FANDOM


Cette page est un fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur' afin de préserver les droits de ce derniers.
Les seuls motifs de modifications acceptés sur cette page sont "Correction d'une faute de rédaction" ou "Correction d'une faute d'orthographe".

Merci de votre compréhension.

[1] == Feu contre feu Modifier== écrit par GCP fan

Marella est en train de s'entrainer avec Fintan à controler son talent: la pyrokinésie.

"Mais concentre toi! s'écria Fintan, déçu par son élève. Je veux que tu fasses une plus grande flamme.

J'essaye... gémit Marella, la voix déformée par la consentration.

-J’aimerais pouvoir te montrer mais enfermé comme je suis..."

La jeune pyrokinésiste hésitait: si elle le libérait elle métrait tous les habitants des cités perdues en danger, mais sinon il pourrait lui apprendre tant de chose.

Le prisonnier avait dû le percevoir car il lui dit:

"Je ne partirait pas.je veux juste t'aider pour que tu ne deviennes pas comme Brant.

-Je..."

La peur et le désir d'apprendre se bousculaient dans sa tête. Le libérer... non trop dangereux. Mais si...

Elle ne pu aller au bout de sa pensée: des flammes dansaient devant ses yeux. La jeune fille leva les yeux vers la cellule. Disparu. Elle se maudissait d'avoir perdu de vue son mentor. mais pas le temps de pleurnicher, il fallait qu'elle le retrouve !

"Fintan ! Je sais que tu n'es pas parti ! cria-t-elle dans la petite pièce."

Elle pria pour que sa voix ne soit pas tremblante. La culpabilité l’empêchait de réfléchir. Réfléchi, bon sang! Que ferai-je si j'étais Sophie? Sophie... Elle se frappa le front de sa paume. Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ?

Marella sortit son transmetteur et héla sans attendre.

"Sophie j'ai besoin d'aide ! dit-elle quand Sophie eut répondu. Fintan ! Il s'est échappé !

-Quoi ! Comment ?

-Pas le temps de t'expliquer. répondit-elle sèchement. Viens avec les autres !"

Elle coupa la conversation. Son coeur battait la chamade et son front dégoulinait de sueur. Elle tenta de diminuer les flammes pour repérer son ennemi. L'air lui brulait les poumons et le feu lui échappait sans qu'elle puisse faire quoi que se soit. Vite ! songea-t-elle. Dépêchez vous !

"Alors ? Comment ça fait d'être plongé en plein cauchemar ? demanda une voix, derrière elle.

-Qui... Qui êtes-vous ? murmura Marella, de plus en plus faible. Je ne me laisserais pas faire ! reprit-elle d'une voix plus forte.

-J’espère bien. Sinon se ne serait pas amusant, n'est-ce pas ?

-Où êtes-vous ! s'écria-t-elle."

La fureur lui faisait perdre son sang-froid. Les flammes vacillaient de plus en plus devant ses yeux.

"Marella !"

Une voix paniquée venait de crier son nom. Plusieurs pas retentirent sur le sol de pierre et six personnes entrèrent dans la pièce en feu. Une vague s’abattit avec fracas et le feu s’éteignit. Linh avait les mains tendues devant elle, Sophie et Keefe se préparaient à lancer des étoiles goblines, Dex tenait entre ses paumes des gadgets étranges, Fitz barrait le chemin vers la sortie et Biana disparut pour apparaitre à côté d'elle. Dans le mur d’en face, béait un trou assez grand pour laisser passer un homme. Marella pris sa tête dans ses mains. A cause d'elle, un des elfes les plus dangereux venait de s’enfuir. Des bruits près d'elle lui signifièrent que ses camarades se regroupaient autour d'elle. La pyrokinésiste releva la tête et les regarda tous les uns après les autres. Sophie portait une robe blanche, qui signifiait qu'elle n'avait pas pu se changer. Linh avait une tunique bleu pale et Dex semblait perturbé. Biana, Fitz et Keefe la regardaient d'un regard perplexe. Sophie brisa le silence:

"Marella, raconte nous tous.

-Je... commença-t-elle d'une voix mal assurée."

Elle se lança dans une explication de se qui s'était passé et plus elle parlait plus la culpabilité lui nouait l'estomac.

Soudain, Biana poussa une exclamation de stupeur.

Cinq arthropleuras entraient par le trous du mur. Les créatures les encerclèrent et Fitz, qui n’avait pas oublié sa terrible blessure, se rapprocha inpersperctiblement de Sophie. Tous retenaient leur souffle. Puis une vague déferla sur les animaux, des étoiles goblines sifflèrent à leurs oreilles, des nuages de fumée embuaient l’air et des flammes crépitaient, emplissants la pièce d’une ambiance de combat. Les créatures sifflèrent et se rapprochèrent de plus en plus. Marella fit apparaître des flammes et les tenait d’une mains tremblante qui faisait bouger le feu dans sa main. Puis, soudain, Sophie poussa un hurlement et s’écroula sur le sol de pierre. Keefe et Fitz se précipitèrent vers elle. Marella regarda autour d’elle, mais il n’y avait rien qui ai pu faire un tel effet à Sophie.

Keefe regardait Sophie avec inquiétude. Que lui était-il arrivé ? Peur, chagrin, inquiétude, fureur. Tant de sentiments qui se bousculait dans sa tête. Il voyait Fitz se poster à côté d’elle. Il aurait voulu faire quelques chose, mais son corps refusait d’esquisser le moindre geste. Pourquoi était-elle étendue sur le sol, alors que rien ne l’avait attaquée? 

Keefe?   Keefe se retourna et chercha la provenance du son.

Keefe. C’est Sophie.   Il ouvrit la bouche pour parler mais la voix reprit.

ça va, je vais bien.

Que s’est il passé? Pourquoi es-tu tombée?

Je vais bien. Reste vigilant. Fais attention. Et dit à Fitz qu’il m’écrase les doits.

-Fitz! Attention! Tu lui écrase les doits. murmura-t-il.

Fitz se décala. Keefe entendit un petit rire dans sa tête et plus rien. Soudain les bruits de la bataille le heurtèrent comme un mur. 

-Keefe! Aide-nous! cria Marella.

Il se sentait comme si il venait de se réveiller. Alors il pris conscience de se qui se passait autour de lui. Des flammes et des vagues se heurtaient et dégageaient de la fumée, les arthropleuras sifflaient en claquant leur pattes sur le sol. L’un d'eux poursuivait Biana qui disparaissait sans arrêt. À ce moment, la douleur le transperça et il hurla. Il sentit le monde disparaître sous ses pieds. Puis, plus rien que le noir. Un noir si dense qu'il ne voyait pas ses mains. Où suis-je? À l’aide!

Keefe?

Sophie?

C’est moi. N'ai pas peur.

Où sommes-nous? Je ne te vois pas.

Je ne suis pas avec toi. Je te parle par télépathie.

Je sais. Mais, où es tu alors?

Je ne sais pas.

J’ai peur.

Moi aussi.

Comment t’es tu retrouvé ici?

J’ai eu très mal et je me suis évanoui.

Sophie?

Sophie!

-Keefe? 

-Que se passe-t-il? demanda Marella 

-Je ne sais pas. lui répondit Linh 

-Restez concentré! s’exclama Fitz. Nous avons déjà perdu Sophie et Keefe! Pas besoin d’un autre blessé!

-Partons. Nous ne pouvons plus rien faire. répliqua Dex. Prenez Sophie et Keefe mais ne les bougez pas trop.

Fitz prit Keefe le plus délicatement possible avec Dex tandis que Linh et Marella prenaient Sophie. Biana marchait à côté d’eux en clignotant. 

-À votre avis, qu’est-ce qu'il leur est arrivé? demanda nerveusement Biana.

-Je ne sais pas. Mais ils ont tous les deux hurlé de douleur avant de tomber par terre. lui répondit son frère. 

-C’est peut être un coup des invisibles. 

-Oui, c’est probable.

Marella se sentait si coupable qu’elle peinait à porter Sophie.

