Cette page est une fanfiction, élaborée par un des utilisateur de cette communauté. Merci de ne pas la modifier, sauf autorisation de l'auteur afin de préserver les droits de ce dernier.
Les seuls motifs de modification acceptés sur cette page sont « Correction d'une faute de rédaction » ou « Correction d'une faute d'orthographe ».

Merci de votre compréhension.

(Par Orage d'Espoir)

Présentation :

Vacker la vérité.png

Vacker. Ce nom symbolise honneur, fierté et puissance. Les Vacker sont sûrement la famille la plus connue des Cités Perdues. Leur honneur est indéniable. Les Vacker sont connus pour leur famille. Elle compte de nombreux elfes ayants été reconnus pour leur prouesses. Fallon Vacker l'un des fondateurs du Conseil. Luzia Vacker, dorénavant connue pour avoir cachée une ruche d'elfe à Everglen, la demeure ancestrale qui se transmet de génération en génération. Orem Vacker, fils de Luzia connu pour son talent lors des festivals Célèstes. Suite à cela, tous les Vacker sont voués à être reconnus de tous et se montrer honorable, mais que se passe-t-il réellement dans leurs esprits ? Ont-ils tous cette envie de combler l'honneur ? De devenir puissant ? Ou alors ont-ils envie d'une vie paisible et heureuse ? D'une vie sans aucune pression ? Une vie en étant soi-même ?  Venez découvrir les sombres pensées des Vacker vis à vis de leur honneur.

 1 : Alden

Un passé bien triste.

Alden se baladait dans Everglen. Depuis quelques temps ses enfants n'étaient plus les mêmes, il se doutait que cela devait être dû au coma de Keefe, qui était comme leur second frère, mais il savait que quelque chose lui échappait. Biana était souvent dans la lune et sursautait à chaque fois que quelqu'un lui adressait la parole, elle ne prenait même plus plaisir à rendre fou Fitz et Alden en s'éclipsant à l'aide de son talent. Quant à Fitz il n'était plus aussi "bavard" si cela était le terme adéquat. Il ne parlait plus, était sans arrêt dans ses pensées, mais surtout il passait moins de temps chez Sophie. C'était surtout ce point qu'Alden trouvait intriguant. Il lui semblait qu'ils étaient en couple. Alden se décida donc d'avoir une discussion avec son fils. Il se dirigea vers sa chambre et toqua doucement avant d'ouvrir.

- Fitz ? Pouvons-nous parler ? demanda-t-il dans l'embrasure de la porte.

- Bien sûr, de quoi veux-tu parler ? demanda son fils en se redressant sur son lit.

Alden ferma la porte derrière lui et alla s'asseoir à côté de son fils avant de plonger son regard aigue-marine dans le sien.

- Pourquoi ne passe-tu plus autant de temps avec Sophie ? Elle a besoin de son petit-ami, déclara-t-il.

Fitz se rembrumit aux mots "petit-ami" sans qu'Alden ne comprenne pourquoi. Voyant la détresse de son père le jeune homme répondit :

- Nous ne sommes plus ensemble, je l'ai quitté.

- Quoi ?! Pourquoi ? s'exclama Alden surpris.

- Elle a....découvert quelque chose, mais elle ne voulait pas me le dire et c'était pas rapport aux assortiments, répondit Fitz en choissisant ses mots avec soin.

- Mais pourquoi l'as-tu quitté sur une histoire d'assortiment ? C'est stupide ai-je envie de dire, dit Alden.

Alden n'aurait pas dû dire cela, car son fils se leva d'un bond et explosa de rage.

- Pourquoi je l'ai quitté pour ça ?! MAIS À CAUSE DE VOUS ! Les Vacker sont obligés d'être les meilleurs partout ! Doivent être parfait ! Je devais combler notre honneur pour vous ! A cause d'Alvar ! C'est de VOTRE faute si j'ai dû la quitter ! cria-t-il les yeux humides avant de quitter la pièce en claquant la porte.

Alden regarda son fils ahuris. Si seulement Fitz savait les sacrifices qu'il avait dû enduré. S'il savait la vérité...

Alden se leva et alla dans son bureau, il s'installa à ce dernier. A peine fut-il assie que Quinlin arriva.

- Excuse-moi de te déranger, mais le Conseil tient à ce que tu tiennes un discours au festival qui sera organisé dans les deux prochains mois.

- Quel genre de discours ? Et pourquoi un festival ? demanda Alden.

- Un festival pour célébrer la Brigade Intrépide et un discours pour dire que la population est en sécurité avec eux, répondit Quinlin tête basse.

- Un discours sur une sécurité totalement inexistante ? Pourquoi moi d'abord ?

- Oui je sais, et toi, car tu es un Vacker, ta renommée est grande, bien trop grande pour être ignorée, donc le Conseil sait que la popualtion appliquera tes ordres, car tu es sage et tes conseils ne peuvent être ignorés.

- Bien, pourrais-tu me laisser seul je te prie ? répondit Alden.

- Bien entendu, mais souviens-toi que nous avons toujours le choix, dit Quinlin avant de disparaitre.

Alden soupira et laissa son esprit s'envolé à recherches de souvenirs...

Il était dans sa chambre à Everglen, il devait avoir entre dix et onze ans. Il étudiait des livres que son père lui avait donné pour sa future rentrée à Foxfire. Mais alors que le jeune Alden étudiait, il entendit des cris. Il descendit dans le salon et se cacha pour épier ses parents :

- Ce n'est qu'un enfant ! criait une belle femme aux cheveux bruns et aux yeux bleu aigue marine.

- Il doit être prêt pour faire pérpétuer l'honneur ! répondit un homme blond aux yeux bleu ciel.

- Mais et s'il n'avait pas envie de tenir cet honneur maudit ? Il a le droit d'avoir le choix !

- Non ! Il n'aura pas le choix ! Soit il est un Vacker soit il n'est rien ! C'est un Vacker, il se doit de tenir notre honneur, s'il veut faire partie de la famille du moins, répondit l'homme avant de quitter la pièce.

Le jeune Alden regarda son père quitter la pièce et se dirigea vers sa mère qui s'était écroulé au sol en sanglots.

- Maman ? Est-ce que ça va ? demanda-t-il d'une petite voix.

- Oui, ce n'est rien, viens là mon chéri, j'aimerais que tu me fasse une promesse, répondit-elle en séchant ses larmes.

- Bien sûr quelle est-elle ?

- Promets-moi, de tenir cet honneur, aussi maudit soit-il, mais aussi de faire le bon choix le moment venu, répondit sa mère.

- Je te le promets.

Alden avait cette promesse sans réfléchir, pourtant il ne la regrettait pas, bientôt il ferait ce choix qui changerait tout. Suite à cette promesse il n'avait fait qu'étudier, étudier et encore étudier, il n'avait pas vraiment eu d'amis, il restait dons son coin à travailler sa télépathie et certains de ses dons pour rendre fier son père. Mais ça n'avait jamais été assez, lorsqu'il avait présenté Alina à ses parents son père avait frôlé l'arrêt cardiaque. Il avait alors prit Alden à part, après la présentation, et ils avaient eu cette discussion.

- Tu dois la quitter, elle n'est rien dans notre monde, aucune influence, aucun honneur, rien, avait déclaré son père.

- Mais je l'aime ! avait répondu Alden beaucoup moins sage et réfléchi qu'aujourd'hui.

- Je me fiche de cela ! L'honneur est plus important que l'amour !

Cette phrase avait marqué Alden à jamais. Cette phrase l'avait térrorisé, il avait alors quitté la pièce et avait sauté dans un endroit qu'il ne connaissait même plus aujourd'hui. Il avait longuement réfléchi à la situation et avait prit pour décision de rester avec Alina, mais au bout de quelques années sa décision fut modifiée.

Il s'était rendu compte que son amour pour Alina n'était pas aussi puissant qu'il ne le croyait, mais surtout son père avait continué de lui dire de la quitter, et Alden avait fini par céder.

- Je suis navré Alina, mais nous devons cesser notre relation ici, avait-il dit d'une voix nouée par l'émotion.

Alina qui était autrefois impulsive avait rétorqué :

- Maudit Vacker sois-tu Alden !

Voilà la phrase qu'elle avait prononcée avant de s'enfuir en courant. Alden s'était longuement sentit coupable, jusqu'à que ses parents lui présentent Della, de longues années plus tard. Malgré leur siècle d'écart ils s'entendaient merveilleusement bien. Leur relation avait alors commencée puis ils avaient décidés de se marier, Alina avait interrompu ce mariage, et ce souvenir Alden préférait le passer sous silence.

Puis était venu Alvar, leur premier né, avec Della ils lui avaient offert tout ce dont il avait besoin, mais près de douze années après était venu Fitz, puis Alvar fut oublié. Cela fut pire quand Biana arriva...

2 : Della 
Della.jpeg

Elle n'est que l'ombre de son mari.

— Inconnu

Della se trouvait à Havenfield, elle discutait avec Edaline. L'éclipseuse avait besoin de se changer les idées, entre ses enfants qui ne parlaient plus, Keefe dans le coma, Della ne savait plus que faire pour leur redonner le sourire, elle avait tentée les blagues qu'ils aimaient tant enfants. Les photos souvenirs, mais rien à faire, aucune sourire, même pas un embryon. Lorsqu'elle était venue voir Edaline pour une affaire du Conseil l'invocatrice avait vu son trouble et lui avait dit de venir pour une journée shopping, dès qu'Edaline fut prête elles sautèrent en Atlantide et commencèrent les achats. Edaline fit tout pour aider Della et cette dernière mit du coeur à lui sourire, elle trouva même une robe pour Sophie qu'elle pourrait porter lors d'un évènement particulier. Edaline avait approuvé, même si Sophie ne serait pas du même avis. Une fois les achats finis elles allèrent se trouver un restaurant pour manger en toute tranquilité, mais les murmures des passants tels que "C'est la femme d'Alden" "c'est la mère de Fitz l'apparenté de Sophie" ou encore "C'est la mère d'un traitre" ne passèrent pas inaperçus, ni à Edaline, ni à elle.

- Ne les écoutes pas ils sont idiots, déclara l'invocatrice d'une voix douce.

- Je m'en doute, mais je ne m'y fait toujours pas. Sinon, quoi de beau avec Sophie ? demanda Della pour changer de sujet.

- Elle passe beaucoup de temps au chevet de Keefe, mais elle se referme peu à peu sur elle même. J'ai surtout peur de cela, mais aussi elle semble perdu entre ses sentiments pour Fitz et Keefe, répondit Edaline songeuse.

- Ah les amourettes de jeunesse, quelle belle époque ! À ce moment-là notre seul souci était de choisir la robe à porter pour le gala de vannage. Ou alors quel prétendant devons-nous choisir ?

- Oui, tu te souviens de cette soirée avec Grady, Juline et Kesler ? On s'était tellement amusés ! Je ne comprends pas pourquoi Sophie et ses amis ne profitent pas de leur jeunesse pour faire des soirées comme celle-ci, dit Edaline avec un air rêveur.

- Bah, si Biana tient bel et bien de moi vaut mieux pas ! J'avais donné comme gage à Grady de t'embrasser tout de même !

- Et ? C'est grâce à toi que je suis mariée ! répondit Edaline en riant.

Della ne tarda pas à se joindre au rire de son amie, elle riait de bon coeur pour la première fois depuis un bon moment, mais un passant vint gacher sa joie en disant, d'une manière qui se voulait discrète :

- Elle n'est que l'ombre de son mari.

Cette phrase toucha Della en plein coeur, sans un mot elle se leva et sauta à Everglen, elle courut dans sa chambre qu'elle ferma à clé et se laissa tomber au sol secouée de sanglots.

- Pourquoi ? Je n'ai jamais voulu être une Vacker ! Pourquoi ai-je accepetée d'en devenir une ?!

"Pour l'amour" lui dit une petite voix dans sa tête. Oui, pour l'amour, même s'il n'avait pas commencé sur les meilleures bases. Della leva les yeux vers le ciel, qui était visible de la fenêtre, et laissa ses souvenirs enfouis revenir à la suface.

Della devait avoir vingt-deux ans environ, elle avait terminé les niveaux d'élites et pouvait enfin revoir ses parents. Mais quand elle arriva chez elle sa mère lui avait annonçé :

- Tu es centième sur la seconde liste d'Alden Vacker, son gala de vannage. Il a lieu demain soir, tu y vas.

Et sans attendre de réponse elle avait tourné les talons et s'en était allé, laissant une Della stupéfaite sur place. L'éclipseuse était monté dans sa chambre et avait bougonné toute la journée. Les Vacker ! Elle ne pouvait les voir en peinture ! Toujours à être parfaits, toujours intelligents, toujours accueillis d'un tapis rouge, toujours honorés, toujours admirés, toujours superficiels surtout ! Et elle allait devoir danser avec l'un d'eux ! Mais quelle plaisanterie, elle avait fortement espéré que ce n'était qu'un cauchemar, mais non, le lendemain venu sa mère lui avait fait essayer des tonnes de tenues jusqu'à trouver une robe bleu aigue-marine qui lui allait à merveille et faisait ressortir sa grande beauté. Della n'avait pas rechigné, mais elle n'en pensait pas moins. Elle était alors allée à ce gala, et elle eut un coup de coeur immédiat pour le Vacker dénommé Alden. Il n'était pas comme les autres, elle le savait, il avait l'air plus calme, plus réfléchi, plus modeste et moins superficiel. Ils avaient dansé, parlé et l'éclipseuse avait commencé à se prendre d'affection pour lui.

Bien des années plus tard, leur mariage eut enfin lieu, malgré l'interruption d'Alina, l'ancienne conjointe d'Alden, la cérémonie s'était bien déroulée jusqu'à cette question :

- Alors, voulez-vous prendre Alden pour épux et prendre le nom de Vacker ?

Cette phrase avait pétrifiée Della sur place. Etait-elle vraiment en train de devenir une Vacker ? Mais elle aimait Alden, elle voulait passer sa vie avec lui, fonder une famille. Elle avait alors répondu :

- Bien-sûr que je le veux.

La cérémonie avait alors réellement commencé, mais Della ne faisait que de se poser des questions durant tout le long : Etait-elle vraiment devenue une Vacker ? Venait-elle vraiment de rompre ses principes ? Mais surtout, deviendrait-elle comme eux ?

La soirée avait commencé entre tourments et questions, mais Alden avait réussi à lui faire oublier tout ça.

Encore des années plus tard, Della avait donné naissance à Alvar, elle l'avait aimé et toujours fait en sorte qu'il soit heureux, mais quand Fitz arriva elle ne lui accordait plus autant de temps et d'amour, ce qu'elle gardait pour Biana et Fitz. Pour compenser son manque de présence elle lui avait offert des cadeaux, mais ce n'était suffisant, elle s'en rendait compte à présent. Si elle avait été plus présente, il ne serait pas devenu ainsi. Il serait resté avec eux, Fitz n'aurait pas tenté de le tuer, et il ne serait pas haï.

- Je suis désolée mon fils, rien n'est de ta faute, tout est de la mienne et de ce nom de famille maudit...

3 : Alvar

L'enfant oublié.

