FANDOM


Cette page est un fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur' afin de préserver les droits de ce derniers.
Les seuls motifs de modifications acceptés sur cette page sont "Correction d'une faute de rédaction" ou "Correction d'une faute d'orthographe".

Merci de votre compréhension.


Cette fanfiction a été écrite par Teteban41.

Un nouveau membre est une fanfiction de Teteban41, écrite en avril 2020. On peut l'interpréter comme une sorte de "nouvelle bonus" au sujet de Gardiens des Cités Perdues.

Si vous y trouvez une faute d'orthographe ou de rédaction, n'hésitez pas à la corriger !

Bonne lecture !

« Un nouveau membre », avril 2020

Partie 1 : Départ

— Sophie ! Réveilles-toi !

La jeune fille se retourna dans son lit avec un grognement endormi. Serrant Ella contre elle, elle fourra son nez dans son oreiller, tandis que sa mère levait les yeux aux ciel.
Edaline s'approcha de l'oreille de la Télépathe, qui ne semblait pas décidée à se réveiller. L'Invocatrice pris un air malicieux et susurra :

— Keefe et Fitz sont là...

Sophie leva lentement la tête de son oreiller, et, les yeux écarquillés, s'exclama :

— QUOI ?!

— Et M. Forkle aussi !

— Oh non... J'arrive.

Edaline éclata de rire et sortit de la chambre. Sophie réfléchi à toute vitesse. Que pouvaient-ils tous faire ici ? Pourquoi Keefe et Fitz étaient-ils donc là ? La jeune Elfe enfila rapidement une robe rouge (elle lui allait apparemment à merveille...) et se dirigea à grand pas vers sa glace. Vertina, qui observait son manège avec attention, commença d'une voix intéressée :

— Alors, que se passe-t-il ?

— Rien... Keefe, Fitz et M. Forkle sont en bas, mais je ne sais pas pourquoi...

Le Miroir Spectral gloussa devant son empressement, et après lui avoir conseillé toute sorte d'artifices pour paraître plus "fraîche" (d'après ses mots), elle lui hurla dessus car elle avait mis trop de ceci et pas assez de cela, etc. Sophie, excédée, appela Sandor pour se renseigner :

— Tu sais ce qui se passe, Sandor ?

— Non, répondit-il de sa voix couinante. Mais je peux d'hors et déjà vous promettre que vous n'irez nul part sans moi !

— Sans blague...

La jeune fille sortit enfin de sa chambre, satisfaite. Elle n'avait pas mis trop de temps pour se préparer, et n'était donc pas trop en retard.
Elle descendit rapidement la volée de marche qui la séparait du rez-de-chaussée, et arriva dans le salon. Assis dans le canapé, M. Forkle, Keefe, Fitz, Grady et Edaline discutaient nerveusement. À l'arrivée de la jeune fille, les deux jeunes hommes se levèrent à l'unisson, ce qui fit glousser Edaline, lever les yeux au ciel à Grady et rougir les trois adolescents. M. Forkle, qui observait la scène, esquissa un sourire discret, et se leva lui aussi, plus calmement que ses deux prédécesseurs. Il commença calmement :

— Bonjour, Sophie. Comment vas-tu ?

— Bien, merci. Hum, j'imagine que vous n'êtes pas venus pour me parler de mon humeur... Ni de la pluie ou du beau temps...

— Bien, Foster ! intervint Keefe avec un clin d'œil. Je sens qu'on va s'amuser...

Portant la main à son visage, le jeune fille s'arracha un cil avec un sourire gêné à Keefe. Elle était encore ensommeillée et cette venue soudaine du chef du Cygne Noir et de ses... amis la fatiguait déjà.

— Mademoiselle Foster est épuisée, ces temps-ci, intervient Sandor avec sérieux. Il n'est pas envisageable qu'elle sorte en expédition maintenant !

— Il n'est pas question d'une "expédition" ni d'un quelconque combat avec les Invisibles, cette fois-ci, répondit calmement M. Forkle.

— Bien. Où allons-nous, alors ? s'enquit Sophie.

Keef et Fitz se rassirent, et Sophie prit place à leurs côtés. Son Apparenté n'avait pas encore parlé depuis son arrivée, ce qui étonna la Télépathe. M. Forkle croisa les bras, et commença à faire les cent pas.

— Nous avons fait une découverte... intéressante. En effet, Blizzard, que tu connais déjà, a rencontré un jeune homme qui pourrait nous aider dans la lutte contre les Invisibles.

— Et nous allons le rencontrer, c'est ça ?

— C'est cela même.

— Chouette, hein ? commenta l'Empathe.

— Oui...

Le vieil elfe esquissa un nouveau sourire, plus marqué que le premier. Il jeta un regard à Grady et Edaline, qui lui rendirent avec un signe approbatif.

— Allons-y, alors !

— Génial... marmonna Sandor.

Le chef du Cygne Noir sortit de sa poche un éclaireur, surmonté d'un cristal de saut jaune. Sophie en déduit donc qu'ils se rendaient dans les Territoires Neutres. Elle fronça les sourcils, peu heureuse de retourner dans un endroit comme la Forêt Tordue, depuis l'épidémie des Gnomes.

— Pourquoi ne sommes-nous que quatre ? s'enquit soudain Fitz. Pourquoi nous ?

— J'ai préféré emporté le moins de gens possible. Mon choix s'est tourné vers notre paire d'Apparentés et un Empathe, répondit M. Forkle. Allons-y !

Le vieil elfe tendit sa main gauche à l'Instillatrice, qui la prit après s'être arraché un nouveau cil, et l'autre à Fitz. Lorsque le cercle fut fermé par Keefe et Sandor (qui voulait bien entendu se joindre à eux), le chef du Cygne Noir brandit l'éclaireur à la lumière.
Ils disparurent sous les yeux inquiets de Grady et Edaline.

Partie 2 : Rencontre

— Où sommes-nous ? demanda Sophie.

— Dans la Terre du Milieu, annonça Keefe avec sérieux.

La jeune fille se tourna vers lui avec de grands yeux.

— C'est une blague ?

— Oui, confirma l'Empathe avec un gloussement.

Les deux jeunes hommes pouffèrent en voyant la Télépathe se pincer l'arrête du nez. M. Forkle, qui avait suivi l'échange, intervint :

— Bien essayé. Honnêtement, vous trouvez vraiment que cet endroit ressemble à la Terre du Milieu ?

Tout bien réfléchi, le vieil elfe avait raison : ils se trouvaient dans un endroit très étrange. On aurait dit une sorte de grange, rappelant une ferme, mais le bois utilisé pour la construction du bâtiment était rougeâtre et des lanternes en toile orangée éclairaient les environs, plongés dans le calme de la nuit.
Les étoiles semblaient bouger aux yeux de Sophie, avant qu'elle ne se rende compte qu'il s'agissait de sortes de lucioles émettant une lumière argentée. Habituée aux demeures cristallines des Elfes, elle ne s'attendait pas à trouver un endroit pareil si prêt des Cités Perdues. Le lierre parcourait les murs du bâtiment, et un bois commençait à une dizaine de mètres. L'air était doux, et Sophie se félicita d'avoir opté pour une robe légère.

— C'est un bel endroit, remarqua Fitz.

— C'est vrai, acquiesça M. Forkle, mais nous ne sommes pas venus ici pour étudier les architectures non-elfiques.

— Dommage, intervint Keefe, Fitzou adore l'architecture. Pas vrai, Fifi ?

L'intéressé, autant exaspéré par le pseudonyme que par l'allusion, grogna pour signifier son agacement.
Sophie, se désintéressant de la conversation, s'avança jusqu'à une porte découpée sur l'un des murs du bâtiment. L'entrée, simple, disposée d'une poignée en dessous de laquelle était visible une serrure. Une cloche était pendue à la poutre qui surplombait l'ouverture. M. Forkle la rejoignit, suivi un peu plus loin des deux jeunes hommes qui se chamaillaient pour une raison inconnue, mais la Télépathe avait réussi à déceler le mot "Fifi" dans leur conversation.

— Sonne, nous sommes attendus, conseilla M. Forkle à l'adresse de Sophie.

Avec un instant d'hésitation, l'Instillatrice secoua la cloche. Quelque secondes passèrent avant que la porte ne s'ouvre. Toutefois, la façon dont cela se fit inquiéta Sophie au plus haut point. En effet, lorsque la porte fut entièrement ouverte, personne n'était derrière. Fitz et Keefe avaient arrêté leurs bavardages et fixaient l'ouverture avec le même malaise que Sophie.

— Euh... C'est normal, ça ? demanda le jeune Télépathe à M. Forkle.

— Oui, lui répondit-il avec un clin d'œil (si, si). La personne que nous allons rencontrer est un elfe, il maîtrise donc la Télékinésie, comme vous. Il doit être occupé à autre chose, voila tout.

Sophie poussa un soupir exaspéré. Comment avait-elle pu ne pas y penser ? Le vieil elfe entra, et elle le suivit. L'intérieur, curieusement, lui rappela une maison humaine de campagne. Le mobilier en bois, de petites chandelles éteintes, une cheminée où des branche brûlaient... L'endroit paraissaient à la fois triste et chaleureux.

— Thaumas ? appela M. Forkle. Où es-tu ?

Thaumas ? Sophie réfléchit un instant. Cela sonnait beaucoup plus humain que les prénoms "Alden", "Keefe" ou "Gethen".

— Ici ! répondit une voix masculine émanant d'une porte entrouverte.

Le vieil elfe se dirigea vers l'endroit d'où provenait la réponse. Se tournant vers les trois jeunes gens qui n'avaient pas bougé, il leur déclara :

— Suivez-moi, nous allons rencontrer ce pour quoi nous sommes venus.

Il s'engouffra par la porte dans la pièce, et Sophie le suivit à contrecœur, ainsi que Fitz et Keefe.
La pièce dans laquelle ils pénétrèrent ressemblait à une sorte de forge ou d'atelier. Le deuxième terme convenait d'ailleurs mieux car la salle était apparemment divisée en plusieurs "quartiers". L'un était dédié à la métallurgie, un autre contenait un établi où plusieurs pièces électroniques étaient entreposées, et un dernier semblait être un lieu d'expositions d'objets curieux, allant d'un télescope doté de trois lunettes en argent jusqu'à un cube de bois orné de runes, en passant par un sceptre usé surmonté d'un minéral taillé et poli qui ressemblait fort à un cristal de saut.
Le quartiers "électronique" aurait incité Sophie à penser que leur hôte était un Technopathe, mais elle en doutait. Le Cygne Noir comptait déjà dans leurs rangs un Elfe ayant ce talent, Mécano, qui était très compétant. De plus, Dex, qui était lui aussi très performant, faisait partie de l'organisation. Pourquoi en vouloir un troisième ?
C'était dans le quartier "électronique" que se trouvait l'elfe qu'ils devaient rencontrer. Sophie crut rêver en l'apercevant.

D'une beauté extraordinaire, il s'agissait d'un jeune homme assez grand, plus que Keefe et Fitz, qui avait la peau légèrement plus sombre qu'eux. Ses yeux étaient d'un bleu canard très pale, qui contrastait avec ses cheveux blonds, presque argentés tant ils étaient clairs. C'était l'un des elfes les plus curieux que Sophie ai jamais vu. Presque aussi étrange qu'elle : ses oreilles étaient légèrement pointues, comme celles d'un Ancien, alors qu'il ne semblait avoir pas plus de 19 ans.
Bien bâti, il semblait à l'étroit dans son pourpoint. Ses cheveux, mi-longs, étaient retenus par un bandeau qui le faisait paraître pour un aventurier.

— Hum... Bonjour... ? commença le jeune homme d'un ton hésitant.

Sortant de sa torpeur, la jeune fille s'aperçu qu'elle était restée à le contempler pendant de longues secondes (tout comme Keefe et Fitz, étant donné leur air ahuris). Reprenant contenance, elle se racla la gorge, la figure cramoisie.

— Euh... Oui, oui, enchantée, monsieur... s'empressa-t-elle de répondre.

Le visage de leur hôte se fendit d'un sourire. M. Forkle, quant à lui, peinait apparemment à ne pas pouffer. Keefe et Fitz saluèrent à leur tour, puis portèrent à grand intérêt à leurs pieds, si bien qu'ils les fixaient obstinément. La jeune fille aurait trouvé la situation comique si elle ne n'était pas sur le point de faire de même.

— Vous pouvez tous m'appeler Thaumas, je me sentirais plus à l'aise, affirma le jeune homme.

Keefe, qui paraissait avoir du mal à détacher son regard de ses pieds, réussit pourtant à redresser la tête pour marmonner un tout petit "D'accord...".
Thaumas gloussa et reprit la parole :

— Sans vouloir être... envahissant, pourrais-je moi aussi connaître vos prénoms ou surnoms ? Ce sera plus simple pour moi que de vous appeler "Heu... Toi, là ! Non, pas toi...", vous comprenez ?

Keefe réussi l'exploit de relever une seconde fois la tête pour déclarer :

— Je m'appelle Keefe. Keefe Sencen

— Keefe Sencen... Ce nom me dit quelque chose... répondit Thaumas avec un froncement de sourcil.

Il jeta un regard en coin à M. Forkle, qui fronça les sourcils à son tour.

— Mais ce doit être sans importance, affirma-t-il. Et toi, comment t-appelles-tu ? continua-t-il à l'adresse de Fitz, après avoir serré la main de Keefe.

Sophie failli pouffer devant ce changement de sujet complètement indiscret, mais n'en dit rien.

— Je m'appelle Fitzroy Avery Vacker. Mais je préfèrerais que vous m'appeliez Fitz, c'est plus simple.

Thaumas laissa échapper un petit rire, et lui serra la main, comme il avait fait avec Keefe.

— Je pense que je vais t'appeler comme ça, oui, répondit-il. Et toi ? à l'adresse de Sophie.

— Sophie Foster.

— Ah... La fameuse Sophie Foster ! s'exclama Thaumas.

Quoi ? Il la connaissait ? Remarque, tout le monde connaisssait Sophie Elizabteh Foster, à présent...
Les yeux de leur hôte étincelèrent.

— Sophie, j'ai une grande nouvelle pour toi.

— Ah bon ? Mais quelle genre de grande nouvelle ?

— Je suis ton demi-frère.

Partie 3 : Révélations

Est-il possible à une mâchoire inférieur de se décrocher ?
C'est ce qui faillit arriver à Sophie en apprenant la nouvelle. Apparemment, Fitz, Keefe et elle étaient tous les trois médusés par la nouvelle.

Comment pouvait-on ressentir autant d'émotions contradictoires en même temps ? s'étonna Sophie face au flot ininterrompu de surprise, de joie et d'incompréhension qui la submergeait. Mais une de ces émotions, plus marquée que les autres, l'étonna au plus haut point : la déception. De quoi ? La jeune Télépathe mis quelques instants à le comprendre.

Elle n'avait jamais vu un elfe si beau, et cela l'avait tant marqué que, inconsciemment, elle était presque tombée amoureuse de ce jeune homme improbable, trouvé au milieu d'une ferme toute en bois. Elle reprit lentement ses esprits en voyant Keefe, qui était sortit de sa torpeur avant elle, lui lancer un regard en coin. Avait-il saisi l'essentiel dans ce flot d'émotions ? L'Instillatrice espérait que non, et rougit en pensant aux nouveaux problèmes qui auraient été engendrés par cette rencontre.

Mais elle s'écartait du problème principal. Thaumas était son frère. Ou plutôt son demi-frère. Mais...

Un demi-frère ? Comment était-ce possible ?

— Je... Je ne comprend pas, avoua Sophie.

— Et bien, je suis ton demi-frère. Nous n'avons pas la même mère, mais ton père et le miens sont une seule et unique personne.

L'information mit quelques instants à se frayer un chemin dans l'esprit de Sophie. Et soudain, elle se rendit compte d'une autre information qui lui avait échappée. Si Thaumas était son demi-frère du côté de son père, alors il connaissait l'identité de ce dernier !
Les yeux de Fitz, qui était arrivé à la même conclusion, étincelèrent.

— Mais alors, tu connais... poursuivit l'Instillatrice, avec une excitation contrastée par la crainte.

Elle laissa sa phrase en suspens, n'osant pas la terminer. M. Forkle, qui n'avez pas bronché devant la nouvelle - il devait sans doute être au courant, songea Sophie -, se pencha légèrement, attentif aux événements qui allaient suivre.
Plus étrange : il ne semblait pas vouloir interrompre Thaumas pour l'empêcher d'en dire trop. Était-il temps pour Sophie de connaître l'identité de son père biologique ? Elle en doutait fort, mais la jeune Télépathe était prêt à recevoir les informations.

Keefe, ayant lui aussi compris, avait tourné son regard vers leur hôte, dans l'expectative. Ce dernier, gêné que toute l'attention soit tournée vers lui, prit la parole d'un ton mal assuré :

— Hum... Vous... Vous allez peut-être trouver ça idiot, mais je ne connais pas l'identité de mes parents. Et Errol ne veut pas me révéler cette information... (Il jeta un regard éloquent à M. Forkle) Apparemment, c'est pour mon bien...

— J'ai déjà entendu ça... approuva Sophie.

Fitz paraissait vraiment frustré. Son Apparentée l'était tout autant, mais sa déception rivalisait avec son soulagement. Quand à Keefe, la Télépathe le vit émettre un petit soupir de soulagement.

M. Forkle, qui s'était confortablement installé sur un siège (qu'il avait déniché on ne sait où), ne releva pas la remarque et commença à étudier Thaumas avec attention. « Il le connaît si peu que ça ? » songea Sophie.

— Bon... commença leur hôte. Venez dans le salon, on y sera mieux pour discuter. Suivez moi !

M. Forkle soupira et marmonna dans sa barbe en se redressant. Thaumas s'engouffra par la porte d'où ils étaient venus et les quatre visiteurs le suivirent. Leur jeune hôte s'assit sur un fauteuil, et leur fit signe de faire de même sur le canapé en face de lui.

— Allez-y, asseyez-vous.

Les trois jeunes marmonnèrent un merci. Sophie se sentait de plus en plus mal-à-l'aise avec ce demi-frère. Elle le connaissait extrêmement peu, et ses oreilles pointues la déstabilisaient complètement. Quel âge pouvait-il bien avoir ? Il paraissait jeune, sortant à peine de l'adolescence, et bien que les elfes n'étaient pas atteints physiquement par l'âge, il semblait plus jeune qu'Alden, Grady ou Oralie.
Piqué par la curiosité, Sophie s’apprêtait à le questionner à ce sujet, mais il la devança :

— Waouh ! Tes yeux sont vraiment étranges. Juline me l'avait dit, mais ça me surprend encore plus maintenant. C'est assez joli, en fait.

Le pauvre petit cœur de Sophie fit un bon dans sa poitrine. « Arrête de t'embaler, lui ordonna-t-elle mentalement, c'est ton frère ! »
Prenant son courage à deux mains, elle demanda finalement :

— Excuse moi, mais... Quel âge as-tu ?

Thaumas esquissa un sourire triste. Apparemment, la question taraudait également Keefe et Fitz, car ils se redressèrent légèrement, attendant la réponse. Le jeune homme prit la parole d'une voix amusée :

— Je me douté que l'un de mes visiteurs me poserait cette question. J'ai 18 ans.

Le niveau de Sophie mist quelque instants à intégrer l'information. 18 ans ! L'âge de Fitz... Pourtant, Thaumas était beaucoup plus grand que le Télépathe (qui n'était d'ailleurs pas spécialement petit...). Et c'est oreilles...
L'Instillatrice était interloquée. Un elfe encore plus bizarre qu'elle ? Était-ce possible ? Comme pâr hasard, cet elfe était bien entendu son frère...

— Et vous ? Si la question n'est pas trop indiscrète... reprit Thaumas.

— J'ai 18 ans aussi, annonça Fitz. Sophie a 16 ans et Keefe en a 17.

La jeune fille jeta un regard reconnaissant à Fitz. Elle en avait marre de toujours devoir répondre aux questions, et cela lui faisait du bien que quelqu'un prennent le relais.

— Et le Forklenator en a 6789, ajouta Keefe avec sérieux.

Le principal intéressé leva les yeux au ciel devant la boutade de l'Empathe. Fitz se trémoussa sur le canapé, voulant apparemment poser une question qui le taraudait. Quand il ouvrit la bouche, le silence était revenu :

— Avez-vous un talent ?

— Ahah ! Je me doutais aussi que cette question allait être posée... répondit leur hôte avec un grand sourire. C'est d'ailleurs le principal objet de notre rencontre. Avec mon lien de parenté avec Sophie, bien entendu.

Piquée, encore une fois, par la curiosité, la Polyglotte attendit nervuesement le développement de son demi-frère.
Mais ce n'est pas de lui que vint l'information :

— Tout à fait, intervint M. Forkle. Un talent qui nous sera très utile. Ou plutôt deux...

— QUOI ?! s'écrièrent simultanément Keefe, Fitz et Sophie.

Le sourire de Thaumas se fit mystérieux lorsqu'il prit la parole :

— Je suis Instillateur et Fluctuateur.

Partie 4 : Disparition

— Co... Co... Co... Comment est-ce possible ?

Sophie s'ébroua et regarda successivement M. Forkle et son demi-frère, complètement déboussolée. Le vieil elfe avait jeté un regard en coin à Thaumas, mais n'avait rien rajouté.
Encore une fois, les trois prodiges mirent plusieurs secondes à recouvrer leurs esprits.

La jeune Télépathe fut alors frappé d'une certitude : le jeune homme mentait. Elle ne savait d'où elle tenait cette information, mais elle en était sure.

— Je... Pourriez-vous nous livrer une preuve ? interrogea-t-elle.

Le chef du Cygne Noir esquissa un sourire malicieux et se tourna vers leur hôte. Keefe et Fitz semblaient surpris par la question inattendue de Sophie.

— C'est que... Pour la Fluctuation, je peux, mais ça risque d'être un peu plus compliqué pour l'Instillation... répondit-il.

Il n'avait pas tort... La seule manière de le savoir était d'Instiller en quelqu'un, ce dont elle se serait volontiers passer.
Cependant, quelque chose clochait, la jeune fille en était sûre. Elle reprit donc la parole, parfaitement calme, à présent :

— Et bien commencez par la Fluctuation.

— Bien, répondit-il. Tu peux me tutoyer, tu sais.

Il leva la main vers la table de bois du salon et la posa sur la surface lisse. Il ferma les yeux quelques secondes puis la retira. Sous les yeux étonnés de Sophie, il laissa tomber un verre sur la surface où il avait posé sa main. L'objet traversa le bois sans rencontrer de résistance. Il tomba sur le tapis posé au sol avec fracas.

— Bon... Au moins, on est fixé, plaisanta Fitz.

Sophie réfléchissait encore à ce qu'elle venait de voir quand elle se rendit compte d'une chose, qui, depuis leur arrivée, lui avait échappé :

— Minute... OÙ EST SANDOR ?!

Honteuse de ne pas l'avoir remarqué plus tôt, Sophie rougit avant de se lever d'un bon. Ses amis avaient l'air tout autant surpris qu'elle, ce qui la soulagea un peu.

— Euh... J'ai raté quelque chose, là ? demanda Thaumas alors que l'Instillatrice se précipitait vers la porte. Qui est Sandor ?

— Le garde du corps gobelin de Sophie, expliqua M. Forkle. Il avait insisté pour venir, mais, maintenant que j'y pense, je ne l'ai pas revu depuis notre départ de Havenfield...

Sophie ouvrit la porte d'entrée et je ta un œil dehors. La nuit était calme et aucun danger ne semblait les menacer.
La jeune fille se retourna vers le vieil elfe, affolée.

— Est-ce possible de se perdre lors d'un saut lumineux ? demanda-t-elle avec anxiété.

— À ma connaissance, ce n'est encore jamais arrivé, lui assura M. Forkle. Qui te dit qu'il s'est "perdu" dans le saut lumineux ? Il s'agit là de se faire porter pas la lumière, et non d'emprunter une quelconque route. Le seul risque lors de ce genre de transport est l'évaporation, hors nous nous serions rendus compte de l'état de Sandor si il nous était seulement apparu.

Sophie se retourna vers lui et s'écria d'une voix apeurée :

— Mais... Qu'est-ce qui a pû lui arriver, alors ?

— Ce qui est sur c'est qu'il n'était pas là quand on est arrivés, j'en mettrais ma main à couper, intervint Fitz.