-Marella, tu veux que je te remplace?demanda gentiment Biana. 

La jeune pyrokinésiste hocha la tête et laissa Biana prendre sa place.

-Tout est de ma faute. gémit-elle.

-Non, ne laisse pas la culpabilité t’envahir! lui répondit sèchement Fitz.

Keefe?

Sophie? Que s’est-il passé? Tu ne me répondais plus.

Ne t’inquiète pas.

As tu trouvé une sortie?

Je sais comment on peut se retrouver.

Comment?

Écoute, il va falloir que tu parle.

Que je parle?

Oui. Crie mon nom.

-Sophie!

Continu

-Sophie!

Encore

-Sophie! Sophie! 

Ne t’arrête pas.

-Sophie! Sophie! Sophie! Sophie! Sophie!

-C’est bon, je suis là.

-Sophie, j'avais tellement peur.

Sa voix tremblait et sa gorge était sèche. Mais pas seulement car il avait crié. Il la chercha du regard mais ne vit que les ténèbres, le vide.

-Sophie? Où es tu?

-Juste là.

Elle lui pris la main pour lui signifier sa présence. Le cœur de Keefe se mit à battre si fort qu’il était sûr qu’elle l’entendait.

-Tes échos sont partis. constata-t-il.

-Oui, enfin. C’est grâce à Flori.

Il aurait voulu rester encore comme ça, sa mains dans la sienne. Mais elle la repris et lui dit:

-Keefe…

-Oui ?

-Non... Rien...

-D’accord. Sais-tu où nous sommes ? 

-Peut-être.

-Peux tu voir quelque chose?

-Oui… Attends, tu ne vois rien?

-Non, juste le noir. Que vois-tu?

-Nous sommes dans une forêt. dit-elle d’une voix triste.

-Quelle forêt ?

-Au bois des errants.

-Et…?

-Et on est devant mon arbre et celui de Dex.

-Continue.

- Il y a…commença-t-elle, mais la fin de sa phrase se perdit dans un sanglot.

-Sophie, que se passe-t-il?

-Je…

Mais elle ne continua pas sa phrase.

-Hé, je suis là. Ça va aller. lui murmura-t-il à l’oreille. 

Il lui pris la main et l’attira contre lui. Elle tremblait de tout ses membres et ses larmes mouillaient Keefe.

-Chut… tout va bien…

Mais elle continuait de pleurer. Keefe lui enleva doucement son gant et lui reprit la main. Il lui envoya des brises chaudes pour la calmer. 

-Dis moi, que se passe-t-il ?

-Il…Il y a ton père…et il pleure…et je me vois…je pleure aussi…et…et…

-Calme toi. Tout vas bien.

-Non ! ça ne va pas ! Rien ne va !

-Alors dis moi.

-Fitz, Biana, Alden, Della, mes parents, la famille de Dex et Linh, ils…ils…ils pleurent tous !

-Ce n’est qu’un rêve, ce n’est pas la réalité.

-Ils pleurent pour toi, Keefe ! Pour toi ! 

-Quoi…? 

-À côté de mon arbre, il y a…

-Je t’écoute.

-Il y a un nouvel errant. Ton errant, Keefe.

Elle éclata à nouveau en sanglot.

-Mais je suis là. Je ne suis pas… dit-il, la gorge nouée.

-Je ne veux pas te perdre ! 

-Je…

Son cœur battait de plus en plus fort contre ses côtes. Il comptait vraiment pour elle ! 

Puis elle lui dit:

-Je..

Keefe se mit à tousser et il hurla à nouveau avant de tomber à terre. Il cru entendre quelque chose mais se ne fut qu’un murmure inaudible.

***

-Chut! Il se réveille! dit Elwin.

-Hein…? marmonna Keefe sans même entrouvrir ses lèvres. 

-Keefe! s’écrièrent en cœur Linh, Dex, Marella, Fitz et Biana.

-Chut. Il a besoin de repos! leur intima le médecin.

-Oui mais on est si heureux de le voir. répondit Fitz.

Keefe voulu ouvrir la bouche pour parler mais elle ne voulait pas. Il avait l’impression désagréable qu’elle était en plomb. Peu à peu, ses yeux s’ouvrirent. Il vit alors six têtes tournées vers lui.

-Keefe, comment te sens-tu?

De nouveau, ses lèvres refusèrent de bouger.

-Attends, ne bouge pas.

Elwin s’approcha et versa un liquide bleuté dans sa bouche. Il le fit avaler et reprit:

-Dans quelques minutes, tu pourra à nouveau bouger.

Un instant plus tard, une douce chaleur coula sur ses muscles froids et endormis. Il entrouvrit les lèvres et dit dans un souffle:

-Comment vas Sophie?

-Elle se réveille doucement.

-Combien de temps je suis resté évanoui?

-Environ 2 semaines. lui appris Fitz en souriant.

-2 semaines?! Raconter moi se qui c’est passé pendant ce temps.

-Quand tu t’es évanoui, on a décidé de partir.commença Marella. On est allé à Havenfield pour Sophie et on s’est dit que tu préférerais te réveiller ici plutôt que chez ton père.

-Oui, et après on a hélé Elwin. continua Linh.

-Le reste du temps, bah, rien de spécial. École et on est venu tous les jours voir comment vous alliez. termina Fitz

-Ok… Vous avez découvert des nouvelles choses?

-Non, rien de nouveau. répondit Biana d’une voix lasse. 

-Mais Sophie… Elle s’est pas réveillée?

-Non.

Il tenta de se relever pour la voir mais Elwin l’en empêcha. Il grogna et se laissa retomber dans les coussins.

-Que se passe-t-il? Vous faites une de ces têtes… il faudrait pas plutôt faire la fête? leur demanda Keefe,surpris

-Ah, oui, bien sûr!

Qu'est-ce qu'ils ont? Se demanda le jeune homme.

Ils discutèrent longtemps, se racontant des anecdotes. Keefe ne leur parla pas de ce qui c'était passé avec Sophie.

***

-Keefe?

Sophie se trouvait seule, au même endroit où Keefe se trouvait quelques instants plus tôt, avec elle. Elle l’avait vu tomber à terre et se dissoudre dans l’air. Le visage de la jeune fille était trempé de larme et ses yeux rougis. Que s’était il passé? Cette question revenait sans cesse. Elle savait où elle était. Mais elle était perdue. Seule. Elle l’avait été quand Keefe n’était pas là. Mais ça avait été court. Sophie reporta son attention sur la scène qui se déroulait sous ses yeux. Le soleil commençait à baisser et baignait la forêt d’une lumière orangé. Un errant, très beau, au feuillage blond sale trônait en haut de la colline, à côté de celui de Sophie. Des fleurs bleu glacier parsemaient l’arbre et son tronc était massif. Elle le contempla longuement. Pourquoi était-elle là, alors que keefe était avec elle quelque instant auparavant? Il n’était pas mort. Sa pensé lui fit l’effet d’une claque. Si il mourrait… que deviendra-t-elle?

***

Keefe se redressa. Il était presque minuit et personne n’était là. Elwin lui avait interdit de se lever pendant les 2 prochaines semaines pour s’assurer qu'il allait bien. Mais personne n’était là et il mourrait d’envie d’aller voir Sophie. Pourtant, quelque chose lui disait de ne pas s’approcher. Mais il se leva lentement, se dirigea vers le lit de Sophie et vit. Les yeux de Sophie était ouvert et vitreux. La douce couleur chocolat de ses iris avait ternie et était à présent d’un brun terreux. Elle était pale et Bullhorn était allongée à côté d’elle. Les larmes montèrent au yeux de l’empathe. Que lui arrivait-il? Il leva la mains dans un geste timide, mais ne put la toucher. Il retourna à son lit sans un bruit. Il remua pendant tout le reste de la nuit mais ne parvint pas à trouver le sommeil.

Le lendemain matin, Elwin s’approcha de Keefe.

-Comment vas-tu?

Il remua en grognant. Puis, se rappela se qu'il voulait demander.

-Comment va Sophie?

Le médecin ne répondit pas: son regard était vague.

-Comment va Sophie, répéta-t-il, insistant.

Elwin décrocha son regard de ce qu'il regardait et le posa sur Keefe. Son regard trahissait son inquiétude et son épuisement. Mais il ne parla pas.

-Pourquoi vous ne m’avez pas dit que Bullhorn dormait à côté d’elle!

Cette fois, il était furieux. Furieux contre Elwin qui il ne lui avait pas dit, furieux contre ses amis qui ne lui avaient pas dit, furieux contre lui même qui ne s’était rendu compte de rien. Puis Elwin parla:

-Je sais que tu es en colère, mais je ne pouvais pas te le dire. Tu serais devenu trop triste.

-Est-ce que j’étais aussi comme ça?

-Oui, et Bullhorn ne savait pas où aller. Elle faisait des aller retour entre toi et elle, sa voix était triste et lasse.

-Comment as tu fait pour me réveiller?

-Je t’ai donné des élixirs mais c’est toi qui t’es réveillé tout seul.

Keefe tenta de se rappeler comment ça s’était passer. Il avait toussé puis hurlé de douleur avant de s’écrouler. Alors il pensa à quelque chose: avant de tombé, Sophie lui avait parler par télépathie. Il suffisait qu’elle lui parle pour qu'il se calme. Il savait que ses sentiments n’était pas partagé mais il espérait quand même se tromper. 


Le lendemain, il passa la journée à tenter de parler avec Sophie mais ses efforts furent vains. Son moral était au plus bas et Elwin lui avait dit que cela n’améliorerait pas son cas. Ses amis venaient les voir chaque jour mais il restait triste.

***

Sophie se ressaisit. Il fallait absolument qu'elle trouve une solution pour partir, pour retrouver Keefe,… retrouver Keefe? Elle se mit à réfléchir à toute allure. Pourquoi avait-elle penser en premier à Keefe? Pourquoi pas à ses parents ou à Fitz? Même si il l’avait rejetée elle l’aimait encore… ou peut-être pas. Ses pensées tourbillonnaient dans sa tête à un rythme effréné. Elle n'aimait plus Fitz, elle aimait Keefe. Cette pensée lui vint sans même réfléchir. Alors elle tenta:

Keefe?

La réponse lui vint quelque instant plus tard:

Sophie?

Keefe! Où es-tu?

Je suis au centre de soin.

Pourquoi ?

On s'était évanoui et les autres nous on amené chez Elwin.

Il lui expliqua tout.

Et moi?

Tu…

Je quoi?

Tu… enfin…

Keefe dis moi!

Bullhorn est couchée à côté de toi. Tes yeux sont ouverts et ils sont devenus brun terre. Je suis désolé. Je…

Ce n'est pas ta faute.

Je sais mais…reviens s'il te plaît… tu me manque…

Toi aussi tu me manque.

Vraiment ?

Oui. Et dis aux autres qu'ils me manquent aussi. Et à mes parents.

Oui je leur dirai. Je…

La communication fut interrompue.

***

Keefe ouvrit les yeux. Il ne savait pas pourquoi mais la communication avait été interrompue. Il était en colère. Elwin entra dans la pièce avec un plateau plein de flacons.

-Tiens, lui dit il après avoir poser le plateau sur le lit.

Keefe les pris les uns après les autres en tirant la langue de temps à autre. Il se demandait si il devait lui parler de sa discussion avec Sophie. Finalement il décida de ne rien lui dire.

-Comment va Sophie ?

Cette phrase était devenue son refrain habituel.

-Je n’ai pas vus d’amélioration, soupira le médecin qui semblait fatigué , ses yeux sont toujours fixes et vitreux et son corps toujours tendu et immobile.

-Elle me manque, lui confia Keefe.

-Oui à moi aussi. Et aux autres, à ses parents aussi…

Il se perdit dans ses pensées.

***

-Que… Keefe? Keefe!

Elle étouffa un sanglot et essuya ses larmes. Elle regarda à nouveau le paysage et, soudain, elle se vit à nouveau. Elle tenait entre ses mains les tableaux qu'il lui avait offert. Elle aurait tant voulu le voir. Sophie s’approcha alors d'elle-même et observa les tableaux dans ses mains. Ils étaient magnifiques.

