FANDOM


Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

Fanfiction de Sarah2lapinous

Je viens juste de commencer cette fanfic, j'espère qu'elle vous plaira ! C'est la suite du tome 8, donc vous êtes prié de le lire AVANT cette fanfic si vous ne voulez pas être spoilé !!! J'essaye d'écrire un peu tous les jours ! Et il y a des points de vue de plusieurs personnages, donc dites le moi si vous êtes perdus, j'essayerai d'être plus claire !

Bonne lecture ;) !!

Chapitre 1: Réveil tant attendu Modifier

Keefe ouvrit les yeux. Tout était flou. Il distingua à grande peine un visage avec deux énormes yeux ronds, encadré d'une touffe de cheveux qui aurait put abriter plusieurs nids d'oiseaux. Sa vue s'ajusta un peu, et ce qu'il avait pris au départ pour des énormes yeux étaient en fait d'énorme lunettes. Elwin, pensa-t-il. Le médecin prit la parole, avec une joie incommensurable:

- Keefe !!! Enfin réveillé ! Je commençai à ne plus y croire... C'est un miracle!

Keefe essaya de parler mais sa gorge était rêche comme du papier. Il sourit faiblement. Soudain, la porte du Centre de Soins s'ouvrit à la volée et Sophie entra. Elle s'arrêta net sur le seuil, au bord des larmes. Keefe parvint enfin à parler:

- Alors Foster... Je t'ai manqué ?

À ces mots, Sophie reprit ses esprits et hurla, furieuse :

- Comment peux-tu te permettre de plaisanter après ça ? Qu'est ce qui t'as prit de nous rejoindre à Loamnore ? Tu es idiot ou quoi ? Tu savais pertinemment que si tu venais, ta mère allait te faire accomplir ton héritage ! Et pourtant, tu as foncé, tête baissée, comme toujours ! Tout ça pourquoi, hein ? POURQUOI ?

Keefe prit de plein fouet toutes ses remarques. Tout à coup, il ressentit une curieuse impression. Comme si son esprit s'éloignait...

Un peu plus tôt, à Havenfield...

Sophie-0

Sophie regarda au loin, dans les pâturages d'Havenfield. Elle pensa à Keefe, et décida d'aller voir s'il était réveillé. Elle avait un étrange pressentiment. Sans savoir pourquoi, elle courut jusqu'au luminateur 500, cria "Foxfire !", et, une fois là-bas, prit le chemin vers le Centre de Soins à vive allure. Elle ouvrit la porte à la volée et, quand elle vit Keefe éveillé, elle ne put empêcher ses yeux de se remplir de larmes. Keefe lança d'une voix rauque:

- Alors Foster... Je t'ai manqué?

Mais très vite, la fureur prit le dessus dans le cœur de Sophie. Maintenant, elle allait enfin pouvoir poser toutes les questions qui la taraudaient depuis l'année dernière, quand Keefe avait accomplit son héritage à Loamnore. Elle hurla :

- Comment peux-tu te permettre de plaisanter après ça? Qu'est ce qu'il t'as prit de nous rejoindre à Loamnore? Tu es idiot ou quoi? Tu savais pertinemment que si tu venais, ta mère allait te faire accomplir ton héritage! Et pourtant, tu as foncé, tête baissée, comme toujours! Tout ça pourquoi, hein? POURQUOI?

Il ne répondit pas. Mais Sophie se posait aussi beaucoup d'autres questions, notamment sur ses sentiments, surtout depuis qu'elle avait eu une longue discussion avec M. Forkle, qui avait finalement accepté d'infiltrer un agent du Cygne Noir dans le Bureau des Entremetteurs pour que Sophie puisse enfin être assortie sans que quelqu'un d'étranger au Cygne Noir le sache.

Soudain, Sophie vit la tête de Keefe osciller de gauche à droite et ses yeux se révulser. Tout à coup, il se redressa et comme s'il était en transe, et dit d'une voie désincarnée :

- Celui que tu cherches a le cœur enveloppé de ténèbres... Quand il saura une information capitale, tu n'auras plus à chercher, c'est lui qui te trouveras...

Le dernier mot résonna longuement dans toute la pièce.

Chapitre 2 : Questions d'amour Modifier

Keefe reprit ses esprits. Devant l'air hébété des personnes présentes dans la pièces, il demanda d'une voix faible :

- Que s'est-il passé ? Pourquoi vous faites cette tête ?

- Alors... C'est donc ça, ton nouveau pouvoir ? questionna Sophie.

Elwin, quand à lui, se précipita au chevet de son patient pour l'examiner. Il prit la parole :

- Son pouls est régulier... Ses organes vitaux n'ont l'air de n'avoir subit aucun dommage... Je crois que tout va bien. Mais il faudrait que je l'examine plus en détail...

Elwin abaissa ses lunettes sur ses yeux, qui devinrent subitement immenses. Il s'approcha de Keefe, et s’apprêtait à claquer des doigts pour conjurer une orbe de couleur, quand il fut brutalement interrompu par son patient...

- Stop ! Vous allez me dire ce qu'il s'est passé, oui ou non ?

- Oui, bien sûr, mais il faut que je vérifie que tout cela ne t'as pas affaibli ! argua Elwin.

- Mais je me sens bien ! Aussi bien que possible après... combien de temps ai-je dormi, déjà ?

- Bon... Je vais vous laisser discuter... soupira Elwin, gêné, avant de quitter la pièce.

- Donc ? Combien de temps ? Allez, Foster, ça ne peux pas être aussi grave que ça en à l'air !

- Si... bredouilla Sophie, la gorge nouée. Un an...

- QUOI ??? s'exclama Keefe. UN AN ? Mais ce n'est pas possible ! Comment ai-je pu dormir un an ?

Il s'effondra, au bord des larmes. Après une minute, il reprit d'une voix faible :

- J'ai donc... 17 ans maintenant ?

- Euh... Oui. Et moi 16, balbutia Sophie.

Keefe faillit s'étrangler.

- Wow... Et donc vous ne m'avez pas dit... Que s'est il passé ?

- Hum... Tu ne te rappelles de rien ? demanda Sophie, assez gênée de devoir lui relater les évènements, mais soulagée qu'il change de sujet.

- Je me souviens que j'ai senti mon esprit s'envoler, un peu comme si je ne contrôlais plus rien... soupira le jeune elfe. Et après, le vide abyssal. Plus rien.

Sophie lui répondit:

- Eh bien... Comment dire? Ta tête s'est penchée, puis tes yeux sont devenus blancs, et tu as prononcé une étrange phrase...

Elle frissonna à cette idée, puis reprit:

- "Celui que tu cherches a le cœur enveloppé de ténèbres... Quand il saura une information capitale, tu n'auras plus à chercher, c'est lui qui te trouveras..." Voilà ce que tu as dit.

- Woaw... C'est digne du Cygne Noir, cette énigme !

- Keefe... Ce n'est pas le moment de plaisanter.

Le soir, dans la chambre de Sophie...

- Bonne nuit fillette! chuchota Grady.

- Bonne nuit ma chérie, renchérit Edaline. Et arrête de te tracasser avec cette phrase, on y verra plus clair demain.

- D'accord maman, répondit Sophie à mi-voix. Bonne nuit...

Image pour Incertitudes
Mais dans l'esprit de Sophie...

Cette phrase... Est ce que cela à un rapport avec mes questions de tout à l'heure ? Celles sur mes sentiments ? "Celui que tu cherches a le cœur enveloppé de ténèbres... Quand il saura une information capitale, tu n'auras plus à chercher, c'est lui qui te trouveras..." Celui que je cherche ? C'est à dire... celui que j'aime ? Mais... attends une seconde... J'AI TROUVE! J'AI TROUVE! C'EST CA LA SOLUTION!!! Quelqu'un a eu "le cœur enveloppé de ténèbres": Fitz!

Chapitre 3: Bonne ou mauvaise surprise? Modifier

Le lendemain, du côté de Fitz...

- Fitz, je ne te comprends pas... Tu l'aimes, oui ou non? lui demanda sa sœur.

- Bien sûr! Mais... Tu comprends... L'assortiment... répondit-il.

- Non, je ne comprend pas! Franchement, tu as vu? Nous sommes la risée des Vacker, on est allé à Exilium! On a été banni! On fait parti du Cygne Noir, qui avait été décrété ennemi n°1! On est amis avec Sophie, qui elle aussi avait été décrétée ennemie n°1! Que tu sois mal-assorti ou non, tu crois que ça changera quelque chose?

- Non, tu as raison... Mais ça n'arrangerai pas les choses...

- Fitz. Si tu aimes Sophie, ce n'est pas une vulgaire histoire d'honneur qui va t'empêcher de l'aimer. Alors, écoute moi très attentivement, ordonna Biana. Tu vas aller à Havenfield avec le plus beau cadeau de tous les temps, et tu vas t'excuser auprès d'elle ET de ses parents. Ensuite, tu vas lui dire que tu regrette et que tu l'aimera toujours. Et après, tu lui fais un petit bisou, gloussa-t-elle. Enfin, c'est juste des conseils, tu fais juste ce que te dicte ton cœur.

Un peu plus tard, à Havenfield...

- Sophie, Biana est devant la porte, indiqua Edaline. Tu vas l’accueillir?

- Oui, j'y vais!

- Coucou Sophie! s'exclama Biana. Tu vas bien?

- Oui, ça va...

- Tu n'as pas l'air convaincue... Bon. Il faut qu'on parle. C'est très important.

Elles montèrent dans la chambre de Sophie et s'installèrent sur le lit. Leur discussion se révéla de la plus haute importance...

Quand elles eurent fini, Biana prit la parole:

- Et bah! Je ne m'attendais pas à ça! J'ai oublier de te dire, j'ai trouvé le moyen de faire disparaitre une personne sans que, moi, je m'éclipse!

- Super!

- Ne m'en veux pas, Sophie, mais... J'ai amené un invité. Qui a donc écouté toute la conversation. Il est à côté de moi depuis le début. Mais c'était pour la bonne cause.

Sophie pâlit. Biana bougea son bras dans le vide. Quelqu'un apparut, debout à côté du lit.

- Euh... Bonjour Sophie...

- Fitz... balbutia Sophie. Donc... Tu sais, maintenant?

- Désolé... Oui.

Sophie prit une grande inspiration, puis soupira longuement.

- Bon... Je vais vous laisser discuter, lança Biana avec un clin d’œil à son frère.

Elle sauta. Fitz se passa la main dans les cheveux, gêné.

- Et si on allait sous le panacier?

Sophie frémit. Le panacier, lieu de tous leurs moments "romantiques"... Une bonne idée? Elle n'en savait rien, mais répondit tout de même qu'elle était d'accord pour pouvoir quitter la pièce étouffante. Ils se rendirent sous les branches de Calla, Sophie assise contre le tronc et Fitz en face d'elle, et Fitz prit la parole.

- Alors...

- Fitz. Si c'est pour me dire que tu veux bien qu'on se remette ensemble UNIQUEMENT parce que je peux être assortie, ce n'est pas la peine!

Sophie se leva, puis s'enfuit en pleurant vers la maison.

- ATTENDS! SOPHIE, CE N'EST PAS DU TOUT CE QUE TU CROIS! S'IL TE PLAIT, ÉCOUTE MOI! cria Fitz, en lui courant après -dans les deux sens du terme, d'ailleurs.

Sophie se retourna, le visage ruisselant de larmes.

- Si Fitz! C'est exactement ce que je crois! Tu m'aimes seulement si je ne fais pas tâche à ton honneur! TOUT CE QUI COMPTE POUR TOI, C'EST TON STATUT SOCIAL! TON PETIT RÔLE DE PRINCE DE PACOTILLE! TU N'ES QU'UN GROS NUL, FITZ! UN GROS NUL!

Ce fut au tour de Fitz de fondre en larmes. Rien ne pouvait plus le briser que d'entendre la fille qu'il aimait lui dire des choses comme ça... Il était tellement désespéré... Tellement triste... Tellement brisé, littéralement...

Dans l'esprit de Fitz...

Mais ce n'est pas du tout ça... Je voulais te dire que je t'aimerai toujours, Sophie! Toujours! Qu'importe l'honneur et le statut social! Je me fiche de tout ça! La plus grande erreur de ma vie à été de te quitter, Sophie. Depuis ce jour, à chaque seconde, je regrette... Tu me manques, Sophie! Je ne veux pas être ton ami, je veux être ton petit ami! La personne en qui tu pourras avoir une confiance aveugle! La personne que tu aimeras! Je t'aime, Sophie!

Dans la réalité...

Sans s'en rendre compte, Fitz avait transmis ses pensées à Sophie. Elle fondit de nouveau en larmes, émue.

- Oh, Fitz... Je ne voulais pas que notre relation soit artificielle, tu comprends? Mais... Je suis désolée pour tout ce que je t'ai dit. Je n'aurai jamais du dire ça... Parce que je t'aime aussi, Fitz!

Il marcha lentement jusqu'à Sophie. Puis ils se regardèrent intensément, et... s'embrassèrent. S'ils avaient fait attention, ils auraient put voir un coin du rideau à la fenêtre de la cuisine se soulever, et Edaline les observer, attendrie.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .