Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Moi :[modifier | modifier le wikicode]

Coucou ! Eh oui c'est la grand retour de... La licorne qui aimait lire (je me suis crée un compte) !!! Certains me connaissent surement. Pour les autres, je ne suis pas une vraie licorne mais j'a-do-re lire. J'ai déjà écrit une fanfic. Elle s'appelle Prêt pour une aventure à la Foster-Keefe ? (elle est terminée) . Je vous invite à aller la lire si vous avez du temps, la commenter et voter ( j'y ai inséré un sondage). Pour ma première histoire vous avez tous écrit des commentaires hyper positifs (et je vous en remercie). Pour cette fanfic vous pouvez bien sûr écrire des messages positifs (ça me fait toujours très plaisir) mais aussi des messages négatifs (du moment que vous vous justifiez et que vous ne me balancez pas : c'est nul, j'ai détesté ) ainsi que des conseils.

Note :[modifier | modifier le wikicode]

Comme toujours, des petites anecdotes avant de commencer :

Tout d'abord, cette histoire ne concerne pas que Sophie, Keefe, Biana, Fitz… Elle parlera principalement des enfants de Keefe et Sophie ( mais vos deux héros préférés feront aussi parti de l’histoire ! 😉). 

Certain d’entre vous on peut-être déjà lu mon premier écrit : Prêt pour une aventure à la Foster-Keefe. Et bien Le retour de Lady Gisela reprend à la fin de ma première histoire ! 

Pour ceux qui ne l’ont pas lu, pas de panique ! Les histoires peuvent se lire séparément et dans l’ordre que vous voulez. Les enfants de Keefe et Sophie, Biana et Dex… seront tous décrient de nouveau. Pour ceux qui les connaissent déjà, ne vous inquiétez pas non plus, ce ne sera vraiment pas de la répétition et vous verrez les personnages sous un autre angle et avec plus de précision. 

Vous pouvez bien évidemment corriger les fautes d'orthographes, rajouter des catégories... (pas besoin de me demander pour cela du moment que vous ne supprimez pas un chapitre en entier. J'insiste sur ce point là : uniquement les fautes d'orthographe, grammaire, conjugaison et les ajouts de catégories) mais s'il vous plaît, prévenez-moi en me laissant un commentaire ou un message sur mon mur...

Enfin, Je n'écrirais certainement pas régulièrement cette histoire. Pour l'instant je n'ai fait le brouillon que du tout début de la fanfic. Je vais essayer de poster les suites le plus possible mais j'ai une vie à côté (comme tout le monde (enfin j'espère) ) et j'essaye d'un peu de lâcher les écrans.

Sur ce, place à l’histoire !

Préface :[modifier | modifier le wikicode]

Un monde parfait…

Les Cités Perdues avaient perdu ce masque depuis bien longtemps. Mais maintenant que Lady Gisela avait été capturée et que le dernier membre des Invisibles, encore en liberté, était Vespéra, les gens se sentaient de nouveau en sécurité dans ce monde. Ils étaient loin de se douter que les Invisibles étaient très coriaces et que la menace rodait encore autours d’eux…

Prologue :[modifier | modifier le wikicode]

Elle attendait. 

Enfermée dans sa prison, elle attendait.

Seule, elle attendait.

Et sa patiente allait bientôt être récompensée. Ils étaient là ses sauveurs. Tous prêts et tellement innocents. Tellement innocents qu’ils ne se doutaient pas qu’elle était leur pire ennemie.

Elle attendait. Ce n’était plus qu’une question de jours. Et alors, elle détruirait le monde ! 

Chapitre 1 :[modifier | modifier le wikicode]

Il était 7h50 du matin. Sophie se trouvait dans la salle à manger de Nobiscum (sa maison). Elle avait bien grandi ces dernières années. La petite fille débarquant des Cités Interdites avait désormais trente-quatre ans, était mariée à Keefe et avait quatre enfants. D’ailleurs il fallait qu’elle aille les réveiller afin qu’ils se préparent pour aller à Foxfire.

Sophie alla donc faire terminer leur nuit à sa petite famille. Pour cela, elle se dirigea au second étage de sa maison (il y en avait cinq à Nobiscum), où se trouvait sa chambre avec Keefe. Celui-ci était encore entrain de ronfler. Elle le tira rapidement du lit puis continua son ascension vers le troisième étage. Cette fois, l’étage contenait deux chambres. La jeune mère ouvrit la porte de la première chambre.

C’était celle de Maëlo, son unique fils de douze ans. Le jeune garçon, avait une sœur jumelle (Céleste) avec laquelle il se disputait tout le temps. Les jumeaux se ressemblaient comme deux gouttes d’eau (à part les yeux : Maëlo avait des yeux bleus glaciers et Céleste des marrons noisettes ) mais avaient des caractères bien à eux.

Maëlo avait toujours été calme, posé et plus mature que les enfants de son âge. Une de ses passions était la lecture, voilà pourquoi sa chambre était remplis de livres !

Le jeune Foster-Sencen avait aussi développé deux pouvoirs celui de la Télépathie et de l’Eclipse. Avoir deux pouvoirs, c’étaient beaucoup, mais Maëlo en avait toujours voulu un autre. C’était à cause de sa jumelle. Elle, elle en avait trois. Et même si Maëlo affirmait que ça ne lui faisait ni chaud ni froid d’avoir moins de talents, il ne le pensait pas vraiment.

Le jeune garçon enviait parfois sa sœur. Céleste était cool, Céleste se faisait facilement des amis… Lui, tout ce qu’il savait faire c’était bafouiller quand il recevait des compliments.