Alvar était allongé dans l'herbe, il se trouvait dans une plaine verdoyante où le soleil brillait de mille feu. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas ainsi profité de son temps libre. En même temps entre sa vie avec les ogres, sa vie de Vacker et les Invisibles il n'avait pas eu beaucoup de temps à lui, et désormais il lui en restait encore moins, lorsqu'il avait failli se noyer dans la rûche par la faute de son frère, il était parvenu à retenir son souffle. Mais un poison dans la rûche s'était infiltré dans son sang et ses poumons, un poison qui le consummait de l'intérieur. Alvar se leva et marcha, son corps autrefois élancé et athlétique n'était plus qu'un corps squelletique, il avait des cernes qui lui donnaient un air de panda, il ne pouvait même plus parcourir vintg mètres sans être secoués de toux, il était infiniment reconnaissant à Sophie et Keefe de l'avoir laissé partir. Au moins pouvait-il profiter avec tranquilité de ses derniers jours. Enfin c'est ce qu'il croyait jusqu'à qu'il voit son frère. Fitz, il se trouvait là à tourner en rond, Alvar se rendit invisible et s'approcha de lui avec discrétion pour l'épier.

- Vacker et honneur ! Vacker et puissance ! Préservez l'honneur des Vacker ! C'est la seule chose qu'ils savent dire ! criait-il en donnant des coups de pieds rageux dans l'herbe.

Alvar regarda son frère, avait-il enfin comprit la vérité sur les Vacker ? Non, impossible seul lui était au courant, mais Fitz avait dû faire quelque chose de grave ou de regrettable pour qu'il s'en prenne ainsi aux Vacker, même verbalement. Malheureusement avant qu'Alvar n'eut le temps de se rendre de nouveau visible pour lui poser la question Fitz sauta on se sait-où.

L'éclipseur s'installa dans l'herbe, pris d'une soudaine quinte de toux lui broyant les côtes, il lui restait très peu de temps, il décida de s'allonger dans l'herbe et de faire un saut dans ses souvenirs d'enfance.

 Alvar était un jeune garçon de douze ans, brillant, gentil et apprécié, mais ce soir ou il était rentré de Foxfire allait chamboulé à jamais sa vie sans qu'il n'en soit conscient. Il était rentré comme tous les soirs chez lui, mais son père lui avait dit de venir dans la salon pour une discussion avec Della, il se souvenait encore de leurs paroles :

- Tu vas être grand-frère, avait dit Della d'une voix émue.

Alvar n'avait pas sourit, il avait peur d'être oublié. Son père qui avait remarqué son trouble avait posé une main apaisante sur son épaule et dit ces mots :

- Tu sais on ne va pas t'oublier, tu seras toujours notre premier né, mais nous donnerons aussi de l'amour au futur né.

Alvar était jeune, il avait bien été naif de le croire, le jour de la naissance il avait été content de voir Fitz, même si ce dernier s'était mis à pleurer dès qu'il l'avait vu, Della l'avait alors viré de la chambre en lui disant qu'il lui faisait peur. Au bout de deux heures d'existence il lui gâchait déjà la vie. Mais Alvar n'avait pas voulu rester sur une première impression, mais à chaque fois c'était toujours lui. Dès que Fitz pleurait ou faisait une bêtise cela retombait sur le dos de l'éclipseur. C'était seulement dans ces moments là que ses parents avaient le souvenir d'avoir eu un premier enfant. Puis Biana était arrivée, et c'était encore pire. Alvar était devenu invisible, il était toujours dans l'ombre de Fitz surtout quand ce dernier était devenu télépathe à l'âge de douze ans. C'était toujours "regardez c'est le plus jeune télépathe" dès qu'il passait dans les rues et le jeune garçon se défendait bien d'être modeste ! Et Alvar alors ? Ses parents n'en étaient plus fier, c'était à peine s'ils avaient remarqué qu'il était partit aux niveaux d'Elites, car quand il était revenu avec son diplôme ses parents s'en moquaient royalement. Alvar avait alors compris, ses parents se fichaient de lui, son père lui avait menti, mais avant tout, ses parents l'avaient brisé Alvar avait passé sous silence son admission chez les Invisibles lors de sa première année d'Elite.

Les Invisibles, ils avaient vu en Alvar ce que personne ne voyait. Du courage, de la détermination, de l'honneur, mais pas l'honneur des Vacker, non. Son honneur, un honneur que seul l'épliseur connaissait et possédait, c'était l'honneur d'Alvar, comme tout le monde il avait sa fierté, mais c'était le seul des Vacker à avoir son honneur bien spécifique à lui. Lady Gisela lui avait expliqué sa vision des choses, ele voulait faire exploser la vérité sur le perfectionisme des Cités Perdues, et, par la même occasion, la vérité sur le grand honneur des Vacker. Alvar avait quand même prit le temps de la rélfexion, mais son choix avait été rapide : La vérité.

Tel était son choix, il avait choisit de prendre le chemin de la vérité, tel était son destin, lui, Alvar Vacker, était destiné à être un traître, destiné à vivre en tant qu'ennemi, destiné à être haï, mais avant tout, il était destiné à être l'enfant oublié...

4 : Biana 
Biana.jpg

Je ne veux pas porter ce masque...

— Biana Vacker


Biana n'en pouvait plus, ça faisait près d'une semaine qu'elle ne parlait plus, mangeait de moins en moins, riait de moins en moins, elle n'allait même plus voir Sophie ou Keefe. Elle était... perdue.

Perdue, c'est un simple mot aux multiples facettes, on peut-être perdu en pleine nature, perdu quand on pose une question, perdu dans une discussion. Mais aussi, perdu dans ses sentiments, la jeune éclipseuse s'était bien moquée de Sophie quand elle avait comprit que cette dernière ne savait si son coeur battait pour Keefe ou Fitz. Mais maintenant que cela lui arrivait, elle s'en voulait.

L'éclipseuse était perdue, ses sentiments... Ils avaient si brusquement changés, son coeur, s'était mis à battre à plusieurs vitesses, d'abord normalement, puis de plus en plus vite, jusqu'à qu'elle n'entende que lui. Il battait pour quelqu'un dans sa cage thoracique, il ne battait plus pour Keefe, cela elle le savait. Mais pour qui battait-il alors ? Biana se redressa et regarda par la fenêtre, son coeur, il ne cessait de battre pour deux personnes qui lui tenaient à coeur ! Mais, comment pouvait-elle se décider ? Elle ne voulait en blesser aucun...

L'éclipseuse décida de taire ses pensées et d'aller voir Sophie. Peut-être pourrait-elle l'aider malgré sa naiveté sur le sujet. Biana arriva donc à Havenfield, elle alla directement voir sa meilleure amie qui était allongée dans son lit, les yeux fixant le plafond. Elle était souvent comme ça depuis le coma de Keefe, Biana s'approcha doucement d'elle et la secoua par l'épaule.

- Sophie, on peut parler s'il te plait, je sais que tu as déjà des problèmes, mais j'en ai vraiment besoin, dit-elle doucement.

- Vas-y, je t'écoute, répondit Sophie en se redressant inquiète.

Biana prit une grande inspiration, elle n'avait pas fait tout ce chemin pour se défiler au final, elle devait en parler, sinon ça la briserait de l'intérieur.

- Je ne sais pas si je suis amoureuse de Dex ou bien de Tam, dit-elle d'une traite.

- Houla, et tu viens me voir moi ?! Bah je ne sais pas je...Commença Sophie.

- Sophie ! J'ai besoin de ma meilleure amie, tu ne vas pas me laisser tomber ? La coupa Biana les larmes aux yeux.

- Non, non, alors. Avec quel garçon ton coeur bat le plus vite ? Demanda Sophie d'une voix douce.

- Les deux, c'est bien le problème.

- Qu'est-ce qui t'attire chez l'un et chez l'autre ?

- Hum...

Elle ne pouvait dire ça, elle aimait les qualités et défaut de chacun, elle les acceptait tels qu'ils étaient, ce n'était pas correcte d'en rembarrer un car elle n'aimait pas un de ses défauts. Après Tam eétait gentil, attentioné avec sa soeur et ceux qui l'aime, il était prêt à faire des sacrifices. Dex était gentil, mignon, compréhensif et protecteur...

- Je ne peux pas le dire ! Je les aimes pour ce qu'ils sont pas pour ce qu'ils ne sont pas ! Répondit-elle en larmes.

- Alors, le quel serait le mieux pour toi et ta famille ? Demanda Sophie d'une voix fébrile, elle savait qu'elle s'aventurait sur un terrain glissant.

Biana releva la tête surprise, Sophie ne pouvait pas dire ça. Non, c'était impossible, pas alors qu'elle se fichait depuis le début des entremetteurs. Des lois, de l'honneur. Mais l'éclipseuse devait se rendre à l'évidence, la Sophie qui se fichait de tout ça avait changé pour une Sophie raide dingue d'un Vacker, elle s'était même inscrite aux entremetteurs pour lui après tout !

- Je ne veux pas porter ce masque Sophie, répondit Biana en se levant.

Elle se dirigea vers la porte, mais se stoppa sur le pas de cette dernière et dit, sans se retourner :

- Je ne veux pas faire plaisir à ma famille, je ne veux pas en rejeter un parce qu'il vaut apparement mieux que l'autre. Je ne suis pas mon frère, il n'est pas comme ça non plus. Et toi, tu n'es plus celle que je connaissais. La Sophie que je connaissais n'aurai jamais dit ça, et jamais elle ne se serait inscrite aux entremetteurs pour un garçon. Fais-moi signe quand cette Sophie sera de retour.

Sur ces paroles blessantes bien que réelles, Biana retourna chez elle avec deux choses en tête. Ecouter son coeur et inciter Fitz à faire de même.

5 : Fitz

Cet honneur est maudit, nous devons briser cette malédiction.

— Fitzroy Avery Vacker


Se tenir droit, garder la tête haute, regard fixé sur la personne, sourire chimique, une main dans le dos, et un bras au milieu du ventre, réverence. Redressement, seconde main dans le dos, continuer de sourire de manière chimique, mais crédible et silence.

Voilà, voilà l'éducation que les Vacker recevaient. Toujours se tenir droit et ne jamais baissé la tête, ne pas se soucier des plus faibles. Ne pas avoir de pitié pour les sans-talents ou mal-assortis. Voilà comment Orem et Fallon Vacker avaient fait grandir Fitz. Avec cruauté. Il était devenu horrible par leur faute, il n'avait jamais voulu être comme ça, pour son caractère il ne pouvait rien y faire, mais jamais il n'aurai voulu tuer son frère, jamais il n'aurai voulu hair son meilleur ami, jamais il n'aurai voulu quitter Sophie. Sophie, cette personne qui avait éveillé en lui de l'amour, cette personne qui l'avait fait oublier l'honneur des Vacker même un court instant. Cette personne qu'il avait forcé, d'une certaine manière, à s'inscrire, tout ça pour Fallon et son honneur !

- Honneur maudit ! Cracha-t-il.

C'est alors qu'il se rendit compte qu'il était dans sa chambre et qu'on l'avait sûrement entendu, mais peu importe, après la dispute qu'il avait eu avec son père il s'en moquait. Il se laissa tomber sur son lit et laissa les souvenirs remonter à la surface.

Lui, quand il devait avoir entre dix et douze ans. Il était avec Fallon, ses parents en mission pour le Conseil et sa soeur malade qui était chez Elwin, quant à son frère il était aux Niveaux d'Elite, il était donc seul, enfin, seul avec Fallon, mais ça en revenait presqu'au même.

- Relève le menton, redresse-toi, le regard rivé au loin, fit Fallon d'un ton ferme.

Le jeune Fitz s'executait rapidement, il ne voulait pas vexer son ancêtre. Mais, il était fatigué, toute la journée il avait fait cet "entrainement" et cela l'épuisait, il n'était qu'un jeune garçon ! Il ne pouvait même pas sortir voir Keefe, qu'il connaissait déjà suite à plusieurs repas avec sa famille.

- Bien, n'oublie jamais une chose mon garçon. Les Vacker sont les plus honorés, ne gâche JAMAIS cet honneur. La puissance est ce qui fait régner notre monde, et qui détient la plus grande puissance ici ? Demanda Fallon d'une voix mielleuse.

- Les Vacker, répondit Fitz sûr de lui.

Mauvaise réponse, Fallon lui avait décollé une baffe ce jour-là.

- Non ! Espèce de médiocre ! C'est moi qui ai le plus de pouvoir. MOI ! Tu m'entends ?!

- Oui, oui je vous entends, répondit le jeune Fitz en se frottant la joue brûlante.

Suite à cela Vacker n'avait que le sermonner jusqu'à tard dans la nuit, c'est seulement lorsqu'il fut épuisé qu'il se décida à laisser Fitz qui était partit en courant les larmes aux yeux dans sa chambre. Ce soir là il avait éclaté en sanglots, il haissait Fallon, lui et tous les Vacker sauf ses parents, son frère et sa soeur, il avait vécu un réel traumatisme ce jour là. Mais lui n'avait rien demandé ! Il voulait juste une enfance normale, mais c'était impossible, il était un Vacker, il était destiné à vivre comme cela.

- Fitz ! Faut qu'on parle ! Cria Biana en entrant dans la chambre de son frère coupant court aux souvenirs de ce dernier.

- Tu veux quoi ? Demanda-t-il en se redressant.

- JE NE VEUX PLUS PORTER CE MASQUE ! J'en ai marre d'être la fille coquette qui fait attention à chaque pas qu'elle fait ! Je veux être comme Sophie ! Je veux pouvoir être maladroite sans être jugée, je veux pouvoir aimer sans compter, je veux réduire à néant cet honneur ! Cria-t-elle en sanglots.

Fitz prit au dépourvu alla prendre sa petite soeur avec douceur dans ses bras il la serra fort dans ses bras en lâchant quelques larmes.

- Cet honneur est maudit, il faut briser cette malédiction, dit-il en écho aux paroles de sa soeur.

- Mais comment ? Demanda-t-elle en s'écartant.

- Le discours de papa, demain il a un discours ! Il est temps qu'on montre qui on est. On est pas que des Vacker, on est des elfes, on est des amis, on est les futures générations, on est le Cygne Noir, répondit Fitz avec un regard déterminé.

Biana hocha la tête satisfaite, mais alors qu'ils croyaient avoir été discrets ils virent leur mère clignoter les yeux luisants de larmes.

- Maman on...Commença Fitz.

Mais sa mère l'interrompu en les serrant contre elle, elle dit alors d'une voix nouée par l'émotion :

- Demain, j'attaquerais avec vous, il est temps que vous compreniez que je ne suis pas seulement l'ombre de mon mari.

Les deux enfants et la mère échangèrent un regard complice, mais leur père arriva soudainement et dit :

- Comptez sur moi pour faire parti du combat, vous attendrez mon signal.

Les Vacker étaient surpris, alors aucun n'aimait cet honneur, la famille échangea alors un regard entendu. Demain, ils passeraient à l'attaque, demain, ils avoueraient la vérité, demain il y aurait du grabuge, demain l'honneur sera fini, demain, les Vacker seraient détruits, mais la malédiction sera brisée par la même occasion. Demain, ce serait le grand jour.

5 : Luzia

(dans ce chapitre il y aura plusieurs PDV mais le début et la fin seront sous celui de Luzia (et les PDV seront assez court)

La vérité sur l'honneur...

Menton redresser ? Bon. Robe sans aucun pli ? Bon. Chignon sans aucune mèches s'en dégageant ? Bon aussi. Sourire sincère ? Disparu depuis longtemps. Sourire chimique ? Bon.

Luzia soupira, qu'est-ce qu'elle ne devait pas faire pour être une Vacker. Perfectionner, perfectionner et encore perfectionner. Elle en avait assez, mais ainsi aller sa vie et elle ne changerait jamais. C'était une Vacker, sa vie était déjà toute tracée, devenir connue, avoir un héritage, disparaitre sans un mot tout en gardant son statut. Jamais, jamais ça n'avait changé et jamais ça ne changerait, du moins c'est ce que Luzia croyait.

La flasheuse soupira une nouvelle fois et sortit son éclaireur pour sauter sur le lieu du discours, les habitants, eux verraient le discours projeté chez eux, mais les Vacker et les proches d'Alden avaient l'honneur d'y assister en face à face avec le Conseil. Luzia alla s'asseoir sans un mot aux côtés de son fils Orem, elle laissa son regard se prolonger sur la salle et vit le Conseil, Sophie, Tam et sa jumelle Linh, Dexter, à son grand étonnement par ailleurs, le jeune Endal avec Tiergan et bien entendu la conjointe et les enfants d'Alden. Alors que Luzia fermait les yeux elle senti un courant passer près d'elle, comme si on était passé à grande vitesse près d'elle, mais personne n'avait bougé lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle se dit donc qu'elle avait halluciné.

PDV : Alden

Alden était mal à l'aise, il allait nuire l'honneur des Vacker, détruire tous les efforts de son paternel, mais il allait aussi rendre sa promesse réelle. Il avait promit à sa mère qu'il ferait le bon choix le jour venu, ce jour était venu. Aujourd'hui il ferait le choix qui changerait tout. C'est alors qu'il fut appellé par Quinlin qui était venu avec sa conjointe Livvy, il alla donc s'installer à ses côtés et son ancien apparenté lui dit qu'il était à présent en direct. Il commença alors à répéter le début de son discours sur les Invisibles, le Cygne Noir et le Conseil.

Chaque phrase sur le Conseil le rendait plus mal, tout ce qu'il répétait n'était que vulgaire mensonge, le Conseil mentait ! Il commençait à s'en vouloir de mentir ainsi; alors que l'envie de s'en aller commencer à se faire ressentir il capta le regard de sa famille et su qu'il devait continuer, jusqu'au bout.

PDV : Della

Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Deux ordres que Della ne cessait de se répéter en boucle, elle allait vraiment le faire, elle allait nuire cet honneur. Mais pas maintenant, elle devait attendre, toujours attendre, patience est maître de raison. Peut-être pas, mais c'est ce qui retenait Della de se jeter sur la scène et avouer toute la vérité sur les Vacker.

PDV : Fitz

Encore un peu de temps, il fallait juste attendre le signal, juste le signal. Signal qui ne venait pas assez vite, cétait aussi long que le coma de Keefe ! Fitz regarda alors autour de lui et remarqua Luzia qui ne cessait de les fixer avec sa mère et sa soeur, elle se doutait de quelque chose à coup sûr. Fitz soupira et reporta son attention sur son père qui paraissait de moins en moins à l'aise au fur et à mesure qu'il parlait. C'est alors qu'il dit cette phrase :

- J'en ai assez ! Tout ce que je vous raconte n'est que mensonge !

PDV : Biana

Biana resta pétrifiée, ce n'était pas prévu dans le plan qu'il dise ça ! Mais la suite la rassura quelque peu.

- Le Conseil vous ment, je vous mens ! Les Vacker, l'honneur, la sécurité ! Tout cela n'est qu'un ramassi de mensonge ! Déclara-t-il ferme.

- Fermez tout ! On stop tout ! Cria Emery indigné.

Mais personne ne bougea, tous écouter avec grande intention Alden. Biana remarqua alors les gardes gobelins se rapprocher dangereusement de son père, elle s'éclipsa et créa un rempart entre son père et les gardes, elle sortit des étoiles gobelines des poches de sa cape et se mit en garde bientôt rejointe par son frère, sa mère, Sophie, Dex, les jumeaux, Wylie et Tiergan. L'heure du spectacle avait sonné.

PDV : Alden

Alden était surpris par la tournure des évènements, il n'avait pas prévu que le Conseil demande aux gardes gobelins de s'en prendre à lui. Malgré la peur qui lui nouait le ventre, pour lui et sa famille, il ne baisserait pas les yeux maintenant. Regard fixe, torse bombé, menton relevé. C'était la première fois qu'il était heureux d'avoir appris par coeur cette pose.

- Les Vacker ne sont que des menteurs ! On vous a tous menti ! Nos sourires, ceux que vous croyez sincère ! Ils sont chimique. Nos paroles apaisantes, elles sont apprises au préalable. Notre honneur est basé sur la crainte ! LA CRAINTE ! Déclara-t-il la voix de plus en plus assurée.

Alden prit une grande inspiration, il allait montrer son passif à tout le monde, à toutes les Cités Perdues il allait montrer de quelle manière il avait rompu avec Alina, pour quelle raison. Mais il n'en n'eut pas le temps, interrompu par un gobelin qui avait passer le mur de ses proches. C'est alors qu'un miracle inatendu arriva.

- Il est temps de vous démontrez la vérité sur cet honneur qui m'a poussé à rejoindre les Invisibles ! S'écria la voix de l'aîné des Vacker.

Alden regarda la scène, là ou il se tenait un instant plus tôt et vit des clignotements qui laissèrent place à son fils. Alvar.

PDV : Alvar

L'éclipseur avait réussi son entrée en matière, personne ne s'y attendait. Avant de reprendre son discours, il se tourna vers son partenel, et avec le peu de force qu'il lui restait envoya voler au loin le gobelin qui le maintenait au sol. Il l'aida à se redresser puis se retourna sur le scène et déclara d'une voix forte :

- L'honneur, c'est tout ce qui compte à vos yeux ?! Vous voulez savoir qui sont les Vacker ? Ce sont des menteurs, cet homme ! Commença-t-il en montrant son père de la main. Cet homme m'a promit qu'à la naissance de mon frère, je resterais son aîné, pourtant, il m'a oublié, il n'a pas remarqué que j'étais revenu des niveaux d'Elite, il n'a pas remarqué que je changeais. Rien, il n'a rien remarqué.

Alvar avait dit tout cela en regardant son père du coin de l'oeil, il baissait la tête honteux. Alvar, qui n'était pas un sans coeur non plus. Reprit la parole.

- Mais vous non plus, vous n'avez rien remarqué, vous étiez obnubiler par la puissance de mon frère. "Wouah le plus jeune télépathe de l'histoire !" Et Sophie alors ? Et Biana ?! Vous ne voyez que ce qui vous arrange, car le Conseil nous a formé comme ça. Mais j'en ai eu assez, assez de ne juger qu'au nom de famille. Des personnes merveilleuses se trouvent derrière les noms de famille !

- C'est vrai ! L'interrompit Biana.

PDV : Biana

Biana avait enfin réussi à se rapprocher de la scène, elle était à présent dans le champ de vision de tous, elle déclara alors d'une voix forte :

- Les Vacker sont important hein ? Mais les Dizznee le sont encore plus ! Sans Dex on ne pourrait pas se battre contre les Invisibles, sans lui Sophie et Fitz seraient mort ! Sans Kesler, on ne pourrait pas faire autant de choses, vous lui êtes bien reconnaissant pour tous ces élixirs, mais vous ne le montrez pas. Ensuite Juline, elle sait mieux que quiconque s'occuper d'enfants, elle sait nous calmer, nous comprendre. Les triplés, eux ils savent nous faire rire. Ils n'ont pas peur du regard des autres et c'est ça qui est beau !

PDV : Della

Delle regardait ses enfants d'un regard empli de fierté, elle s'approcha à son tour et dit :

- Les Song aussi. Tam et Linh Song, vous les reniez parce qu'ils sont jumeaux hein ? Mais laissez-moi vous dire qu'ils sont merveilleux, ils n'hésitent pas à prendre des risques pour leurs proches, ils sont prêts à se sacrifier, ils sont talentueux. Pourquoi les renier parce qu'ils sont différents ? Je serais la plus heureuse du monde si j'étais aussi différente qu'eux.

PDV : Fitz

Fitz s'approcha à son tour de la scène, Sophie avec instillé dans les gobelins qui étaient tous au sol. Il s'approcha alors à côté de son frère, prit une grande inspiration et déclara à son tour :

- À cause de cet honneur. J'ai dû forcer la personne que j'aime à s'inscrire aux entremetteurs, j'ai dû renier mon frère pour ça. Toutes ces choses, que je n'aurais jamais faite si Fallon Vacker ne m'avait pas traumatisé.

Dès qu'il eut dit ça il projeta son souvenir sur le mur derrière lui pour que tout le monde puisse le voir, c'était grave ce qu'il faisait, mais il se fichait entièrement des conséquences.

- Après ce discours, vous nous renierez, les Vacker seront hais. Mais vous savez quoi ? J'ai hâte que ce soit le cas ! Cracha-t-il avec véhémence.

PDV : Luzia

Luzia était perturbée par tout ce remu-ménage. Jamais, elle n'aurai cru que c'était possible. Elle ne se serait jamais attendu à ce que les Vakcer décident un jour de se révolter ! L'état de Fallon ne la préoccupait pas plus que ça en revanche, elle n'était pas vraiment étonnée.

La flasheuse décida enfin de se lever pour s'approcher de sa famille.

- Tout ce que ma famille dit est vrai. Je souhaiterais donc avoir un voeu. Comme vous me l'aviez promis Conseillère Oralie, dit-elle en hochant la tête en direction de la conseillère blonde.

Luzia défit son chignon ce qui fit descendre ses long cheveux noirs jusqu'en bas de son dos, elle lâcha son sourire chimique pour prendre un visage fermé et sérieux.

- Je souhaite que, en ce jour, nous cessions l'honneur des Vacker. Je souhaite que cet honneur aille dans le néant ! Je ne veux plus en entendre parler et...LAISSEZ-MOI FINIR ! Cracha-t-elle à l'intention des gardes gobelins qui allaient se jeter sur elle, mais son pouvoir les aveugla.

Luzia repoussa ses longs cheveux noirs et tourna un regard de défi vers l'endroit qui lui permettait d'être montré partout dans les Cités Perdues.

- Je ne veux plus entendre parler de cet honneur. Je veux le détruire ! Comme je détruirais Fallon, si je tombe, il tombera avec moi.

Sur ce, elle coupa la transmission à l'aide de sa télékinésie et son talent et sauta sans un mot de plus chez son demi-frère. Ils allaient avoir une longue discussion, longue discussion périlleuse, mais si elle tombait, il tomberait avec elle comme elle venait de le dire.

Fin...?

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.