Keefe acquiesça. L'Instillatrice, anxieuse, porta tour à tour son regard sur toutes les personnes présentes dans la pièce, et s'arrêta sur Thaumas, qui suivait la scène avec attention, même s'il ne paraissait pas comprendre toute l'affaire.
Voyant le regard de sa demi-sœur, il déclara d'un ton innocent :

— Inutile de me regarder comme ça, je ne sais pas où est votre Gobelin. Quand vous êtes arrivés, vous étiez seuls, j'en suis sûr. Et de toute façon, je n'ai vu les Gobelins que dans les livres et les contes, donc je pense que j'aurais remarqué un grand être gris super musclé...

Étonnée, Sophie fronça les sourcils. Son frère n'avait vu les Gobelins qu'en dessin ? Voila qui était étrange et... Inattendu.

Mais ce n'était pas le plus important. Retourna dans l'encadrement de la porte, elle murmura, effrayée par la tournure des événements :

— Sandor, où es-tu, bon sang ?

Partie 5 : Recherche

Se retournant vivement vers Thaumas, Sophie s'exclama :

— Tu ne sais pas ce qui a pu se passer ?

Son frère la regarda d'un air triste puis prit la parole :

— Honnêtement, non. Ce domaine n'est presque pas protégé, et il n'y a aucun "filtre" ou quoi que ce soit d'autre qui empêchent les Gobelins d'atterrir ici. Je suis aussi perdu que vous.

La jeune fille fit quelques pas à l'extérieur de la maison, mais s'arrêta assez vite. L'obscurité était trop profonde, elle n'y voyais rien, et sans la présence de son garde du corps le plus dévoué à ses côtés, elle se sentais horiblement vulnérable.
Mais ce qui la dégoûtait le plus, c'est qu'elle ne se soit pas rendu compte de l'absence du Gobelin. Elle s'arracha un cil en pensant aux excuses qu'elle devrait fournir en supportant la voix couinante du garde...

— Tu as une lampe ou un truc qui s'en rapproche, interrogea Sophie au Flucuateur.

Ce dernier aquiesça par un signe de tête et retourna dans l'atelier où ses visiteurs l'avaient trouvé en arrivant.
Il revint après quelques instants avec dans une lanterne qui émettait une lueur faible.

— Que veux-tu faire, au juste ? demanda-t-il à sa sœur.

— Inspecter l'extèrieur, répondit-elle avec une voix qu'elle déplora tremblante.

Alors qu'elle se dirigeait vers la porte, Fitz se leva et s'approcha d'elle. Si près que le cœur de la Polyglotte s'emballa.

— Je t'accompagne, déclara simplement le Télépathe dans un murmure.

— D'accord, acquiesça la jeune fille en baissant les yeux vers ses pieds, recquiérant tout d'un coup toute son attention.

Il y eut un moment de flottement pendant lequel les secondes semblèrent durer une éternité. Thaumas se racla la gorge pour couvrir un gloussement devant la mine renfrognée de Keefe et celle, troublée de Sophie. Il ne put cependant dissimuler un léger sourire amusé.
L'Empathe s'eclaircit la voix puis lanca d'un ton narquois :

— Ne vous perdez pas, ce serait dommage, on serait obligés de partir à votre recherche à notre tour.

— Ne t'inquiète pas, on sera prudents, assura Fitz. Tu viens ? continua-t-il à l'adresse de Sophie.

Elle hocha la tête, et ils sortirent de la maison. L'obscurité n'avait pas faibli depuis leur arrivée, et la lanterne n'éclairait pas beaucoup, mais l'Instillatrice avançait à présent avec plus de détremination.

Au bout de quelque mètres, Fitz déclara :

— Tu ne pourrais pas traquer ses pensées, pour que nous le découvrions plus vite ?

— Mais oui ! s'exclama son Apparentée, en se maudissant de ne pas y avoir pensé plu tôt.

Elle étira sa conscience, et trouva le Gobelin presque instantanément. Mais son esprit, proche, était étrange. On aurait dit qu'il était en transe, ou qu'il dormait.

Que se passait-il ?

À suivre...

Table des liens (LinkTable)

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .