

-          QUOI ??? s’écrièrent les trois elfes en même temps.

-          Vous saviez alors que je n’étais pas humaine ?

-          Rien n’était sûr, mais maintenant j’en ai la certitude. Et lui qui est-il ? Amy lui expliqua avec précision son histoire.

-          Nous avons alors plusieurs problèmes à régler d’urgence.

-          Commençons par toi, Percy, veux-tu vivre dans les Cités perdues ?

-          Je… je ne me sens pas à ma place ici. J’ai grandi toute ma vie chez les humains.

-          Bien. Sache que tu es toujours le bienvenu dans les Cités perdues. Si tel est ton souhait, Granite, va te ramener chez toi. Il le désigna d’un signe de tête.

-          Merci beaucoup. Au revoir, Amy. Il marcha vers Granite, puis celui-ci brandit un cristal bleu de sa poche.

-          San Diego ! Ils marchèrent vers le rayon de lumière et disparurent.

-          Bien. Quant à toi, Amy, tu es obligée de rester ici.

-          Je ne comptais pas rester de toute manière dans les Cités interdites. Tout est tellement banal, là-bas. A commencer par les cours. Et puis je suis en manque de guimolle.

-          Ah ça c’est la meilleure ! dit Keefe.

-          Mais qu’allons-nous faire de nos parents ?

-          Je ne vois qu’une seule solution.

-          Non ! On ne peut pas !

-          Tu appartiens à présent à ce monde, Amy.

-          Mais ils ont déjà tellement perdu ! supplia Amy.

-          Ne peut-on tout simplement pas leur dire la vérité ?

-          Je crois que ça leur ferait encore plus de mal, de savoir d’avoir deux filles, mais qu’ils ne peuvent jamais voir.

-          OK…. Dit tristement Amy.

-          Bien. Les effaceurs sont en route.

-          Déjà ? Et l’état de la maison ?

-          Ils s’en occupent aussi. Cette fois, Amy ne trouva rien à dire et retint des larmes.

-          Tu dis, donc, que Fitz fait partis des Invisibles ?

-          Exact.

-          Mais où je vais loger maintenant.

-          Depuis la disparition de Sophie, on est tous réuni aux Rives du réconfort ! Pour l’instant, tu n’as pas besoin de tuteur !

-          Mais, Sophie ?

-          C’est notre secret. Personne ne doit être au courant tant qu’on ne l’a pas retrouvée. Il lui fit un clin d’œil.



*

-          C’est ici que tu habites ? C’est… immense.

-          Crois-moi, ce n’est pas la maison de rêve.

-          Et si on montait ? Ils montèrent et trouvèrent dans sa chambre tous leurs amis, y compris Fitz.

-          Salut les copains, voici Amy, la sœur de Sophie. Elle s’est découverte être une elfe, alors elle doit vivre dans les Cités perdues.

-          Elle n’a aussi pas les yeux bleus ?

-          Ca va faire polémique, quand on reprendra les cours ! dit Dex.

-          Au fait c’est quoi ton talent ? demanda Biana

-          Elle en a deux à vrai dire.

-          Deux ?

-          Eclipseuse et Cryokinésiste.

-          Incroyable ! fit Linh. Seul Fitz restait silencieux. Mais Keefe et Amy le remarquèrent.

-          COMMENT  OSES-TU FAIRE COMME SI DE RIEN ETAIT ??? hurla Keefe.

-          Je ne vois pas du tout de quoi tu parles.

-          Qu’est-ce qui se passe ? dit Biana. Keefe l’ignora.

-          TU OSES FAIRE SEMBLANT ALORS QUE C’EST TOI QUI A ENLEVE AMY ET QUE FAIS PARTI DES INVISIBLES ???

-          Faux !

-          Ne mens pas ! Elle souleva la manche de Fitz, qui était tatoué d’un tatouage des Invisibles.

-          COMMENT EXPLIQUES-TU CA ??? TU ETAIS MON MEILLEUR AMI !!! cria Keefe.

-          Fitz !!!! s’écria Biana. Comment as-tu pu ??? Il ne répondit pas à sa question, il sauta, sans même leur adresser un regard.

-          LE TRAITRE !!!! dit Tam en donnant un coup de pied dans un objet.

-          Il n’a pas osé quand même ? râla Dex.

-          Qu’allons-nous dire au Conseil ? demanda Linh.

-          Et à nos parents ? Ils vont être démunis ! dit-elle en éclatant en sanglot. Tout ça est de ma faute !!

-          Qu’est-ce que tu racontes ? dit Tam.

-          Sophie m’avait appelé pour me prévenir du comportement étrange de Fitz. On le soupçonnait de faire partit des Invisibles, puis elle s’est faite tuer juste après cet appel. Puis je n’ai plus du tout soupçonné Fitz, parce que j’étais trop choquée par la nouvelle. Keefe regarda Amy pour lui dire de ne rien avouer.

-          Ce n’est pas de ta faute. Sophie m’avait aussi appelé, mais je n’ai pas pas pris au sérieux la menace de Fitz. Le rassura Keefe.

-          Tout le monde aurait fait de même, Biana. Rajouta Dex.

-          Je sais… mais maintenant que je vois la sœur de Sophie, je me sens si coupable !

-          Tu n’aurai rien pu faire de plus. Je ne t’en voudrai jamais. Dit Amy.

-          Tu accepterai en attendant de m’apprendre à contrôler mon pouvoir ?

-           Bien sûr, si ça peut me permettre de me rendre utile ! lui répondit-elle.

-          Par contre je ne crois pas qu’il y a de Givreuse ici.

-          Ma mère est Givreuse, mais je crois que ça ne va pas le faire avec les jumeaux.

-          Peut-être qu’elle pourrait le faire avec moi, techniquement, nos Talents sont basés sur le même élément. Dit Linh.

-          Bonne idée ! dit Tam.

-          Evitez par contre de geler la maison ! plaisanta Keefe.

-          Je crois que ça va être dur… dit Amy.

-          Sérieusement ?

-          Je ne peux toucher un objet sans le givrer. Même quand mon pouvoir s’est développé, ma chambre était gelée de partout alors que je dormais.

-          Sacré puissance. Dit Dex.

-           Bon je crois que je vais aller me coucher, j’ai passé une sacrée journée. Elle se mit dans un sac de couchage, le plus éloigné du groupe. Elle avait envie d’être seule et de pleurer les larmes que son corps lui permettrait. Mais hors de question de pleurer devant eux. Elle allait retrouver Sophie.



Deux jours étaient passés, depuis l’arrivée d’Amy. Chaque nuit, Keefe et Amy sortaient de la chambre et recherchait un quelconque indice capable de leurs permettre de retrouver Sophie. Mais ils n’étaient pas plus avancés qu’au début.



-          C’est bien, maintenant, essaye de te contrôler. Calmes-toi. Touche ce mur et visualise le en train de se geler. Dit Linh.

-          OK… Amy inspira toucha le mur du bout de ses doigts. Le mur de la chambre de Keefe se couvrit peu à peu d’une fine couche de givre. Quand la couche commença à devenir trop grande, Linh l’arrêta.

-          Maintenant, concentres-toi, et surtout, reste calme. Imagine que le givre rétrécit jusqu’à disparaitre. Amy se concentra de son mieux, pour ne pas penser à la raison pour laquelle elle se trouvait là, et encore de la disparition de sa sœur. Elle se concentra alors sur des souvenirs heureux, se calma, puis imagina la glace disparaitre.

-          Bravo ! Tu contrôles beaucoup mieux ton pouvoir.  Amy regarda le mur. Pas une trace d’humidité. Linh avait raison. Les premiers jours de son entrainement, elle avait gelé la chambre d’une épaisse couche de glace, sans pouvoir l’arrêter. Ils avaient dû rapporter  des couvertures supplémentaires, car la glace n’avait pas fondu avant le lever du soleil. Un autre jour encore, Amy disparut entièrement pendant plusieurs heures, parce qu’elle ne maitrisait pas l’immensité de son pouvoir.

-          Tu ne gèles pas ma chambre cette fois ? plaisanta Keefe. Elle leva les yeux aux ciel.

-          Très drôle ! Quant Linh partit, Amy lui adressa la parole.

-          Je crois avoir trouvé quelque chose. Chuchota-t-elle. RDV aux balançoires ce soir.

*

Monde parallèle

Alors ? Tu ne fais pas de blague ? dit Keefe. Elle le regarda avec son regard le plus sérieux.

-          Non c’est vrai ???

-          Oui. Tu te rappelles quand tu as dit que Sophie devait être dans un monde ? Eh bien je pense que c’est vraiment ce qui s’est passé.

-          Impossible. Si elle serait dans un autre monde, elle ne serait au côté des Invisibles et pourrait communiquer par télépathie.

-          Voilà pourquoi je pense qu’on lui a effacée la mémoire.

-          Tu crois ? C’est plausible. Mais je refuse de croire qu’elle s’est fait effacer la mémoire. Ça  voudrait dire qu’elle n’a aucun souvenir de nous, de notre monde ! Ni de ses proches !

-          N’oublie pas que les pouvoirs sont impossibles à stopper. A un moment ou un autre, un élément de son ancienne vie lui pourra lui réveiller ses pouvoirs.

-          Mais quels éléments, on lui effacé la mémoire. Cet élément pourrait prendre des siècles à se déclencher ! s’inquiéta Keefe.

-          Nous.

-          TU ES SERIEUSE ??? C’EST GEANT !!! Mais comment la retrouver ?

-          Je pense qu’il existe d’autres mondes qui ne sont pas humain que personne ne connais.

-          Comment se serait possible ?

-          En nous cachant, comme nous.

-          Mais on ne peut pas fouiller la terre entière à la recherche de passage secret !

-          J’y ai pensé aussi. Mais théoriquement, on peut penser que c’est Fitz qui a enlevé Sophie, peut-être il y avait d’autre Invisibles, mais il était présent, car c’est lui qui a menacé Sophie. Donc, si il fait partit des Invisibles, il a sur son luminateur une face qui mène à la cache des Invisibles et peut-être même une qui mène là où est Sophie. Comme personne n’était au courant dans sa famille, il aurait bien pu laisser les destinations sur le luminateur. De plus, ils ont un nombre incalculable d’endroits. 

-          Il faudrait aller fouiller dans Everglen alors ?

-          Je crois bien que oui.

-          Mais tout le monde va se rendre compte de notre absence ! On est pas sorti de cette maison depuis… Keefe n’eut pas besoin de finir la phrase pour qu’Amy comprenne.

-          Demain à l’aube. Tout le monde dort à cette heure-ci.

-          OK… Amy mit la main de son ami pour l’éclipser et ne pas se faire remarquer.

*

-           Keefe ! chuchota Amy. Dépêches-toi.

-          J’arrive ! bougonna-t-il. Amy était déjà prête, mais Keefe venait de se réveiller et portait encore son pyjama avec des gulons. Il se prépara en vitesse et partirent. Avant de partir, Keefe fit boire à Ro une de ses potions pouer qu’elle ne se réveille pas de sitôt.

-          Everglen ! Il se dirigèrent vers le rayon de lumière et disparurent.

Biana se leva de son lit et se prépara en vitesse. Il devait y avoir qu’un seul cristal pour sauter. Elle aurait alors le temps de se préparer le temps qu’ils cherchent parmi les 10 000 destinations. Elle se faufilerait discrètemant dans le rayon. Malheureusement, elle fut entendue.



-          Que fais-tu ? dit Tam.

-          Je me prépare.

-          Pas si tôt. Tu me cache quelque chose. Keefe et Amy ne sont pas là. Tu comptes les rejoindre.

-          Ça risque d’être dangeureux.

-          Raison de plus pour que je t’accompagne. Dit-il fermement.

-          Où vont-ils ? Je sais que tu as quitté ton lit hier soir.

-          Ils vont…

-          Ca a un rapport avec Sophie ?

-          Oui…

-          Tu  vas me dire ce qu’ils font ? S’il y a sur terre une personne à qui je suis redevable, c’est bien Sophie. Sans elle, je serais encore en train de croupir sur les terres neutres et à lutter pour vivre. C’est de Sophie qu’on parle j’ai le droit de savoir. Tam s’agenouilla pour la supplier.

-          Ils vont chercher Sophie.

-          QUOI ??? ELLE EST ENCORE EN VIE ???

-          Chut !!! Il ne faut pas réveiller les autres !

-          Où est-elle ?

-          Ils sont allés chercher parmi chercher parmi les cristals d’Everglen pour chercher s’il n’y avait pas une destination inconnue. Et aussi la cache des Invisibles. Ça parait logique parait logique puisque mes parents ne sont pas au courant.

-          Et pourrait-elle être ?

-          Dans un monde parallèle. Dans un autre monde. Les Invisibles ne sont pas assez bêtes pour la cacher parmi les humains ou une autre espèce.

-          C’est impossible !

-           Nous aurons la preuve que si. Je te conseille de te dépêcher, il y a peut-être dix-milles destinations, mais si on ne vient pas en même temps, on n’aura plus de billet d’entrée pour sauter. Tam se prépara en vitesse.

-          C’est bon je suis prêt.

-          Tu es sûr de toi ?

-          C’est de Sophie que tu parles.

-          Bien. Everglen !

Malheureusement, Keefe et Amy galérait à trouver le bon cristal. Biana et Tam s’étaient eclipsé mais avaient compris qu’ils ne trouveraient jamais le bon cristal de saut sans elle. Ils décidèrent alors d’apparaitre.



-          QUE FAITES-VOUS ICI J’AI FAILLI AVOIR UNE ATTAQUE !!! Cria Keefe.

-          Vous n’êtes pas censé être là. Dit calmement Amy.

-          Vous non plus.

-          On est mission. Dit Keefe.

-          Comme partir dans un monde parallèle et sauver Sophie ? les coupa Tam.

-          Toi tu n’as pas voix au chapitre M. Frangette ! plaisanta Keefe.

-          On sait tout sur tout, renchérit Biana. Je vous ai espionné hier soir. Et quand vous êtes partit, c’est Tam qui m’a surpris. Voilà notre histoire.

-          Fichus Eclipseur !

-          Comment avez-vous osé nous cacher une information si cruciale ? s’énerva Tam.

-          On… ne voulait pas nourrir de faux espoir. Répondit Amy.

-          Hors de question que vous veniez, on ne sait même pas ce qui se cache derrière le cristal. Dit Keefe.

-          C’est de ma meilleure amie qu’il s’agit.

-          Et c’est une raison de plus pour ne pas partir seuls ! ajouta Tam.

-          Bon bas maintenant que vous êtes là, aidez-nous à chercher parce que je crois qu’on ne va pas trouver avant l’an 3000. Biana parcourut les cristals.

-          C’est celui-là. Elle désigna un cristal de couleur orange.

-          Ce monde doit vraiment être bizarre, je n’ai jamais vu de cristal d’une pareille couleur. Dit Amy. Biana prit le cristal de saut, et l’exposa à un rayon de soleil.

-          Vous êtes prêt ? A trois.

-          Un.

-          Deux.

-          Trois ! Keefe entraîna tout le monde vers le rayon de lumière avant d’avoir pu dire le chiffre.



Par Sarah Sencen

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.