Sophie, elle, se fichait absolument du nombre de talents qu’il avait (elle savait pourtant qu’il en désirait un autre), elle adorait son fils et c’était tout ce qui comptait. Parfois, rien quand le regardant, elle se sentait emplie de bonheur.

C’était ce qu’elle ressentait maintenant, dans la spacieuse chambre du jeune adolescent endormi.

Elle lui caressa doucement la joue et lui chuchota qu’il fallait qu’il se prépare pour aller à Foxfire.

Elle entra ensuite dans la chambre de la jumelle de Maëlo, Céleste.

La chambre de celle-ci avait une décoration magnifique, une décoration… céleste !

Sophie avait choisi de donner ce nom à sa fille en l’honneur d’un de ses nombreux pouvoirs : la Téléportation. Par chance, Céleste était, elle aussi, Téléportatrice.

Son talent s’était manifesté à peu près comme cela : à neuf ans, la petite casse-cou était montée à un arbre de huit mètres de haut ! Plus la petite se dirigeait vers le sommet du végétal, plus les branches s’affinaient et devenaient fragiles. Arriva ce qu’il devait arriver : Céleste tomba. Mais au lieu de se rompre le cou, elle se téléporta.

Quand on fend l’espace pour la première fois de sa vie, on en est marqué à jamais.

Depuis ce jour, Céleste avait une véritable passion sur tout ce qui touche à l’Univers. C’est aussi depuis ce jour, qu’une vérité c’est imposée à elle : l’Univers est mille fois plus grand que ce que l’on peut penser.

Malgré cette perle de sagesse que la nature lui avait remis, Céleste n’était vraiment pas le genre de fille à réfléchir avant de prendre une initiative. En plus d’être intrépide, la jeune Téléportatrice faisait mille et une bêtise et ses deux autres pouvoirs l’aidaient beaucoup. Elle était Hydrokinésiste et Givreuse. Contrairement à son père, si Céleste faisait des bêtises, elle ne le faisait pas pour embêter ses parents. C’était sa façon de vivre pleinement sa vie. De faire ses expériences. Et, si l’expérience allait trop loin, elle l’arrêtait tout de suite. C’était aussi, une façon de se différencier de son frère.

D’après elle, Maëlo avait toujours était le garçon le plus intelligent de la Terre. Et même s’il avait moins de pouvoirs qu’elle et était beaucoup moins populaire, il était infiniment plus sage.

Apparemment, il était normal que les jumeaux entretenaient une rivalité et se jalousaient. C’était l’ordre des choses et il ne fallait pas s’en inquiéter. Car, même s’ils se chamaillaient tout le temps, un amour infiniment grand, et un profond respect les unissaient.

Sophie le pensait réellement. Heureusement pour elle, en cet instant,  Céleste était loin de se battre avec son frère. La jeune adolescente était pelotonnée dans son lit, et dormait profondément.

Sophie soupira, il fallait sortir son petit ange à elle d’un rêve certainement beau. Comme, pour Maëlo elle lui chuchota à l’oreille un « debout », en lui caressant la joue. Le problème avec Céleste, c’est qu’elle faisait tout le temps semblant de ne pas entendre sa mère. Celle-ci devait alors la chatouiller jusqu’à que la Téléportatrice daigne sortir de son lit. Quand ce fut chose faîte, Sophie monta au troisième étage pour entrer dans la chambre de son aînée : Azalée.

Aujourd’hui, c’était un grand jour pour la jeune fille, elle fêtait ses quatorze ans ! Bien que chez les elfes, on ne célébrait pas les anniversaires, Sophie offrait toujours un petit cadeau à ses enfants. La jeune mère déposa un paquet couleur bouton d’or sur la table de chevet de l’aînée contenant une montre en argent et quatre magazines de mode humains.

Oui, des magazines de mode humain. Azalée avait toujours eu un style bien à elle. La plupart des tenues qu’elle réalisait étaient inspirées des magazines que sa mère lui apportait quand elle allait dans les Cités Interdites. Bien sûr, les ensembles qu’elle créaient restaient très elfiques. Toute fois, on ne voyait pas beaucoup de jeunes filles elfes mettre des pantalons, short…

Le style d’Azalée ne s’arrêtait pas à ses tenues, sa chambre aussi était décorée à sa façon. Elle y avait mis beaucoup de plantes ainsi que des CD humains accrochés par-ci par-là aux murs. Sa salle de bains, bourrée à craquer de maquillages, produits capillaires et autres (une vrai fashion Addict) était à peu près basique.

Sophie regarda sa fille endormie. Combien de fois elle l’avait vu rire, crier, pleurer, se fâcher… C’était une des choses qu’elle aimait chez elle. Azalée vivait sa vie à fond. Chaque chose qu’elle ressentait était toujours puissant : si elle était triste, elle pleurait jusqu’à n’avoir plus aucune larme, si elle était en colère, elle criait tellement fort qu’elle s’en cassait la voix, si elle était heureuse, elle riait d’un rire magnifique.

Certains disaient que c’était à cause de son pouvoir d’Empathe. Sophie pensait que c’était parce qu’Azalée était comme ça. Certes, elle avait les émotions plus pures que d’autres mais ses autres talents ne déteignaient pas sur son caractère (elle était une excellente Ténébreuse et Invocatrice). La preuve, la chambre de l’adolescente était très lumineuse, le comble pour quelqu’un qui contrôle les ténèbres !

- Maman ? Qu’est-ce que tu fais dans ma chambre ? demanda l’Invocatrice d’une voix endormie.   

- Oh ! Tu es réveillée ma puce ? C’était juste pour te dire qu’il était temps de te lever.

- Ok…

- Bon je te laisse, je vais aller réveiller Felicia.

Et la jeune mère se dirigea vers la chambre de la dénommée Felicia.

Felicia était la benjamine. Elle adorait les fées et les princesses. Sa chambre le montrait à merveille. Les murs, étaient roses bonbons avec des dessins de princesse, son lit était rose bonbon, ses habits étaient rose bonbon ! Des maisons de poupées et des poupées traînées sur le sol.

On pourrait croire la petite princesse sans défense mais les apparences sont souvent trompeuses. À six ans, Felicia avait le don d’enjôler les gens.

« Un pouvoir si rare dans les mains d’une gamine ?! ».

Voilà ce qu’avait crié le Conseiller Darek quand Sophie avait parlé du pouvoir de sa fille. Le Conseiller Fitzroy ( Fitz était devenu Conseiller) quand à lui avait éclaté de rire en disant qu’il fallait s’attendre à tout de la fille de Sophie Foster. Les autres ne pipaient mot, ils étaient sous le choc. Seule Alina avait gardé son calme. Étant trop petite pour aller à Foxfire, la Conseillère avait proposé de venir à son domicile afin d’apprendre à Felicia à contrôler son pouvoir. Deux fois par semaine, l’ex directrice de Foxfire venait enseigner son savoir à la petite.

Enjôler était un pouvoir parfait pour Felicia. Elle savait se monter très persuasive. De plus, Keefe ne pouvait résister devant le jolie petite bouille de sa fille. Le père de famille aimait ses enfants et n’avait aucune préférence. Et s’il accordait parfois plus d’attention à la petite dernière, les aînés n’en prenait pas ombrage. Ils savaient que Felicia devait faire des pieds et des mains pour ne pas être étouffer par tous ses grands et avoir sa part d’attention.

Sophie caressa les cheveux de la petite princesse. Celle-ci ouvrit ses grands yeux couleurs chocolat.

- C’est le matin ? demanda-telle.

- Oui, approuva Sophie d’une voix douce.

- Alors je peux prendre mon petit-déjeuner ? dit-elle d’une vois surexcitée.

- Oui, gloussa Sophie.

La petite sauta de son lit et dévala les escaliers à une vitesse ahurissante pour ses petites jambes. Sophie arriva à la rattraper quelques minutes plus tard.

La petite princesse se trouvait dans la cuisine, où Maëlo, Céleste, Azalée et Keefe était déjà présent, entrain de prendre leur petit-déjeuner. Felicia essayait de marchander avec son père le droit de manger une éclaterole. Keefe peinait à ne pas céder à cette petite boule d’énergie. Sophie intervint :

- Felicia, tu sais ce qu’à dit Elwin : pas de gâteau le matin.

- Mais j’adoooore les éclateroles ! gémit-elle.

- Tu pourras en prendre pour le gouter.

- Promis ?

- Promis.

- Bon d’accord, accepta-t-elle.

Après le petit déjeuner, Azalée Maëlo et Céleste partir à l’école. Felicia commença sa leçon avec la Conseillère Alina et Keefe et Sophie purent enfin se reposer.

Ils allèrent dans le bureau de Keefe pour parler en toute tranquillité.

- Tu as des nouvelles du Cygne Noir ? demanda l’Empathe à son épouse.

- Comme d’habitude, toujours aucun signe de Vespéra… répondit le jeune femme, découragée.

- Un jour, on l’aura !

- Je sais… Mais, et si elle trouvait le moyen de la faire revenir.

Keefe se raidit.

- Ça n’arrivera pas, dit-il au bout d’un moment.

Un silence gêné s’installa.

- Et… euh, sinon… Quand à lieu ta prochaine session de Téléportation avec Céleste ? Demain c’est ça ? demanda Keefe.

- Non demain je suis mentor de Télépathie pour Fins. Je ne suis mentor de Téléportation que le jeudi.

- Ah oui, c’est vrai ! se rappela Keefe.

- Et toi ? Quand aura lieu ta session d’Empathie ?

- Demain après-midi, soupira-t-il.

- Tu n’as pas l’air enchanté, remarqua Sophie.

- Honnêtement ? Pas du tout. Angèle Valoras est la pire des élèves que j’ai eu !

- Tu vas t’en sortir, il ne peut pas y avoir pire.

- Pas y avoir pire… dit Keefe songeur.

Chapitre 2 :[modifier | modifier le wikicode]

- Céleste, revient ici tout de suite ! hurla Azalée.

La jeune fille courait frénétiquement dans les couloirs, et n’avait qu’un but : faire payer sa sœur.

Tout remontait à quelques heures. 

Azalée avait passé une super journée. En Ténébrisme, Lady Zillah lui avait affirmé qu’elle avait fait des progrès. En Empathie, Lord. Bennet l’avait félicité car elle arrivait à lire les émotions de son mentor sans aucun contact physique. 

C’est pourquoi, quand elle avait rejoint Florelle, sa meilleure amie, elle avait un grand sourire aux lèvres. 

Florelle était la fille de Biana et Dex Dizznee. Elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à sa mère -à la seul exception qu’elle avait les yeux pervenches de Dex- et était aussi coquette qu’elle. 

L’amitié entre Azalée et Florelle n’était pas étonnante : leur parents étaient amis et se voyaient régulièrement. 

Aussi loin que remontaient les souvenirs des deux adolescentes, elles avaient toujours été ensemble. Elles étaient les deux filles les plus populaires de Foxfire, juste devant Céleste et Lilian (le fils de Linh et Wylie). Florelle savait tout de sa copine. C’est pour ça qu’en la voyant aussi heureuse, une évidence s’imposa à elle :      

- Laisse-moi deviner… Elias t’a fait un compliment ? lui demanda-t-elle. 

À la mention d’Elias, Azalée rougit violemment.

- Chut ! Quelqu’un pourrait t’entendre, la réprimanda la Ténébreuse.

- Je te parie que tout Foxfire sait que tu as le béguin pour lui, répliqua Florelle, goguenarde.

- Et depuis quand une Éclipseuse sait lire dans les pensées ? 

- Pas besoin de lire dans tes pensées pour savoir que tu l’aimes, dit l’Éclipseuse en passant un bras autours des épaules de son amie. 

C’était vrai. Azalée était amoureuse d’Elias le fils de Lueur et Tam. En fait, toutes les filles étaient amoureuses de lui. 

Déjà il ressemblait à Tam, et quand on ressemble à Tam, on est forcément canon. Ensuite, il ne parlait à personne à part à son meilleur ami : Tao. Le jeune homme était si mystérieux qu’il en séduisait les filles. Et même s’il pouvait paraître froid et antipathique, il était toujours prêt à aider quelqu’un. 

Azalée s’en était aperçue alors qu’elle n’avait que cinq ans. Elle avait promis de rapporter à sa mère, des produits de chez Slurp et Burp très important, car Maëlo avait gouter un peu de limbium et avait fait une réaction allergique grave. Alors qu’elle transportait tous les élixirs dans une grande boîte, trois garçons de sept ans étaient arrivés et lui avaient chipé les remèdes. Elle essayait tant bien que mal de les récupérer mais n’y parvenait pas. Elle était à deux doigts de pleurer lorsque son sauveur était apparu : Elias. Il était plus petit que les trois garçons mais il avait récupéré les élixirs et fait fuir les garnements. Ensuite, sans rien dire, il avait tendu la grande boîte à Azalée et était parti. Depuis ce jours, le cœur de la Ténébreuse battait pour lui. 

- Tu sais très bien que je l’aime, avoua Azalée.

- Oui. Je sais, approuva Florelle. Pourtant, lui n’a pas l’air de le comprendre. On le voit quasiment tout le temps. À Foxfire et en dehors des cours lorsque nos parents s’invitent, et lui il ne nous adresse presque pas le parole.

- C’est vrai… reconnut Azalée. Il faut qu’on aille lui parler et…

- Tais-toi ! Regarde qui arrive ! s’exclama Florelle en pointant un garçon du doigt. 

Azalée sentit son cœur s’accélérer. Il était là : Elias. 

- On va lui parler, lui chuchota l’Éclipseuse.

- Hors de…

- Elias, ça va ? demanda Florelle en s’approchant du jeune homme, Azalée agrippée à elle.

- Oui, répondit simplement le garçon.

Un silence s’installa.

- Euh… Azalée et moi on aimerait te demander quelque chose.

- Allez-y.

- Tu voudrais venir faire tes devoirs à Sulgaterre cette après-midi avec nous ? Azalée et toi pourraient vous entraîner en Ténebrisme (Elias était un ténébreux).

L’adolescent n’avait pas vraiment envie mais…

- Ma mère voulait aussi te voir.

- Pourquoi ?

- Eh bien, c’est ta marraine donc…

- Très bien je viendrais, accepta-t-il.

- C’est vrai ?! cria Azalée. 

Elias la dévisagea surpris. 

Intérieurement, l’Empathe se maudissait. La seule fois où elle avait ouvert la bouche c’était pour crier comme une dénaturée.

- On… on ne te voit pas beaucoup. Et… on a jamais été très amis…

- Ce n’est pas parce que nos parents sont amis que… commença Elias.

- Je sais, le coupa la Ténébreuse. Je ne suis pas la meilleure amie de Colombin (c’était le frère de Florelle) mais on s’entend bien. Alors que toi… Tu ne nous parles jamais ! Je ne te connais presque pas alors qu’on se voit tout le temps.

Elias la dévisagea plus intensément, de plus en plus surpris. Florelle aussi regardait son amie comme si elle était un ovni. Elle qui bafouillait tout le temps quand il s’agissait de parler à son prince charmant. 

- Je suis désolé si j’ai pu vous paraître froid, finit par dire Elias. J’essaierais d’être plus bavard à l’avenir. Je viendrais aussi à Sulgaterre voir ma marraine et oncle Dex.

Azalée était sur son petit nuage, ce qui lui arrivait était magique. Mais Céleste vient briser le charme.

- T’as fini de baver sur Elias ? dit la Téléportatrice en arrivant près de sa grande sœur. Et toi, dit-elle en pointant du doigt le fils de Tam et Lueur, tu arrêtes de la dévisager comme ça ? Ça devient gênant à la fin. Dis-lui si t’es amoureux d’elle.

Elias et Azalée devinrent rouge pivoine. Elias de gêne, Azalée de colère.

- Elle rigole, dit Azalée aux jeune homme. On se voit tout à l’heure ?

L’adolescent acquiesça, encore rouge.

- À plus Flo ! salua Azalée sa copine.

Celle-ci lui fit un signe de tête signifiant : « à tout à l’heure et essaye d’être indulgente avec Céleste ». Mais ça, la jeune fille ne le serrai pas. Tandis qu’elle tenait sa petite sœur par les épaules et l’obligeait à s’éloigner le plus loin possible des autres prodiges, elle lui glissa :

- Non mais ça va pas la tête ? Me ficher la honte alors qu’il y a mes potes ! Et puis qui t’as dit que j’étais amoureuse d’Elias ? C’est totalement faux !

Céleste s’arrêta net et se retourna vers sa grande sœur.

- Tu mens ! Tu aimes Elias ! 

- Et comment tu sais ça, p’tit génie ?

- Rien de plus simple, j’ai demandé à Maëlo de lire dans tes pensées ! Tiens regarde il est là.

Azalée regarda sa sœur puis son frère caché derrière un casier, abasourdie. Maëlo faire une bêtise ? Céleste qui connaissait ses plus intimes secrets ? La jeune fille essaya de contenir sa rage mais elle explosa.

- Céleste, Maëlo, vous allez me le payer !!!

Céleste rejoint son frère, lui prit la main et tous les deux se mirent à courir.

- Vous faîtes bien de courir ! Mais je ne tarderais pas à vous rattraper !!!

La jeune fille avait toujours était forte en course, elle gagnait progressivement du terrain. Elle n’était plus qu’à deux doigts d’attraper les petits monstres et… Maëlo tourna la tête et lui tira la langue puis Céleste hurla un « CANDLESHADE ! » tonitruant. La seconde d’après les jumeaux avaient disparus, ils c’étaient téléportés dans l’ancienne maison de leur père. 

Azalée donna un coup de pied rageur dans l’air. Sa mère avait du apprendre une autre technique de se téléporter à sa sœur. La jeune fille sortit son éclaireur et partit pour Candleshade. 


Azalée se trouvait dans l’immense jardin de Candleshade. Elle courait en direction des rires de Maëlo et Céleste. Une fois qu’elle les eut retrouvé, elle les empoigna par le col, prête à les frapper. 

- Maëlo, pourquoi t’as fait ça ? Tu es pourtant intelligent non ?

Le garçon était recroquevillé sur lui-même. On pouvait lire de la peur dans ses yeux.

- Ne le punit pas ! intervint Céleste. C’était mon idée, c’est ma faute ! Accable moi de reproche si tu veux mais pas lui. 

La Ténébreuse lâcha Maëlo et regarda méchamment sa petite sœur. 

- Mais avec plaisir, dit-elle un sourire carnassier aux lèvres.

Avant qu’elle n’ai pu faire quoi que ce soit, une force invisible la poussa, l’obligeant à lâcher Céleste. C’était Maëlo qui c’était éclipsé dès que son aînée l’avait lâché. De nouveau libre de ses mouvements, Céleste qui était Givreuse, couvrit les pieds d’Azalée de glace, l’immobilisant ainsi.  

- Relâchez moi tout de suite, petits vert de terre ! hurla celle-ci.

- Azalée, si on t’a conduit ici, mis la honte devant tes copains et lu dans tes pensées, c’était pour que tu viennes explorer Candleshade avec nous. On ne fait plus rien ensemble ! s’exclama Maëlo. Bon ok, si on t’as mis la honte c’était aussi pour te faire payer d’avoir pris nos guimolles, avoua-t-il. 

La jeune fille rougit. 

Certes, les jumeaux avaient été agaçants et avaient fait des bêtises, mais c’était parce qu’ils voulaient passer du temps avec elle !

- Je… je suis désolée… Je ne pensais pas que je vous manquais… Vous savez pourtant que je vous aime beaucoup…

- Nous aussi on t’aime, dit Maëlo avec un sourire pour son aînée. 

- Câlin général ! hurla Céleste en se jetant sur sa sœur, bientôt suivi par Maëlo.  

Azalée, écrasée par sa famille, se sentait bien là. 

- Bon, fini le câlin. Allons explorer Candleshade ! dit elle au bout d’un moment.

- C’est parti ! cria Céleste.

- Juste avant de partir, libère-moi les pieds frangine.

- Oh, oui pardon.

Une fois que la Ténébreuse eut récupérée l’usage de ses pieds, les trois adolescents se dirigèrent vers l’entrée de l’immense manoir. Il n’avait plus rien de flamboyant à présent. 

Abandonné par ses anciens occupants, le manoir avait perdu de sa splendeur. Des mauvaises herbes grouillaient tout autours de la demeure et du lierre s’était accroché au mur. La porte avait était enfoncée (certainement par Ro, il y a bien longtemps) et l’intérieur semblait en aussi piteux état que l’extérieur de la maison.

- Pourquoi est-ce que vous voulez explorer Candleshade déjà ? demanda Azalée qui avait envie de fuir.

- Un de mes amis m’a dit que le manoir de grand-père était hanté, expliqua Céleste.

- Ok, on pars, décida Azalée.

- Non ! dit Maëlo en agrippant sa grande sœur par le bras. Ce que dit Céleste ce sont des sornettes. Quelqu’un nous a dit qu’il était rempli de trésors c’est pour ça qu’on veut y aller. Et puis on restera pas longtemps.

- D’accord… céda l’adolescente. Mais vraiment pas longtemps, je dois rejoindre mais amis après.

- Tu veux dire, Florelle et le beau Elias ! gloussa Céleste.

- Ne me fais pas changer d’avis, prévint la Ténébreuse.

- J’ai compris le message, je me tais !

Les jeunes Foster-Sencen entrèrent dans la sinistre demeure et commencèrent leur recherche. Ce fut Maëlo, qui fit la première trouvaille.

- Venez voir ça que j’ai trouvé ! cria-t-il.

Ses deux sœurs le rejoignirent rapidement.

- Alors, qu’est-ce que c’est ? demanda Céleste, plus qu’excitée.

Maëlo pointa du doigt un vieux miroir plutôt grand, accroché à un mur.

Céleste ne put masquer sa déception.

- C’est tout ?

- Tu ne vois pas à quel point il est extraordinaire ! s’agaça Maëlo.

- Hum… On ne voit qu’un miroir, dit Azalée. Mais tu pourrais nous expliquer pourquoi il l’est.

- Vous ne suivez vraiment pas en Histoire des elfes, soupira le Télépathe. Très bien. Ce miroir est ce qu’on appelle un miroir « piège ». Il a la capacité d’enfermer des choses. Il a été inventé en 689, quand la première guerre entre les gobelins et les ogres a éclaté. Certains elfes ont pris peur et ont caché leur biens les plus précieux dans le miroir.

- Et comment on fait pour libérer les choses coincés dans le miroir ? demanda Céleste.

- C’est très simple : grâce à nos talents. Azalée et toi n’avez pas été très observatrice. En haut du miroir, il y a la marque des ténébreux, à savoir une main noir. Pour libérer les objets il faut qu’un ténébreux envoie des ténèbres ou de l’hydrombe sur la marque. C’est simple comme bonjour. 

- Ok cool. Il n’y a certainement rien d’intéressant dans ce vieux miroir. On continue nos recherches, décida Céleste.

- Mais tu es bête ou quoi ?! se fâcha son jumeau. Ce miroir servait à cacher des trésors, ce qui signifie qu’il y en a sûrement dedans !

- Des trésors, sourit Céleste. Azalée libère ce qu’il y a dans le miroir.

- Je vous préviens, je ne sais pas contrôler l’hydrombe. Il y a une chance sur deux que le miroir ne nous montre pas ses secrets.

- L’échec est une possibilité comme pour tout, dit sagement Maëlo.

- Bon, je vais essayer alors.

Azalée se mit bien en face du miroir, appela des ténèbres, et les projeta contre la marque des ténébreux. Il ne se passa rien.

- Je crois qu’il fallait utiliser de l’hydrombe, dit Céleste. Mais ce n’est pas grave grande sœur. Allons, rentrons.

Et alors qu’ils commençaient à partir le miroir émit un son horrible. Les adolescents se retournèrent volte-face. Au lieu de voir des bijoux sortir de l’objet c’est une femme qu’ils trouvèrent. Ils ne mirent pas longtemps à la reconnaître. Des cheveux blonds, des yeux bleus glaciers, une ressemblance frappante avec leur père :

Lady Gisela (réalisé par moi et je sais qu'elle ressemble à une petite fille) sortant du miroir.

c’était Lady Gisela.

- Grand-mère… murmura Azalée.

- Mon nom est Lady Gisela, vous me prenez pour une autre les… 

Le reste de sa phrase resta en suspens. Elle observait les enfants avec incrédulité. Puis elle esquissa un sourire satisfait.

- Je vois que les enfants de mon fils ne sont pas des bons à rien même s’ils viennent aussi de Sophie Foster. On se reverra bientôt les enfants ! Dîtes à vos parents que Lune Stellaire est la clé de la souche !

Puis Lady Gisela disparut.

Les trois adolescents regardèrent l’endroit où se trouvait leur grand-mère quelques instant plus tôt.

- On a fait une grosse bêtise, chuchota Céleste. Lady Gisela est de retour dans les Cités Perdues.

Chapitre 3 :[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir ramené Lady Gisela dans leur monde, Céleste, Maëlo et Azalée s’étaient promis de ne rien dire à personne et d’arranger la situation. Seulement, ils étaient tellement stressés et avaient peur que quelqu’un découvre leur secret, qu’ils ne parlaient plus à personne. Sophie et Keefe commençaient à s’inquiéter. Ce n’était d’ailleurs pas les seuls. 

Un matin, alors que Céleste venait d’arriver à Foxfire, son meilleur ami, Lilian, vint lui demander trois choses :

- Trois choses, commença-t-il. Une, pourquoi tu ne parles à personne ? Deux avant que tu ne protestes, bien sûr que tu ne vas pas bien : tu ne fais plus aucune farce ! Trois, je suis ton meilleur ami et même si je ne fais pas vraiment partie de ta famille, tu peux tout me dire je serais toujours là pour toi.

Céleste regarda le fils de Wylie et Linh avec intensité. Elle remarqua qu’il avait encore grandi et qu’il la dépassait à présent. Sa peau noire était toujours aussi lisse. Ses yeux bleus la regardait avec douceur. Lilian avait toujours était là pour Céleste. La jeune fille sut qu’elle pouvait se confier à lui sans crainte. Alors, toutes ses défenses lâchèrent et elle se jeta dans les bras de son ami.

- Oh Lilian, si tu savais, c’était horrible ! pleura-t-elle. Elle est revenue et c’est ma faute !!!

Lilian fut d’abord surpris mais il rendit son étreinte à son amie.

- Tout va bien, lui chuchota-t-il. On va arranger ça. Retrouve-moi chez moi pour qu’on en discute calmement, parce que là… Eh bien tout le monde nous regarde ! dit-il en riant.

Céleste se dégagea brusquement. La jeune fille se rappela qu’elle était à Foxfire, dans le couloir de l’école et qu’il y avait tout un tas d’autres prodiges qui regardaient les deux amis avec curiosité. 

- Désolée, j’avais oublié qu’on était pas seuls, dit-elle toute rouge.

- Ce n’est pas grave. On se voit chez moi ?

- D’accord…

En partant, Céleste se sentait bizarre. Elle se disait que c’était parce qu’elle était libérée d’un poids et que son problème prendrait bientôt fin, mais elle savait que c’était faux. Un autre sentiment venait de faire son apparition. Et ce sentiment, elle le détestait…

- Tu as fait quoi ?!

Céleste se boucha les oreilles. La jeune adolescente se trouvait au self de Foxfire avec son frère et sa sœur. Elle venait de leur annoncer qu’elle avait promis de raconter leur secret à Lilian.

- Écoutez… Je sais que ce que nous avons fait est très grave et qu’on risque d’aller à Exil. Mais je n’arrivais plus à tenir. J’allais craquer et… et j’ai peur ! Grand-mère est en liberté et elle risque de détruire notre monde. On a toujours pas avancé dans nos recherches et on ne sais pas ce qu’est la souche du message. Lilian est très intelligent et il pourra nous aider. 

Elle inspira un grand coup et attendant la réaction de son aînée et son jumeau.

- Céleste à raison, finit par dire Maëlo. On sera peut-être plus fort à quatre. 

- Évidemment tu es d’accord avec elle, cracha Azalée. Mais je vous rappelle que Grand-mère est la pire elfe de ce monde. Pour pouvoir réparer nos erreurs, nous devons prendre le temps de réfléchir ! 

- Sauf qu’on a pas le temps ! explosa Céleste. Nous savons très bien qu’une chose atroce va arriver si Grand-mère reste en liberté. Je connais Lilian depuis longtemps, nous pouvons lui faire confiance.

La Téléportatrice regarda les yeux cernés de sa grande sœur bien en face. 

- D’accord, accepta-t-elle. De toute façon on a pas le choix…

- Très bien, conclut Céleste. On ira à Endal’s House ce soir.


Endal’s House était une vaste demeure. En entrant, Céleste se sentit toute petite. Lilian la mit tout de suite à son aise en lui offrant le plus éclatant des sourires. 

Depuis ce matin, à chaque fois que le Téléportatrice voyait son ami, son cœur s’accélérait, ses joues rougissaient et ses mains devenaient moites. La jeune fille essayait de se convaincre qu’elle n’était pas amoureuse du jeune homme, mais au fond d’elle, elle savait que ce qu’elle éprouvait c’était de l’amour… Et l’amour entre eux c’était interdit. Enfin, ils n’avaient jamais créé de règles stipulant qu’ils ne pouvaient s’aimer mais si jamais Lilian n’aimait pas Céleste, ils seraient toujours gênés entre eux. Cela détruirait leur amitié. Et Céleste tenait plus que tout à leur amitié. Il était hors de question qu’une idylle la démolisse.

- Je ne savais pas que tu allais venir avec tes frères et sœur ? dit Lilian en tirant l’adolescente de ses pensées.

- Oh, c’est qu’Azalée et Maëlo partagent le même problème que moi, expliqua la jeune fille en tentant de ne pas rougir face aux beaux yeux du jeune homme.

Azalée haussa un sourcil. Céleste espéra qu’elle n’arrivait pas à lire ses sentiments.

- Peut-on aller dans un lieu calme ou personne ne pourra nous entendre pour parler de tout ça ? demanda la Ténébreuse.

- Oui, bien sûr, affirma le jeune Endal. Allons dans ma chambre.

Les quatre elfes entrèrent dans une vaste pièce, comportant énormément de produits de farce et attrape.

- Bon, quel est ce problème ? demanda Lilian.

Les Foster-Sencen se regardèrent tour à tour pour dire « qui se lance ? ». Azalée jeta un regard appuyé à sa petite sœur signifiant clairement « tu as décidé de lui dire notre secret donc vas-y, parle ! ». Comprenant le message, celle-ci ouvrit la bouche et vida tout ce qu’elle avait dans son sac.

- Lilian, on a fait une grosse bêtise, on a ramené Lady Gisela dans les Cités Perdues.

Puis, elle lui raconta toute l’histoire. 

À la fin du récit, Lilian avait la mine grave et semblait légèrement éberlué.

- Ce n’est pas aussi grave que nous le pensons… finit-il par dire.

- Pas si grave ?! cria une voix. Pas si grave ?!

Les adolescents essayèrent de deviner qui avait parlé mais il n’y avait personne d’autres qu’eux dans la pièce.

- Qui est-là ? tonna Lilian.

- Moi !

Une jeune fille se matérialisa dans la pièce. Azalée, ne mit pas moins d’une seconde avant de la reconnaître.

- Florelle ! s’exclama-t-elle.

- Me voilà…

- Que fais-tu ici ? lui demanda son amie.

- Écoute, tu ne dois pas te fâcher contre nous. Si on t’as suivi, c’est parce que ces derniers temps tu n’avais pas l’air d’être dans ton assiette. Je m’inquiétais, donc je lui ai demandé de l’aide. Et maintenant ce secret, gémit l’Éclipseuse. Oh Azel ! Tu dois être tellement stressée ! 

En disant cela elle alla prendre son amie dans ses bras. Azalée était déroutée. 

- Flo… Tu as tout entendu ? S’il te plaît ne dit rien à personne. Et qui est ce « nous » ? Tu n’es pas venue seule ?

- Non, je suis venu avec elle !

Des ombres s’écartèrent du coin le plus sombre de la chambre de Lilian, laissant apparaître Elias.

Azalée rougit et tortilla une de ses mèches blondes à la vue du beau jeune homme. Céleste leva les yeux au ciel : c’était stupide d’être amoureuse ! Puis ses joues rosirent en se rappelant qu’elle l’était aussi.

- Attendez, dit Maëlo, vous êtes trois à connaître notre secret ou il y a d’autres personnes ?

- Juste nous trois, affirma Florelle. Laissez-nous vous aidez ! implora-t-elle.

- Tu veux nous aider ? dit Azalée incrédule. Tu n’as pas compris ou quoi ! Nous avons ramené Lady Gisela ! C’est super dangereux !!!

- Je sais, répondit l’Éclipseuse d’une voix forte. Mais jamais tu n’as vécu une aventure sans moi et ça ne vas pas commencer. Je suis prête à t’aider.

- Moi aussi, déclara Lilian. Mais talents de Flasheur pourrait vous être utile.

- Parfait, dit Céleste. Maintenant que nous comptons trois alliés de plus, nous pouvons réfléchir à un plan pour ramener Lady Gisela dans son miroir.

- Je n’ai jamais dit que je voulais vous aider, intervint Elias adossé à un mur.

Céleste vit rouge. Ce garçon les avait épiés et il ne voulait pas les aider ? 

La Téléportatrice s’approcha du Ténébreux.

- Écoute moi bien, crétin ! Tu as décidé de nous suivre, tu nous as espionnés donc tu n’as pas le choix, tu vas t’allier avec nous, Monsieur l’Antipathique !

Elias cligna des yeux, étonné. Puis en reprenant contenance :

- Je n’ai jamais voulu vous suivre, c’est Florelle qui m’y a obligé !

- Menteur ! Je te l’ai demandé, c’est vrai, mais tu as tout de suite accepté ! se défendit celle-ci.

- Alors ? demanda Céleste en retournant à Elias. Comme ça on t’as obligé à nous suivre ? 

- Bon c’est vrai je n’ai pas était obligé mais…

- Je ne veux pas de tes excuses ! le coupa l’adolescente. Regarde moi dans les yeux et dis moi que tu ne vas rien faire, alors que Lady Gisela est de retour parmi nous !

Elias soutint le regard de Céleste, ils se défiaient. Contre toute attente le fils de Tam se détourna.

- Je vous aiderai, marmonna-t-il. Je peux me montrer antipathique mais vous avez mon plus profond respect. 

Les adolescents regardèrent Elias comme s’il était un Alien.

- Vous avez fini de m’observer !? s’agaça-t-il. On a un monde à sauver !

- Euh… oui c’est vrai, dit Florelle en reprenant son sérieux. Des idées de plan ?

- Moi ! acquiesça Céleste. Grand-mère est forcément caché quelque part nous devons la retrouver ! 

- Et comment on fait ça ? demanda Azalée.

- Grand-mère nous a dit que Lune Stellaire se trouvait dans la souche, autrement dit, dans une forêt !

- Et on va fouiller toutes les forêts du monde ? ricana Elias.

- C’était juste une idée, bougonna la Téléportatrice. T’as qu’à en proposer si t’es si intelligent !

- Justement j’en ai une, répliqua le Ténébreux. À ton avis, pourquoi le Cygne Noir avait du mal à attraper les Invisibles ? Parce qu’ils avaient toujours un temps d’avance. Il faut donc en connaître plus sur le plan de Lady Gisela. Nous savons déjà qu’il concerne Lune Stellaire. Nous devons doc nous renseigner sur là-dessus.

- Les seuls à connaître le secret sont, les Invisibles, le Conseil, et le Cygne Noir ! Impossible d’en apprendre plus à ce sujet, déclara Maëlo.

- Je ne suis pas d’accord. Il sera certes moins aisé d’avoir les renseignements mais ce ne sera pas impossible. Nous allons voler le secret au Conseil ! C’est le plus simple possible. Toutes les archives sont répertoriées dans une immense base de donnée. Tout ce que nous avons à faire c’est la pirater.

- Oh, rien que ça ! ironisa Lilian. Non mais ça va pas la tête ?!

- Ça peut paraître compliquer comme ça mais pas du tout. Laisser-moi vous expliquer mon plan. Grâce au talent de Céleste, elle nous téléporteras directement à l’intérieur de la pièce contenant la base de données. Ensuite, il ne nous restera qu’à chercher le secret de Lune Stellaire. 

- Je ne peux pas m’y téléporter parce que je n’ai jamais vu l’endroit, remarqua Céleste. En plus, il n’est pas simple de trouver le dossier de Lune Stellaire, la base de données est forcément protégée !

- C’est vrai, confirma Elias, mais moi j’ai une photo de la salle de la base des données, je te la montrerais, ça feras comme si tu l’avais déjà vue. Ensuite pour la protection, des Gobelins sont à l’EXTÉRIEUR de la pièce, le Conseil à trop peur qu’il ne lisent les dossiers des Cités Perdues. Le seul problème c’est que ses colosses entendent le moindre bruit, il faudra donc bloquer la porte d’accès dès que nous arriveront dans la pièce, cinq de nous tous s’en occuperont, le sixième piratera la base de données. 

- Je veux bien lire la base de donnée, se proposa Maëlo. Après tout j’ai l’esprit impénétrable de maman. Je pourrais garder le secret.

- Et les caméras de surveillance ? Et les détecteurs de mouvements ? Vous y avez pensé ? demanda Céleste.

- N’oublies pas qu’on est dans les Cités Perdues et que ça n’existe pas, répondit Florelle. En plus, le Conseil se croit tout puissant depuis ce qu’il pensait être la fin des Invisibles. Je suis sûre qu’à part les gobelins, il n’y a pas d’autres défenses.

- Parfait, conclut Azalée. Demain soir, nous iront nous introduire illégalement dans un des lieux les plus importants des Cités Perdues !À suivre...

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.