***

Keefe regardait Elwin lorsque un sentiment d’admiration s’empara de lui. Il cligna des yeux et une image nette se dessina dans sa tête: Sophie, la tête penchée au dessus de l’épaule de… Sophie! Qui pleurait en serrant contre son cœur deux tableaux. Elle hoqueta et desserra son étreinte. Le jeune homme put alors contempler ses œuvres. Une larme perla à l’œil de la Sophie qui les observait. Elle roula sur sa joue et Keefe ressenti une des émotions qu'il ne voyait presque jamais, l’amour. Il eu l’impression d’avoir avalé une dizaine de crème-cannelle. Une douce chaleur était apparue dans son ventre. Mais elle disparu aussi vite qu'elle était venue. Peut-être pensait-elle à Fitz. Elle l’aimait sûrement encore…

-Keefe!

Il fut tirer de ses pensées par Elwin qui se précipita vers le lit de Sophie.

Il se leva en hâte et le rejoignit. Il contempla le visage de la belle télépathe aux yeux bruns. Puis il vit ce que Elwin avait aperçu. Une larme avait roulé sur la joue de Sophie. Il retint son souffle. Peut-être que Sophie avait pensé à Fitz et elle s’était réveillée. Il repensa au moment où il s’était réveillé. Sophie lui avait dit qu'elle ne voulait pas le perdre. Il avait alors ressenti une bouffée d’amour, des sentiments magnifiques comme une nuée de feux d’artifices! Elle avait dût le ressentir aussi en pensant à Fitz. Il la regarda à nouveau et vit que l’œil qui avait versé une larme avait reprit sa douce couleur chocolat pailleté d’or. Il voulu récupérer cette goutte salée mais Elwin l’en empêcha:

-Retourne dans ton lit immédiatement!

Keefe grava l’image de cet œil magnifique dans son esprit puis se détourna. Il se dirigea vers son lit et se coucha. Il plongea dans le sommeil et fit des rêves peuplés par ces beaux yeux chocolat.

***

Une larme roula sur sa joue. Sophie ressenti une explosion d’émotion en elle. Il y avait de la joie, de l’admiration, mais surtout de l’amour. Mais tout ce bonheur était teinté de tristesse. Et si elle ne le revoyait pas, si elle était piégée dans ce monde étrange pour toujours? Elle se rendit compte que ce ne pouvait être quelque chose de naturel. Il y avait un problème. Keefe lui avait dit qu’il s’était réveillé après deux semaines mais elle avait l’impression qu’elle était là depuis seulement quelques heures.

Keefe?

Personne ne lui répondit. Elle n'arrivait pas à trouver son esprit. 

Il a peut-être pris un sédatif, pensa-t-elle.

***

Cela faisait deux jours que Sophie avait versé une larme. Ce soir, Keefe accepta son sédatif puis laissa Elwin repartir. Il attendit que le médecin aille se coucher, puis se leva. Il marcha silencieusement jusqu'à Sophie. Il regarda son beau visage. La larme était toujours là où elle était il y avait deux jours. Il fit léviter un flacon vide jusqu'à lui et y mit la larme. Il était sûr que cette larme était la solution. Keefe compara les deux yeux de Sophie: l’un brun chocolat pailleté d’or et l’autre brun terreux. Il laissa glisser la larme dans l’œil dépourvu de paillettes d’or. Là où la goutte toucha l’oeil, une onde se propagea dans toute l’iris. Les paillettes d’or étaient de retour et le regard de la jeune fille était braqué sur lui. Au moment même où la larme avait touché l'iris de Sophie, une vague d’émotion s’était abattie sur Keefe. Il y lut la joie de se réveiller, l’admiration devant ce qu'il avait fait, le bonheur et l’amour de le revoir. Son regard se brouilla et il lui dit:

-Tu…enfin…je…vais appeler Elwin!

Il se rua dans le bureau du médecin où il passait ses nuit quand il avait des patients.

-Elwin!

Il grogna et redressa la tête.

-Quoi? marmonna-t-il. Attend… tu devrais être dans ton lit entrain de rêver d’une paire d'yeux brun…

-Elle s’est réveillée!

Elwin se leva d’un bond et couru dans la salle. Keefe entendit des bruits de flacons s'entrechoquant puis des pas précipités. Il les rejoignit. Sophie le suivait du regard, toujours incapable du moindre mouvement. Le médecin lui fit avaler un flacon au contenu bleuté. Quelques minutes plus tard, sa bouche s’entrouvrit et elle murmura dans un souffle:

-Merci.

L’Emphate lut dans ses yeux de la gratitude et… de l’amour.

Elwin tira les rideaux et poussa Keefe dans son lit.

-Dort bien.

Il but son sédatif et quelques instants plus tard, il rêvait à nouveau de ses beaux yeux et de l’amour qui l’y avait lut.

***

Le lendemain, Sophie se réveilla la tête lourde. Elle bougea ses doits et les approcha de son œil. Elle arrêtât son geste. Elle pouvait bouger! Elle s’était réveillée! Un instant plus tard, Elwin fit irruption dans son champ de vision.

-Comment te sens-tu?

-Plutôt bien.

Il l’aida à se redresser et ouvrit les rideaux. Deux objets attirèrent son attention sur la table de chevet. En effet, les deux magnifiques tableaux y étaient installés. Elle tourna la tête vers le lit d’en face. Keefe la regardait. Ses joues s’empourprèrent instantanément.

-Salut Foster! 

-Salut, lui répondît-elle, gênée.

Il devait avoir ressenti ses émotions quand elle s’était réveillée. Elle pensait qu'elle en serait terriblement gênée mais pourtant elle ne ressentait aucune gêne. Simplement de l’amour et une douce chaleur dans sa poitrine. Ils se fixaient depuis plusieurs minutes quand Elwin entra dans la pièce, en portant un plateau de crèmantines et d’éclateroles accompagné d’un mot. 

-C’est Edaline qui l’a fait venir ici, dit-il d’un ton joyeux.

Il le posa sur son lit et Sophie prit le mot dans ses mains.

Ma chère Sophie, 

Nous ne pouvons malheureusement pas te rendre visite immédiatement mais nous serons là en fin d'après-midi. Je suis très heureuse que tu te sois réveillée! J'espère que le jeune Sencens sera une bonne compagnie pour toi ;)!

Bisous

Edaline 

Sophie sourit puis attrapa une éclatérole. Elle en tendit une à Keefe. Leurs doigts se frôlèrent et elle rougit.

***

Edaline ouvrit la porte et sortit, vite suivie de Grady qui lançait un regard de menace. Le jeune homme sourit devant son regard. Pensait-il qu’il était capable de faire quoi que se soit à Sophie? Il gloussa en pensant à cela. Sophie lui jeta un regard intrigué puis se renversa dans son lit. La visite de ses parents l’avait sûrement épuisé. Ils avaient parler pendant quelques heures. Ils lui avaient raconté tous ce qui s’était passé pendant les dernières semaines. Sophie avait bu leurs paroles. Bien que je lui ai dit tous ce que je savais, il semblait que je n’avait pas été informé de certains petits détails tel que la visite de Tarina qui apportait des nouvelles sur les alicornes, le fait que Wylie sortait avec Linh,... 

- Attend ! Linh et Wylie sont en couple ? les avait interrompus Keefe alors que Edaline le leur avait annoncé.

- Oui, c’est bien ce que j’ai dit ! 

Elle avait l’air surexcité. Keefe savait qu’elle aimait bien s’occuper des histoires d’amour de Sophie et de ses amis. Il rougit en se demandant si elle savait qu’ils s’aimaient, Sophie et lui.

Keefe se mit alors à dessiner sur un morceau de papier qu’il avait trouvé dans le tiroir de sa table de chevet. Il jetait des coups d’œil régulier à son modèle pour être sûr d’être précis. Il dessina les longs cheveux blonds, le beau visage et le petit sourire qui l’illuminait, les yeux pétillants couleur chocolat si spéciaux, la courbe de ses épaules et ses mains tenant un des petits cadres. Il contempla son œuvre puis posa la feuille sur la table. Sophie semblait aller mieux. 

***

Sophie ferma les yeux. Elle ne parvenait pas à s’endormir avec Keefe qui la fixait. Elle appela Elwin et lui dit:

- Tu n’aurais pas un sédatif pour moi ?

- Oui bien sûr.

Il revint quelques instants plus tard avec une petite fiole.

Sophie l’avala d’une traite puis sombra dans le sommeil.

***

Sophie ouvrit ses paupières de quelques centimètres, les referma puis les rouvrit  brusquement. Keefe était assit sur une chaise à côté de son lit et la fixait de ses yeux bleu glacier. Elle rougit violemment et Keefe de même. Elle se redressa et s’assit sur le bord du lit.

"Elle est tellement belle quand elle dort", pensa-t-il.

- Tu me regardais dormir? demanda Sophie.

- Heu... oui...

- O.K...

Il détourna la tête. 

- Tu sais j’ai eu vraiment peur que tu ne te réveille pas.

- Oui.

- Je voulais te dire... Non je vais te montrer.

Il s’assit sur le lit à côté d’elle. Sophie l’observait avec une curiosité mêlée de tristesse. Elle posa ses mains sur les tempes du jeune homme. Ce contact les fit frissonner. Elle entra dans son esprit et se mit à la recherche d’un souvenir doré. Il lui montra tout ce qui s’était passé pendant qu’elle dormait : son réveille, leurs discussions, sa vision des tableaux, la larme,... Sophie ressentit tous les sentiments de l’empathe, toutes ses craintes. Elle sortit des souvenirs et le regarda. 

- Désolé, j’aurais peux être pas dû...

- Non, c’est bien que tu m’a montré.

- Mais tu as tous ressenti...

Sophie pouvait à nouveau voir sous la carapace de Keefe.

Elle prit ses mains et lui dit:

- Chut... Ne t’en fait pas, je suis là.

Alors elle s’approcha et l’embrassa. Un feu d’artifice d’émotion les enveloppèrent. Les lèvres de Sophie étaient si douces contre celles de Keefe. Elle avait le goût sucré de l’amour et la pointe amère de l’envie de protection qu’il engendrait. Il savoura ce baiser.

Soudain, des pas résonnèrent dans le couloir. Ils se séparèrent à contre cœur. Keefe se rassit sur sa chaise. La porte s’ouvrit à la volée. Fitz, Dex, Biana, Marella, Linh et Wylie entrèrent dans la pièce.

- Sophie ! Comment vas-tu ? demanda Biana qui s’était précipitée vers elle avec Marella, Linh et Dex.

- Très bien.

- Tu nous as tellement manquée!

Ils se serrèrent tous ensemble sur le lit et discutèrent de tous et de rien.

- Alors c’est vrai ? Vous êtes vraiment ensemble ? demanda Sophie à Linh et Wylie qui se tenaient la main.

- Oui, répondit Linh en rougissant légèrement.

La conversation dura plus de deux heures, puis les autres repartirent. 

- Keefe ? demanda Elwin.

- Oui ?

- Tu sais que tu peux rentrer chez toi ?

- La maison de mes parents n’est plus chez moi ! Mon père n’est même pas venu me voir alors que j’ai frôlé la mort ! hurla Keefe. Désolé Elwin, ce n’est pas contre toi... je me suis emporté.

- Ce n’est pas grave.

- Je peux rester ici?

- Oui bien sûr.

- Merci

- Alors comment ça se passe avec Sophie ? lui murmura Elwin dans l’oreille.

Keefe rougit jusqu’aux oreilles et répondit :

- Je suis fatigué, je vais me coucher.

- Désolé Keefe, je ne voulais pas être indiscret.

Puis il lui jeta un regard et vit qu’il n’était absolument plus avec lui.

- Bon... Bonne nuit Keefe.

- Bonne nuit...

Si vous voulez une suite dite le en com.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .